Le blog d'Yves de Kerdrel

Les disques rayés de Virgin France

VirginVirginButler Capital, spécialiste de la reprise d'entreprises en difficultés, est en voie de perdre sa mise de 15 millions d'euros dans Virgin France. Les affres d'un métier où il faut compter sur une part de casse.

Walter Butler a l'habitude des situations périlleuses. A la tête de son fonds Butler Capital Partners spécialisé dans le retournement depuis 1991, il a vu plus d'une participation condamnée à déclarer la cessation de paiement, faute d'avoir modernisé assez vite son outil industriel ou pris le virage de l'innovation dans son marché. C'est aujourd'hui le cas de Virgin France, la filiale hexagonale des célèbres magasins de musique et vidéo, rachetée à Lagardère en 2008 alors qu'elle éprouvait déjà les premières difficultés.
Le fonds avait alors misé sur la force de cette marque internationale (qui a pourtant fermé aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne depuis) et le potentiel de développement de deux créneaux : le marché électronique et les jeux vidéo. Mais las, ils n'ont pas été épargnés et l'activité a périclité. Ainsi, le marché physique des ventes de disques, DVD et livres s'est fortement replié, sous l'effet de l'explosion du e-commerce et de la crise, qui a sapé la croissance et la consommation. Les chiffres parlent d'eux-mêmes: chute de 70% des ventes de CD depuis dix ans, repli de 15% des ventes de DVD depuis cinq ans et même de 5 à 10% du livre en magasins l'an passé. Acculé par une dette de 22 millions d'euros et un bail prohibitif de son magasin-phare sur les Champs-Elysées, Virgin se voit obligé de passer en cessation de paiement, et d'ouvrir une procédure judiciaire. Butler Capital Partners, actionnaire à 74%, va probablement perdre les 15 millions d'euros qu'il avait déboursés jusqu'à présent dans la société, tout comme Lagardère, qui en a gardé 20%. Sans compter les 1000 emplois menacés.

Cette situation est pourtant bien connue de Butler, habitué aux situations extrêmes. Parfois le dénouement a été heureux, comme lors de la sulfureuse reprise de la SNCM en 2006, qui lui a permis de multiplier sa mise par cinq en à peine deux ans. La même année, il rachète 33% du capital du Paris Saint-Germain aux côtés de Colony Capital, avant de lui en céder 28% moins de deux ans plus tard. Une bonne intuition étant donné que le club de football va ensuite coûter cher à son actionnaire, mais qui aurait pu être encore plus gagnante, car les qataris prendront le contrôle en 2011, offrant avec une prime conséquente pour entrer dans le saint des saint du sport français.

Autre exemple de success story: celle de France Champignon. Butler Capital a réussi la transformation de cet industriel, certes au prix de coupes lourdes dans les effectifs, pour la revendre à bon compte en 2010, sept ans après son acquisition, au leader mondial coté des légumes, Bonduelle. Plus récemment, il a repris le vendeur d'appareils électroniques Anovo à la barre du tribunal de commerce, soit 4400 personnes et s'est engagé à verser 22 millions d'euros et à le faire revenir à l'équilibre dans les 18 mois.

Mais la réputation de Walter Butler doit aussi s'accommoder de "casseroles" et autres dossiers mal en point. En premier lieu Sernam, point d'orgue de la campagne présidentielle. Après avoir échoué à un rapprochement industriel avec le réseau de messagerie Mory, le financier avait annoncé son intention de se retirer et provoqué le branle-bas de combat des autorités, confrontés à 1600 emplois en jeu. Autre dossier difficile, les casinos Partouche. Toujours prêt à relever les défis d'envergure, Butler Capital a participé à l'augmentation de capital de 30 millions d'euros du groupe de casinos coté en 2011, au prix moyen de 1,5 euro par action. Or le titre ne vaut plus qu'un peu plus d'1 euro, contre 11 euros en 2008, et le groupe a dû renoncer à son activité de poker. Mais ce n'est qu'un challenge de plus pour son actionnaire minoritaire, habitué à jouer "all in" quitte à devoir sortir de table rapidement.

alpeytavin@wansquare.com

Auteurs de Blog / Profils

  • Yves de Kerdrel

    Yves de Kerdrel, 49 ans, est directeur de la rédaction de WanSquare. Il est également éditorialiste économique au Figaro. Auparavant éditorialiste au quotidien Les Echos, il s’y est distingué en créant la page « Crible », qui est devenue une institution. Il a également été de 2006 à 2009 directeur de la rédaction du Journal des Finances (groupe Figaro) qu’il a amené à la première place des hebdomadaires boursiers, avant de le rapprocher du groupe Le Particulier. Yves de Kerdrel est, par ailleurs, membre de la Commission Attali (depuis août 2007), du Comité d’éthique du MEDEF, et du Comité Franco-britannique. Il a été sélectionné en 2005 pour faire partie des « young leaders » de la French American Foundation. Diplômé d’une grande école de commerce, titulaire d’une maîtrise de droit et du diplôme de la Société Française des Analystes Financiers, il est marié et père de deux enfants. Depuis octobre 2012, il est Directeur général du groupe Valmonde (Valeurs Actuelles, Spectacle du monde...)

  • Anne-Laure Peytavin, Rédactrice en chef / Wansquare.com

    Rédactrice en chef de WanSquare, filiale d’informations économiques et financières en pushs mails du Figaro. Titulaire d’une maîtrise de droit à Assas et d’un master finance et stratégie à Sciences-Po Paris, elle a commencé sa carrière au sein de la lettre spécialisée Capital Finance des Echos. Elle a ensuite travaillé pendant un an en salle des marchés chez Fortis à New York, avant de collaborer au sein du site d’informations spécialisé en corporate finance, CFnews, puis de participer au lancement de WanSquare, en septembre 2009.

  • Ponts : combien ça coûte ?

    Vous avez du mal à caler des rendez-vous professionnels ou même un bête rendez-vous chez le médecin dans les prochains jours ? Rien d'anormal à cela ! Début mai, la France tourne au ralenti, à cause … Suite »

    économie matin - il y a 1 heure 2 minutes
  • Fonctionnaires : toujours plus !

    Fonctionnaires : toujours plus !

    Qu'on se le dise : le nombre de fonctionnaires en France, loin de diminuer, continue à progresser quand tous nos voisins occidentaux ont taillé dans les effectifs de leur fonction publique pour … Suite »

    économie matin - il y a 22 heures
  • La déflation nous guette-t-elle ?

    La déflation nous guette-t-elle ?

    Des prix perpétuellement en baisse ? A priori, ça fait rêver ! Pour autant, lorsqu'un pays entre en déflation, cela n'a rien d'une situation économique idéale, car ses effets sont désastreux sur la … Suite »

    Yahoo Finance France - lun. 21 avr. 2014 20:08 HAEC
  • Assurance-vie en ligne : les sites préférés des internautes

    Assurance-vie en ligne : les sites préférés des internautes

    L'assurance-vie est-elle toujours le placement préféré des Français ? A vrai dire, oui ! S'ils l'avaient un peu boudé en 2012, avec des retraits nets de 6 milliards d'euros, la collecte nette … Suite »

    Yahoo Finance France - lun. 21 avr. 2014 19:39 HAEC
Chargement...

Cours

 
Derniers Cours consultés
Symbole Cours Variation % Var. 
Vos tickers consultés en dernier apparaissent automatiquement ici si vous tapez un ticker dans la case "Entrer un symbole/société" en bas de ce module.
Vous devez activer les cookies sur votre navigateur pour afficher vos cours les plus récents.
 
Connectez-vous pour voir des cours dans vos portefeuilles.