Le blog d'Yves de Kerdrel

Le juste coup de gueule de Didier Migaud

Cour des comptesCour des comptesLa Cour des Comptes vient de publier, enfin, un rapport très critique sur l'efficacité des politiques de l'emploi, qui fustige la trop grande générosité du système d'indemnisation chômage.

Didier Migaud a deux très grandes qualités. La première c'est de répéter des vérités jusqu'à ce qu'elles finissent par être entendues. La seconde, c'est son indépendance d'esprit et de statut - comme premier président de la Cour des Comptes - qui lui permet de parler en toute honnêteté, et de surcroit sans crainte d'être critiqué par ses amis socialistes.

Le dernier éclat de voix du plus haut magistrat de la Rue Cambon porte sur les politiques de l'emploi auxquelles la Cour des comptes vient de consacrer un rapport sans concession. Un rapport dans lequel il est enfin écrit tout haut, ce que beaucoup pensaient en leur for intérieur, y compris à droite, et qu'ils n'auraient jamais osé dire publiquement.

Première critique de la Cour des comptes : les règles d'indemnisation du chômage, jugées particulièrement généreuses en comparaison avec les autres Etats européens. "La France figure parmi les pays d'Europe offrant l'un des accès les plus ouverts à l'indemnisation du chômage", précise ainsi le rapport. Il suffit, par exemple, d'avoir travaillé quatre mois sur une période de référence pouvant aller jusqu'à vingt-huit mois pour pouvoir être indemnisé. Et la durée d'indemnisation peut aller jusqu'à deux ans pour un chômeur de moins de 50 ans. Des seuils parmi les plus généreux d'Europe.

Deuxième critique : le système français "couvre les salariés les plus précaires, mais réserve aussi le plus haut niveau de protection aux salariés les mieux insérés dans l'emploi", estime la Cour, qui pointe justement dans son rapport l'iniquité de l'ensemble des politiques de l'emploi en France, souvent plus favorables aux personnes les plus proches de l'emploi au détriment des jeunes et des précaires qui ont nettement plus pâti de la crise.

Troisième critique, très sensible celle-là : les indemnités chômage sont insuffisamment dégressives. Ainsi, un salarié français qui touche environ 2 000 euros, bénéficiera d'un taux de remplacement, toutes prestations sociales confondues, de 66,4 % de son salaire, un niveau inférieur à celui d'un salarié gagnant 4 000 euros (68,3 %) ! Or, dans la plupart des autres pays européens, le taux de remplacement est plus faible pour les salaires les plus élevés. De plus, en France, l'indemnité maximum peut aller jusqu'à 6 161,29 euros par mois, un record absolu en Europe, ce qui "pose question en terme d'équité".

Quatrième critique : Pôle emploi se montre inefficace pour favoriser le retour à l'emploi, et donc faire baisser les indemnités à verser. "La crise est intervenue sans qu'une réflexion suffisante ait pu être entreprise sur les moyens propres à accélérer la vitesse de reclassement des demandeurs d'emploi", résume de manière très diplomatique la Cour en notant toutefois que l'organisme prévoit désormais de concentrer ses efforts sur l'accompagnement des chômeurs qui en ont le plus besoin.

Enfin cinquième critique : le système de minima sociaux (le RSA, revenu de solidarité active, et l'ASS, allocation spécifique de solidarité) est mal articulé avec l'assurance-chômage et trop complexe pour les chômeurs. "Ce système peut conduire à des ruptures de prise en charge des demandeurs d'emploi", relève le rapport, en notant que plus de 600 000 demandeurs d'emploi ne touchaient ni assurance-chômage ni minima sociaux en 2010.

C'est dire si le coup de gueule de Didier Migaud tire tous azimuts. Mais le Premier-Président de la Cour des Comptes, qui pointe depuis longtemps la dérive du coût du modèle social français est enfin entré dans le vif du sujet, en mettant le doigt là où cela fait mal.

ydekerdrel@wansquare.com

Auteurs de Blog / Profils

  • Yves de Kerdrel

    Yves de Kerdrel, 49 ans, est directeur de la rédaction de WanSquare. Il est également éditorialiste économique au Figaro. Auparavant éditorialiste au quotidien Les Echos, il s’y est distingué en créant la page « Crible », qui est devenue une institution. Il a également été de 2006 à 2009 directeur de la rédaction du Journal des Finances (groupe Figaro) qu’il a amené à la première place des hebdomadaires boursiers, avant de le rapprocher du groupe Le Particulier. Yves de Kerdrel est, par ailleurs, membre de la Commission Attali (depuis août 2007), du Comité d’éthique du MEDEF, et du Comité Franco-britannique. Il a été sélectionné en 2005 pour faire partie des « young leaders » de la French American Foundation. Diplômé d’une grande école de commerce, titulaire d’une maîtrise de droit et du diplôme de la Société Française des Analystes Financiers, il est marié et père de deux enfants. Depuis octobre 2012, il est Directeur général du groupe Valmonde (Valeurs Actuelles, Spectacle du monde...)

  • Anne-Laure Peytavin, Rédactrice en chef / Wansquare.com

    Rédactrice en chef de WanSquare, filiale d’informations économiques et financières en pushs mails du Figaro. Titulaire d’une maîtrise de droit à Assas et d’un master finance et stratégie à Sciences-Po Paris, elle a commencé sa carrière au sein de la lettre spécialisée Capital Finance des Echos. Elle a ensuite travaillé pendant un an en salle des marchés chez Fortis à New York, avant de collaborer au sein du site d’informations spécialisé en corporate finance, CFnews, puis de participer au lancement de WanSquare, en septembre 2009.

  • Crédit immobilier : il n'y a pas que le taux qui compte

    Crédit immobilier : il n'y a pas que le taux qui compte

    Ca y est, vous êtes prêts à acheter votre future résidence. Et, comble de bonheur, votre banque vous a même accordé un taux compétitif pour emprunter. Mais êtes-vous sûr d'avoir pensé à tout ? … Suite »

    Yahoo Finance France - il y a 11 heures
  • Dans quel monde vivrez-vous dans 50 ans ?

    Dans quel monde vivrez-vous dans 50 ans ?

    Voilà bien une mission impossible désormais : faire des prévisions à cinquante ans. Pourtant, des institutions sérieuses se risquent encore à l'exercice : D'après l'INSEE, en 2060, les retraités ne … Suite »

    économie matin - mar. 15 avr. 2014 18:33 HAEC
  • Pâques : d'oeufs, d'or et de chocolat

    Pâques : d'oeufs, d'or et de chocolat

    A Pâques les vitrines des magasins se transforment et laissent place aux diverses décorations colorées, aux lapins, aux cloches et aux œufs. Une décoration que l’on retrouve dans les grands magasins … Suite »

    économie matin - lun. 14 avr. 2014 18:50 HAEC
  • DSK peut-il réussir dans son nouveau métier ?

    Passer de la politique à la finance, est-ce si facile ? L'avenir de DSK nous le dira. … Suite »

    Yahoo Finance France - lun. 14 avr. 2014 12:16 HAEC
Chargement...

Cours

 
Derniers Cours consultés
Symbole Cours Variation % Var. 
Vos tickers consultés en dernier apparaissent automatiquement ici si vous tapez un ticker dans la case "Entrer un symbole/société" en bas de ce module.
Vous devez activer les cookies sur votre navigateur pour afficher vos cours les plus récents.
 
Connectez-vous pour voir des cours dans vos portefeuilles.