Marchés français ouverture 5 h 20 min
  • Dow Jones

    30 814,26
    -177,24 (-0,57 %)
     
  • Nasdaq

    12 998,50
    -114,10 (-0,87 %)
     
  • Nikkei 225

    28 578,64
    +336,43 (+1,19 %)
     
  • EUR/USD

    1,2104
    +0,0020 (+0,17 %)
     
  • HANG SENG

    29 526,14
    +663,37 (+2,30 %)
     
  • BTC-EUR

    30 453,96
    -131,25 (-0,43 %)
     
  • CMC Crypto 200

    722,27
    -12,87 (-1,75 %)
     
  • S&P 500

    3 768,25
    -27,29 (-0,72 %)
     

Zoom veut proposer une solution tout-en-un

Louis Neveu, Journaliste
·1 min de lecture

Inconnue par la plupart des utilisateurs de visioconférence avant le premier confinement, la plateforme Zoom est désormais devenue une référence pour mener des discussions entre amis, famille et aussi pour les professionnels. Et c’est vers ce dernier marché que l’entreprise américaine souhaite s’investir avec la montée en puissance du télétravail. Pour les entreprises, face au concurrent Teams de Microsoft, la plateforme reste en effet limitée à ses capacités de vidéoconférence avec comme point fort, l’ajout d’un grand nombre de participants. Pour éviter de s’essouffler, Zoom pourrait bien ajouter des services à destination des pros, comme un gestionnaire d’e-mails et un agenda.

Quitte ou double

Si la firme n’a pas communiqué sur le sujet, des sources de The Information expliquent que c’est bien son intention. L'objectif serait de rendre plus souple l’utilisation de la plateforme en proposant une solution complète. Il faut dire que pour organiser des vidéoconférences, les e-mails et les agendas sont incontournables. Toujours selon The Information et sans livrer d’autres explications, la messagerie serait de « nouvelle génération » et sa première version pourrait être lancée dès 2021.

Fort de ses 370.000 clients professionnels alors qu’il n’en comptait que 66.300 il y a un an, le service va devoir proposer des outils suffisamment attractifs pour que les entreprises viennent à remiser des messageries et des applications d’agenda bien installées comme celles de Google ou de Microsoft. Enfin, même si elle a corrigé ses défauts de jeunesse et notamment de gros soucis de sécurité, la méfiance restera et pourrait bien rendre rétifs les pros à se lancer dans cette aventure.

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura