La bourse est fermée

Zimbabwe : face aux réformes pénalisantes, le groupe Moti prêt à se séparer des parts de ses entreprises minières

latribune.fr

L'Etat zimbabwéen veut renforcer son contrôle sur les entreprises minières du pays en les contraignant à s'inscrire à la bourse du pays. La décision est décriée par la compagnie minière Moti qui annonce la possibilité de céder des actions, suite à l'application de la réforme.

Le projet de loi actuellement débattu dans le pays entre dans le cadre des réformes de l'administration du président Emmerson Mngangagwa visant à redresser l'économie du Zimbabwe qui a perdu plus 50% de sa valeur sous l'ère Mugabe. La proposition a rencontré une forte résistance de la part des entreprises en place, dont Moti, le premier producteur de platine du pays. Impala Platinum Holdings, du groupe Moti et propriétaire de Zimplats, estime que les propositions vont étrangler l'investissement et la croissance de l'industrie.

Le groupe Moti serait toutefois prêt à des concessions pour soutenir la stratégie de redressement du gouvernement. Le management du groupe se dit ouvert à des discussions pour l'inscription du titre dans son opération au Zimbabwe, à condition que la proposition soit «raisonnable d'un point de vue commercial et justifié».

L'information a été fournie par le groupe d'investissement basé à Johannesburg dans une réponse par courriel aux questions. African Chrome Fields, sa branche concernée par une possible cession, serait une «part attractive pour les gestionnaires de fonds et les investisseurs de détail en raison de ses grands rendements», a précise le management du groupe. Moti s'est voulu par ailleurs optimiste en précisant dans sa déclaration que «vu le contexte dans le pays, il est peu probable que le gouvernement prescrive une telle question, d'autant plus qu'il s'est engagé à se concentrer sur l'investissement au lieu de la réglementation».

250 millions de dollars d'investissements supplémentaires

L'entreprise compte même renforcer, voire doubler ses investissements dans ce pays

(...) Lire la suite sur La Tribune.fr


Zimbabwe : les opérateurs miniers bientôt obligés d’être cotés à la Bourse de Harare
Zimbabwe : Mnangagwa ordonne la privatisation partielle de 35 compagnies publiques
Le Zimbabwe poursuit sa campagne de charme auprès de l'industrie minière
Diamant : le géant sud-africain De Beers veut retourner au Zimbabwe et en RDC