Marchés français ouverture 5 h 33 min
  • Dow Jones

    34 393,75
    -85,85 (-0,25 %)
     
  • Nasdaq

    14 174,14
    +104,72 (+0,74 %)
     
  • Nikkei 225

    29 403,83
    +242,03 (+0,83 %)
     
  • EUR/USD

    1,2123
    0,0000 (-0,00 %)
     
  • HANG SENG

    28 842,13
    0,00 (0,00 %)
     
  • BTC-EUR

    33 243,12
    +824,21 (+2,54 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 008,09
    +39,25 (+4,05 %)
     
  • S&P 500

    4 255,15
    +7,71 (+0,18 %)
     

ZFE du Grand Paris : dérogations et sursis à l’interdiction de circuler

·2 min de lecture

Une inégalité de traitement se dessine entre les particuliers et les professionnels. Les premiers s’exposent à une amende de 68 euros, quand les seconds bénéficient de dérogations à l’interdiction de circuler au volant d’une voiture classée Crit’Air 4. Explications.

Depuis le 1er juin 2021, les véhicules à moteur essence âgés de plus de 24 ans et les véhicules à moteur Diesel de plus de 15 ans (vignettes Crit’Air 4, donc) sont interdits de circulation, dans le périmètre dessiné par l’autoroute A86, autour de Paris. Cette mesure concerne non seulement les véhicules de tourisme, mais aussi les 2-roues, les poids lourds, les autocars et... les véhicules utilitaires légers, ces innombrables fourgonnettes et camionnettes qui livrent nos achats et épaulent les artisans.

La Métropole du Grand Paris prévoit de nombreuses dérogations et sursis à l’interdiction de circuler

Du lundi au vendredi, de huit heures à vingt heures, ces dizaines de milliers de véhicules sont bannis des 79 communes qui composent le Grand Paris. Voit-on pour autant leurs propriétaires s’insurger contre cette mesure, ou même simplement s’inquiéter de ses conséquences sur leur activité ? Non point. Ayant reçu l’assurance que la vidéo verbalisation ne sera pas effective avant de longs mois, la plupart de leurs propriétaires sont résolus à tenter leur chance et à jouer au chat et à la souris avec les agents verbalisateurs. En attendant de remplacer leur véhicule classé Crit’Air 4 par un plus récent.

D’autre part, certains d’entre eux savent pouvoir compter sur l’une des innombrables dérogations, dont certaines n’étaient pas prévues au programme initial, tel que voté par le Conseil métropolitain, lors de la création en novembre 2018 de la Zone à Faibles Émissions. Toutefois la crise sanitaire ayant amplifié les difficultés économiques de certains professionnels, la Métropole du Grand Paris s’est résolue à allonger encore la liste des dérogations, la veille de l’entrée en vigueur de l’interdiction de circuler.

La crise sanitaire risque d’amplifier le sentiment de ségrégation sociale des Franciliens

Il y avait déjà les véhicules exemptés à l’échelon national (par l’article R. 2213-1-0-1 du Code général des collectivités territoriales), au titre des services qu’ils ren[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi