ZFE: "C’est de l’exclusion sociale pure", s'inquiètent les Français

FRED SCHEIBER/SIPA

Le Sénat livrera bientôt au gouvernement ses recommandations pour désamorcer la bombe sociale des restrictions de circulation dans les zones à faibles émissions (ZFE). Pas moins de 86% des Français y sont défavorables, preuve d’un dispositif mal compris et mis en place trop brutalement.

"Dire aux Français les choses telles qu’elles sont." Voilà l’ambition du sénateur Philippe Tabarot, chargé par le gouvernement de formuler des recommandations afin "d’éviter de créer avec les ZFE une bombe sociale supplémentaire", après celle de la réforme des retraites. Son rapport final ne sera présenté qu’à la mi-juin mais, en attendant, cet élu LR des Alpes-Maritimes a communiqué ce jeudi 25 mai les résultats de la consultation en ligne organisée du 17 avril au 14 mai pour le compte de la mission d'information relative aux zones à faibles émissions mobilité (ZFE-m) du Sénat. Des chiffres révélateurs du "ressenti très nettement négatif" des Français, qui permettent déjà de se risquer à imaginer la teneur des recommandations à venir.

"La priorité, pour moi, c’est d’aller vers le report modal au profit des transports en commun", propose Philippe Tabarot en rappelant que l’objectif des autorités n’est pas tant de mettre les Français au volant de véhicules électriques que de favoriser les alternatives au tout-voiture. "Sinon, on ne règlera pas les problèmes de congestion de la circulation et de partage de l’espace urbain", prévient l’élu qui souhaite œuvrer à une meilleure acceptabilité de ces mesures élevées au rang de brimade par nombre d’automobilistes.

Lire aussiZFE : les Français prêts à braver l’interdiction de circulation en masse

Un désir de mieux respirer en ville, mais...

Il reste du pain sur la planche car sur les 51.346 Français qui ont répondu à cette consultation en ligne (des particuliers pour 93% d’entre eux), pas moins de 86% des particuliers et 79% des professionnels ont indiqué être opposés au déploiement des ZFE-m. L’acceptabilité paraît d’autant plus faible que 97% des répondants savent en quoi consiste une ZFE-m, une proportion nettement plus élevée que dans le cadre d’un sondage d’opinion. Dernier exemple en date, l’Observatoire Roole qui a sondé 25.000 Français en novembre dernier : ils étaient 56% à admettre ne pas savoir ce qu’est une ZFE[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi