La bourse ferme dans 3 h 39 min
  • CAC 40

    7 056,79
    -8,60 (-0,12 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 262,32
    -13,88 (-0,32 %)
     
  • Dow Jones

    35 719,43
    +492,40 (+1,40 %)
     
  • EUR/USD

    1,1307
    +0,0034 (+0,31 %)
     
  • Gold future

    1 785,90
    +1,20 (+0,07 %)
     
  • BTC-EUR

    43 549,75
    -1 928,38 (-4,24 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 280,26
    -41,02 (-3,10 %)
     
  • Pétrole WTI

    72,12
    +0,07 (+0,10 %)
     
  • DAX

    15 749,16
    -64,78 (-0,41 %)
     
  • FTSE 100

    7 352,27
    +12,37 (+0,17 %)
     
  • Nasdaq

    15 686,92
    +461,76 (+3,03 %)
     
  • S&P 500

    4 686,75
    +95,08 (+2,07 %)
     
  • Nikkei 225

    28 860,62
    +405,02 (+1,42 %)
     
  • HANG SENG

    23 996,87
    +13,21 (+0,06 %)
     
  • GBP/USD

    1,3208
    -0,0034 (-0,25 %)
     

De Zemmour à Montebourg en passant par Bertrand et Barnier… Tous gaullistes!

·2 min de lecture

EDITO - Les candidats d'extrême droite à la présidentielle, déclarés ou non, défendent une filiation gaulliste que la droite républicaine, légitime sur ce terrain, ne semble pas vouloir contester.

Notre confrère Franz-Olivier Giesbert vient de publier Le sursaut (Gallimard), premier tome brillant d’une trilogie consacrée à l’histoire de la Vème République. Il s’agit d’abord d’une ode au Général de Gaulle. Une fois encore, Giesbert a saisi avant bien d’autres l’air du temps, à nouveau au gaullisme. Puisque "c’était mieux avant", c’était forcément mieux sous la férule du Général, un vrai chef, exclusivement mû par "les intérêts et la grandeur de la France", ce qui laisse entendre que ses successeurs, eux, ne l’étaient pas forcément… Cette façon de raconter l’Histoire politique récente est à la fois simplificatrice et enjolivée. Mais elle n’en est pas moins au cœur de l’actuelle campagne présidentielle. Une campagne où ils sont nombreux à vouloir s’approprier les mannes de de Gaulle. Et parfois cela ressemble à un détournement idéologique, à un rapt politique.

Lire aussi

Xénophobe et raciste, Eric Zemmour défend à la fois Pétain et de Gaulle

Comment ne pas aussitôt songer à , l’as du kidnapping. Voilà un (pré)-candidat qui prend à son compte sans la moindre gêne les pires thèses de l’extrême-droite nationalisto-maurrassiennes -l’antisémitisme, la xénophobie, le racisme, la détestation de "l’Autre "-. En relevant une possible culpabilité, sous une forme ou sous une autre, du capitaine Dreyfus. En réhabilitant la politique anti-juive de Pétain et du gouvernement de Vichy. Sans craindre non plus d’exposer une misogynie et une homophobie qui doit plaire dans les milieux les plus conservateurs. Mais pour autant, Zemmour ne se dégonfle pas: il "blanchit" Pétain et, aussitôt après, se réclame du Général. Un crime contre l’esprit et l’Histoire, à coup sûr. Pourtant jusque-là, les historiens spécialistes de ces sujets, les responsables politiques qui se réclament du gaullisme n’ont pas estimé utile de répliquer à Zemmour, d’expliquer en quoi le gaullisme lui est radicalement étranger, qu’en réalité, il le détourne et il le souille. Plus étrange encore, ils l’ont laissé [...]

Lire la suite sur challenges.fr

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles