Publicité
La bourse est fermée
  • Dow Jones

    38 783,04
    +35,62 (+0,09 %)
     
  • Nasdaq

    17 652,02
    +308,47 (+1,78 %)
     
  • Nikkei 225

    38 876,71
    -258,08 (-0,66 %)
     
  • EUR/USD

    1,0826
    +0,0081 (+0,76 %)
     
  • HANG SENG

    17 937,84
    -238,50 (-1,31 %)
     
  • Bitcoin EUR

    63 856,31
    +1 894,71 (+3,06 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 432,75
    +37,71 (+2,70 %)
     
  • S&P 500

    5 431,37
    +56,05 (+1,04 %)
     

Zara lance Pre-Owned : comment fonctionne cette plateforme de seconde main ?

Zara lance une plateforme de seconde main en France.
Zara lance une plateforme de seconde main en France.

CONSOMMATION - Bientôt un concurrent digne de ce nom pour Vinted ? Le géant espagnol du textile, Zara, a annoncé ce jeudi 31 août dans un communiqué le lancement en France de sa plateforme de seconde main Pre-Owned pour le 7 septembre prochain. Elle comptera trois services : achats/ventes, donations et réparation.

« L’un des défis auxquels est confronté le secteur textile est celui de l’allongement de la durée de vie des vêtements. C’est dans cette optique que nous avons créé la plateforme Pre-Owned, qui vous permet de prolonger la durée de vie de vos vêtements Zara », écrit sur son site le géant de l’habillement qui invoque aussi des objectifs de développement durable.

Son but et de prendre position sur le marché florissant de la seconde main, pour l’instant dominé par Vinted, qui ne compte pas moins de 23 millions de membres en France. Déjà implantée au Royaume-Uni, Pre-Owned devrait également voir le jour en Allemagne et en Espagne.

Un service d’achat/vente

Concrètement, il vous sera possible de revendre ou d’acheter uniquement des vêtements de la marque espagnole via cette plateforme. Il s’agit là d’un service de clients à clients. Le processus de vente est simple : télécharger des photos du vêtement que vous souhaitez vendre, ajoutez une description et indiquez son état et le prix auquel vous souhaitez le vendre.

PUBLICITÉ

Une équipe de Zara chargera ensuite « de vérifier que les images et les descriptions sont adéquates et qu’elles n’incluent aucun contenu abusif » et « que l’état de l’article que vous avez sélectionné est correctement reflété », selon les explications du site.

Les photos d’origine des produits seront affichées sur la page d’accueil. Celles que vous avez prises seront affichées une fois que le potentiel acheteur a cliqué sur l’article. Seront également écrites votre description et celle officielle de la marque. Vous disposerez ensuite de 6 jours pour envoyer l’article.

Deux autres services lancés

Vous pourrez aussi donner certains habits, que Zara s’occupera ensuite de distribuer à des associations. Les dons se feront soit en déposant les vêtements dans des conteneurs en magasin, soit en choisissant le service (payant) de collecte à domicile, ou en les envoyant par colis.

La marque se dote également d’un service de réparation : il vous suffira d’amener un habit en magasin, où une équipe vous aidera à définir les contours de la retouche dont vous avez besoin. Puis vous serez recontacté quand votre vêtement sera prêt.

En ligne, vous devrez d’abord préciser quel type de réparation vous avez besoin, avant de déposer le vêtement en question dans un point de dépôt. Puis il vous sera retourné à votre domicile.

Un marché en plein essor

Le marché de la seconde main est actuellement en pleine expansion. Selon une étude de l’Observatoire économique de l’Institut français de la mode (IFM), 44,2 % des consommatrices et 38,4 % des consommateurs français ont acheté des vêtements de seconde main en 2022. Contre 42,2 % et 34,5 % en 2019.

H&M, un autre géant de la distribution d’habillement, s’était lui aussi positionné sur ce marché en 2019, comme le rappelle Le Monde, en prenant le contrôle de la start-up suédoise Sellpy afin de faciliter l’achat et la revente d’articles d’occasion.

Outre le fait de prendre position sur le marché de la seconde main, Zara espère aussi déplacer ces consommateurs vers leur site de vente classique, toujours selon les informations du Monde. Pour ainsi faire d’une pierre deux coups. Et pousser toujours un peu plus vers la surconsommation de vêtements ?

À voir également sur Le HuffPost :

Le « Barbie botox », cette tendance esthétique qui inquiète les professionnels

Nicole Kidman se défend après un shooting pour « Vanity Fair » en minijupe critiqué : « Je l’assume »