La bourse ferme dans 8 h 3 min
  • CAC 40

    7 144,30
    +10,47 (+0,15 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 259,45
    +1,63 (+0,04 %)
     
  • Dow Jones

    35 368,47
    -543,34 (-1,51 %)
     
  • EUR/USD

    1,1339
    +0,0009 (+0,08 %)
     
  • Gold future

    1 812,90
    +0,50 (+0,03 %)
     
  • BTC-EUR

    36 482,62
    -726,14 (-1,95 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 169,00
    +159,61 (+15,81 %)
     
  • Pétrole WTI

    86,19
    +0,76 (+0,89 %)
     
  • DAX

    15 696,76
    -75,80 (-0,48 %)
     
  • FTSE 100

    7 559,79
    -3,76 (-0,05 %)
     
  • Nasdaq

    14 506,90
    -386,86 (-2,60 %)
     
  • S&P 500

    4 577,11
    -85,74 (-1,84 %)
     
  • Nikkei 225

    27 467,23
    -790,02 (-2,80 %)
     
  • HANG SENG

    24 127,85
    +15,07 (+0,06 %)
     
  • GBP/USD

    1,3598
    -0,0001 (-0,01 %)
     

Yvelines: un député LaREM menacé de décapitation, une enquête ouverte

·1 min de lecture
Didier Baichère, député LaREM des Yvelines, a reçu plusieurs menaces de mort - Facebook Didier Baichère
Didier Baichère, député LaREM des Yvelines, a reçu plusieurs menaces de mort - Facebook Didier Baichère

Menaces de mort, de décapitation. Didier Baichère, député LaREM de la première circonscription des Yvelines, a été visé à plusieurs reprises depuis début novembre par des messages de ce genre, le poussant à porter plainte.

Comme le relate Le Parisien, l'élu a été menacé par des militants anti-vaccins. Il a notamment reçu un mail haineux, évoquant les mesures de restriction prises par le gouvernement et le menaçant de décapitation.

"Je porte plainte systématiquement. Tous les députés sont dans la même situation depuis ces dernières semaines. Nous sommes nombreux à subir ces attaques. C'est à peu près trois par jour. Ce sont toujours les mêmes adresses anonymes, qui nous harcèlent", a expliqué le député à nos confrères.

876450610001_6277784309001

"Ne pas laisser passer dès qu'il y a une menace d'attaque physique"

"Je ne suis pas apeuré mais je regrette que les gens soient entraînés dans une sorte de mouvement de libération de la parole et ne font plus la différence entre les réseaux sociaux et la vraie vie, en pensant qu’ils peuvent tout y dire et tout y faire. Ce qui est important, c'est de ne pas laisser passer dès qu'il y a une menace d'attaque physique", a ajouté Didier Baichère, dont la permanence avait été vandalisée il y a quelques mois.

Pour tenter de réduire les menaces, l'élu a fermé le formulaire de contact présent sur son site. "Ces personnes m'envoient désormais directement des messages sur ma boîte mail, c’est plus facile à tracer. Mais cela ne les effraie visiblement pas", regrette-t-il.

Une enquête a été ouverte à la section du parquet de Paris dédiée à la lutte contre la cybercriminalité.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles