Publicité
La bourse est fermée
  • Dow Jones

    38 803,18
    +25,08 (+0,06 %)
     
  • Nasdaq

    17 859,42
    +2,40 (+0,01 %)
     
  • Nikkei 225

    38 482,11
    +379,67 (+1,00 %)
     
  • EUR/USD

    1,0740
    +0,0005 (+0,04 %)
     
  • HANG SENG

    17 915,55
    -20,57 (-0,11 %)
     
  • Bitcoin EUR

    60 008,41
    -2 046,34 (-3,30 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 323,53
    -65,87 (-4,74 %)
     
  • S&P 500

    5 483,66
    +10,43 (+0,19 %)
     

Une youtubeuse connue pour ses conseils d’éducation suspectée de maltraitance sur ses enfants

Alexas_Fotos/Pixabay

La youtubeuse américaine Ruby Franke, propriétaire de la chaîne YouTube 8 Passengers qui donnait des conseils en matière de parentalité à ses 2,3 millions d'abonnés, a été arrêtée vendredi 1er septembre 2023. Nos confrères de SkyNews ont rapporté qu'elle était suspectée de maltraitance infantile. Ruby Franke et son mari avaient lancé cette chaîne familiale sur YouTube en 2015. Ils y racontaient leur vie de couple et celles de leurs six enfants dans l'état de l'Utah, aux États-Unis. Avec leur collaboratrice Jodi Hildebrandt, également arrêtée par les autorités, ils prônaient un style d'éducation sévère dans leurs vidéos. Mercredi 30 août 2023, l'un des fils du couple de youtubeurs, âgé de 12 ans, s'est échappé de leur domicile par la fenêtre. Il s'est rendu chez un voisin, du ruban adhésif enroulé autour des poignets et des chevilles, pour demander un peu d'eau et de nourriture. Le voisin aurait alors immédiatement averti les forces de l'ordre. Le garçon, décrit comme "émacié et mal nourri" a été emmené à l'hôpital et placé sous surveillance médicale "en raison de ses profondes lacérations causées par des liens en corde et de sa malnutrition".

Une fois au domicile de la famille Franke, une des filles, âgée de 10 ans, a également été trouvée mal nourrie. Deux autres des enfants ont été pris en charge par les services de protection de l'enfance. À ce jour, Ruby Franke et Jodi Hildebrandt sont toujours en garde à vue, a précisé à nos confrères britanniques le bureau du shérif du comté (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite