La bourse est fermée
  • CAC 40

    4 909,64
    +58,26 (+1,20 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 198,86
    +27,45 (+0,87 %)
     
  • Dow Jones

    28 335,57
    -28,09 (-0,10 %)
     
  • EUR/USD

    1,1868
    +0,0042 (+0,36 %)
     
  • Gold future

    1 903,40
    -1,20 (-0,06 %)
     
  • BTC-EUR

    10 955,31
    -266,72 (-2,38 %)
     
  • CMC Crypto 200

    260,05
    -1,40 (-0,54 %)
     
  • Pétrole WTI

    39,78
    -0,86 (-2,12 %)
     
  • DAX

    12 645,75
    +102,69 (+0,82 %)
     
  • FTSE 100

    5 860,28
    +74,63 (+1,29 %)
     
  • Nasdaq

    11 548,28
    +42,28 (+0,37 %)
     
  • S&P 500

    3 465,39
    +11,90 (+0,34 %)
     
  • Nikkei 225

    23 516,59
    +42,32 (+0,18 %)
     
  • HANG SENG

    24 918,78
    +132,65 (+0,54 %)
     
  • GBP/USD

    1,3038
    -0,0042 (-0,32 %)
     

YouTube va filtrer automatiquement les vidéos inappropriées pour les enfants

·1 min de lecture

C'est un vrai problème qui concerne de nombreux parents : les enfants regardent tranquillement des dessins animés et, parmi les vidéos proposées à la fin programme, ils peuvent tomber sur du contenu qui ne leur est pas du tout destiné, comme des images d’actualité ou certains clips musicaux. Si ces vidéos doivent aujourd'hui être signalées à la main par les modérateurs, cela pourrait changer car toutes les vidéos inappropriées pour les enfants vont être automatiquement filtrées sur YouTube.

Application d'une directive européenne

Alors que la plateforme reçoit plus de 500 heures de vidéo chaque minute, le géant américain du streaming va faire appel à l’intelligence artificielle pour scanner chaque contenu. Et valider si, oui ou non, il peut être diffusé à tout le monde. Si ce n'est pas le cas, il faudra se connecter pour vérifier qu’on a plus de 18 ans. Dans certains cas, on pourra même demander une preuve, comme une carte bancaire ou pièce d’identité. Ce n’était pas le cas jusqu'ici.

>> Retrouvez Europe Matin en replay et en podcast ici

Cela n'a rien d’une prise de conscience soudaine de YouTube. Il se trouve qu’une directive européenne oblige les plateformes à protéger les mineurs sur internet (la directive AVMSD). Cette directive a notamment été traduite dans la fameuse loi qui obligera à prouver son âge sur les sites pornographiques.

Des humains en derniers recours

Peut-on être sûr que l’intelligence artificielle ne va pas censurer des contenus totalement bénins ? ...


Lire la suite sur Europe1