La bourse ferme dans 2 h 20 min
  • CAC 40

    6 831,80
    +92,07 (+1,37 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 142,53
    +52,95 (+1,29 %)
     
  • Dow Jones

    34 899,34
    -905,06 (-2,53 %)
     
  • EUR/USD

    1,1268
    -0,0052 (-0,46 %)
     
  • Gold future

    1 788,40
    +0,30 (+0,02 %)
     
  • BTC-EUR

    50 863,84
    +2 288,48 (+4,71 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 439,25
    -16,16 (-1,11 %)
     
  • Pétrole WTI

    72,40
    +4,25 (+6,24 %)
     
  • DAX

    15 372,79
    +115,75 (+0,76 %)
     
  • FTSE 100

    7 149,45
    +105,42 (+1,50 %)
     
  • Nasdaq

    15 491,66
    -353,54 (-2,23 %)
     
  • S&P 500

    4 594,62
    -106,84 (-2,27 %)
     
  • Nikkei 225

    28 283,92
    -467,70 (-1,63 %)
     
  • HANG SENG

    23 852,24
    -228,28 (-0,95 %)
     
  • GBP/USD

    1,3315
    -0,0023 (-0,17 %)
     

Yan Pei-Ming, peintre d'histoires

·2 min de lecture

Révélé par ses portraits de Mao, le peintre français né à Shanghai attaque ses toiles"comme on part au combat". Défiant le temps à travers les visages d’anonymes ou de légendes. Rencontre au milieu de ses œuvres XXL d’ombres et lumières.

Le 5 octobre 2021, Paris. Yan Pei-Ming bat le pavé avenue Winston Churchill. Il n’est pas encore dix heures. Il s’impatiente à l’idée de découvrir l’expo­sition que le Petit Palais consacre au peintre russe Ilya Répine (1844-1930): "En Chine, Répine est une référence! Toute une génération d’artistes chinois a été formée en URSS, et notamment à Leningrad, à l’institut qui porte son nom. Je me souviens d’un manuel de dessin avec Les Haleurs de la Volga reproduits en noir et blanc. Ce petit livre était ma bible… Quel choc de découvrir le tableau à plus de quarante ans de distance à sa taille réelle… et en couleurs!" Yan Pei-Ming promet de revenir vite au Petit Palais contempler encore les œuvres du maître de sa jeunesse. Né à Shanghai en 1960, l’artiste rappelle combien l’art occidental était absent de Chine à l’heure de la Révolution culturelle. En 1978, deux ans après la mort de Mao, une exposition consacrée au paysage dans la peinture française crée l’événement. Le jeune homme est émerveillé par l’explosion de couleurs: "Je croyais que la peinture était noire et blanche…"

Yan Pei-Ming a toujours souhaité devenir pein­tre. Enfant, il était fasciné par un voisin, docker de son métier, qui peignait à l’huile: "En quelques coups de pinceaux, il faisait surgir une image." La famille vit à l’étroit (avec ses parents et ses trois frères et sœurs, il se serre dans 18 mètres carrés). Il rêve d’un espace pour peindre à sa guise. A l’école, il convainc le professeur d’art de créer un atelier. Il y fait ses premières armes, réalisant des affiches de propagande. Son rêve de disposer d’un atelier bien à lui naît, dit-il, à cette époque. Il attendra l’âge de 30 ans pour le réaliser. A la fin du lycée, Yan Pei-Ming tente le con­cours de l’école des Beaux-Arts de Shanghai. Il est éliminé. "Tant mieux, sourit-il, l’échec est constructif!"

Série de portraits en noir et blanc

L’assouplissement du régime l’autorise à partir étudier à l’étranger. Le jeune homme s’envole vers Paris, où vi[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles