La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 739,73
    -336,14 (-4,75 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 089,58
    -203,66 (-4,74 %)
     
  • Dow Jones

    34 899,34
    -905,04 (-2,53 %)
     
  • EUR/USD

    1,1320
    +0,0108 (+0,96 %)
     
  • Gold future

    1 788,10
    +1,20 (+0,07 %)
     
  • BTC-EUR

    48 407,20
    +285,25 (+0,59 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 365,60
    -89,82 (-6,17 %)
     
  • Pétrole WTI

    68,15
    -10,24 (-13,06 %)
     
  • DAX

    15 257,04
    -660,94 (-4,15 %)
     
  • FTSE 100

    7 044,03
    -266,34 (-3,64 %)
     
  • Nasdaq

    15 491,66
    -353,57 (-2,23 %)
     
  • S&P 500

    4 594,62
    -106,84 (-2,27 %)
     
  • Nikkei 225

    28 751,62
    -747,66 (-2,53 %)
     
  • HANG SENG

    24 080,52
    -659,64 (-2,67 %)
     
  • GBP/USD

    1,3338
    +0,0018 (+0,14 %)
     

Yémen : 160 rebelles houthis tués au sud de Marib dans leur progression

·3 min de lecture

La coalition militaire dirigée par l'Arabie saoudite au Yémen a affirmé samedi avoir tué 160 rebelles houthis dans de nouveaux raids au sud de la ville stratégique de Marib, où la bataille a fait des centaines de morts ces derniers jours.

Malgré les lourdes pertes, les rebelles progressent et sont désormais "au centre du secteur d'al-Abdiya après un siège qui a duré quatre semaines", a affirmé une source loyaliste à l'AFP, samedi 16 octobre. "Nous avons mené 32 frappes à al-Abdiya (...) 11 véhicules militaires ont été détruits et plus de 160 éléments terroristes éliminés", a indiqué la coalition, citée par l'agence officielle saoudienne SPA.

Dernier bastion du gouvernement dans le nord du Yémen largement dominé par les Houthis, Marib, chef-lieu de la province qui porte le même nom, est au cœur d'une violente bataille. Les Houthis ont lancé en février une campagne pour prendre la ville et ont récemment intensifié leur offensive. La coalition a répondu depuis lundi par une salve de frappes aériennes qui ont tué, selon elle, plus de 700 insurgés.

Ces chiffres n'ont pas pu être vérifiés de source indépendante et les Houthis ne communiquent que très rarement sur les victimes dans leurs rangs.

Des derniers jours très meurtriers

Selon la source loyaliste, les rebelles ont "kidnappé, emprisonné et maltraité" des membres de tribus ayant appuyé les forces progouvernementales. Près de 20 membres des forces loyalistes et de ces tribus ont été tués ces dernières 24 heures et 47 ont été blessés, a-t-il déclaré. Un autre responsable militaire a confirmé ce bilan à l'AFP.

De son côté, un des porte-parole des rebelles, Mohammed Abdesselem, a affirmé sur Twitter que les rebelles avaient affronté des "éléments liés à Al-Qaïda et au groupe État islamique, eux-mêmes liés aux forces de l'agression [la coalition, NDLR]" dans le secteur d'al-Abdiya. La coalition n'a pas répondu dans l'immédiat à une demande de commentaire. Le ministre yéménite de l'Information, Mouammar al-Iryani, a lui accusé les rebelles de prendre pour cible des quartiers résidentiels.

Le Yémen est depuis 2014 le théâtre d'une guerre entre les forces progouvernementales et les Houthis, des rebelles proches de l'Iran qui contrôlent une grande partie du nord du pays, y compris la capitale Sanaa. Depuis 2015, la coalition militaire dirigée par les Saoudiens intervient pour appuyer les forces loyalistes. En sept ans de guerre, des dizaines de milliers de personnes ont été tuées, pour la plupart des civils, et des millions ont été déplacées, d'après les organisations internationales.

La communauté internationale essaye en vain de parvenir à une résolution pacifique de ce conflit qui a provoqué la pire crise humanitaire au monde, selon l'ONU. Près de 80 % de la population yéménite compte sur l'aide humanitaire pour survivre. Jeudi, les Nations unies ont appelé à la cessation des combats dans la région de Marib afin de pouvoir fournir de l'aide humanitaire, cruciale pour les populations civiles, notamment les déplacés.

Près de 10 000 personnes ont été déplacées pour le seul mois de septembre dans la province de Marib, selon l'Organisation internationale pour les migrations.

Avec AFP

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles