Publicité
Marchés français ouverture 1 h 18 min
  • Dow Jones

    40 003,59
    +134,19 (+0,34 %)
     
  • Nasdaq

    16 685,97
    -12,33 (-0,07 %)
     
  • Nikkei 225

    39 051,56
    +264,18 (+0,68 %)
     
  • EUR/USD

    1,0884
    +0,0012 (+0,11 %)
     
  • HANG SENG

    19 671,35
    +117,74 (+0,60 %)
     
  • Bitcoin EUR

    61 686,27
    -18,29 (-0,03 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 372,36
    -1,48 (-0,11 %)
     
  • S&P 500

    5 303,27
    +6,17 (+0,12 %)
     

XV de France: Rabadan, ancien international, n'aurait pas sélectionné Chalureau pour la Coupe du monde

XV de France: Rabadan, ancien international, n'aurait pas sélectionné Chalureau pour la Coupe du monde

L'adjoint aux sports de la Ville de Paris Pierre Rabadan a déclaré ce mardi qu'il n'aurait pas sélectionné Bastien Chalureau pour la Coupe du monde de rugby, trois ans après une condamnation pour des violences racistes dont il a fait appel.

Interrogé sur la polémique lors d'une visite de presse du "village rugby", la fan zone installée place de la Concorde pour le coup d'envoi du Mondial vendredi, l'ancien joueur du Stade français, international français à deux reprises, a expliqué qu'il n'aurait pas fait ce choix.

>>> Les dernières infos sur la Coupe du monde de rugby

"Il faut respecter la présomption d'innocence mais oui, c'est problématique"

"C'est un sujet compliqué. Moi je connais très bien l'histoire parce que j'ai connaissance de joueurs qu'il a agressés. (...) A titre personnel, je pense que je ne l'aurais pas mis dans le squad qui préparait la Coupe du monde", a-t-il dit.

PUBLICITÉ

"Maintenant, c'est le choix de l'équipe de France. Il est présumé innocent, du moins sur la qualification d'actes racistes. Il faut respecter la présomption d'innocence mais oui, c'est problématique", a ajouté l'élu, sélectionné par le passé en équipe de France.

Chalureau, appelé vendredi pour pallier l'absence sur blessure de Paul Willemse, a été condamné en 2020 par le tribunal correctionnel de Toulouse à six mois de prison avec sursis pour des "faits de violence avec la circonstance que ces derniers ont été commis en raison de la race ou de l'ethnie de la victime". Il a fait appel de ce jugement.

Article original publié sur RMC Sport