Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    8 010,83
    -12,91 (-0,16 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 955,01
    -11,67 (-0,23 %)
     
  • Dow Jones

    37 983,24
    -475,84 (-1,24 %)
     
  • EUR/USD

    1,0646
    -0,0085 (-0,79 %)
     
  • Gold future

    2 360,20
    -12,50 (-0,53 %)
     
  • Bitcoin EUR

    59 950,28
    -1 853,04 (-3,00 %)
     
  • CMC Crypto 200

    885,54
    0,00 (0,00 %)
     
  • Pétrole WTI

    85,45
    +0,43 (+0,51 %)
     
  • DAX

    17 930,32
    -24,16 (-0,13 %)
     
  • FTSE 100

    7 995,58
    +71,78 (+0,91 %)
     
  • Nasdaq

    16 175,09
    -267,10 (-1,62 %)
     
  • S&P 500

    5 123,41
    -75,65 (-1,46 %)
     
  • Nikkei 225

    39 523,55
    +80,92 (+0,21 %)
     
  • HANG SENG

    16 721,69
    -373,34 (-2,18 %)
     
  • GBP/USD

    1,2451
    -0,0104 (-0,83 %)
     

XV de France: le message de Galthié pour Jalibert et Hastoy après la "gifle" Ntamack

XV de France: le message de Galthié pour Jalibert et Hastoy après la "gifle" Ntamack

En marge de l'annonce de la composition d'équipe pour le test-match face aux Fidji, Raphaël Ibañez et Fabien Galthié sont revenus ce jeudi sur la situation de Romain Ntamack. Victime d'une grosse blessure au ligament antérieur du genou, le demi d'ouverture sera absent plusieurs mois et ratera la Coupe du monde de rugby en France (8 septembre-28 octobre). Le manager et le sélectionneur des Bleus ont eu une pensée pour lui à deux jours de défier la sélection du Pacifique à Nantes (21h05).

"Il est clair que chaque blessure est douloureuse et amène son lot d’émotions. Une émotion que nous avons d’ailleurs partagée puisque nous avons vécu l’impact de la blessure de Romain Ntamack… Et de Cyril Baille de manière simultanée. Et nous l’avons partagé avec l’ensemble du groupen, a estimé Raphaël Ibañez face à la presse. C’était lundi, mais beaucoup de gens ont dû le vivre. On était plein d’enthousiasme le dimanche soir puis parfois il y a un début de semaine qui est assez délicat. C’était un mauvais lundi mais une fois cela dit, on doit repartir au combat."

>> Toutes les infos sur le XV de France

Ibañez: "Ntamack est le bienvenu quand il le souhaitera"

Après la confirmation de la gravité de sa blessure lundi, Romain Ntamack a eu besoin de digérer. Idem pour le groupe tricolore qui a perdu l'un de ses maîtres à jouer depuis plus de quatre ans. Mais dès mardi, l'ouvreur a refait surface en restant au bord du terrain pendant l'entraînement collectif.

PUBLICITÉ

"Romain c’est un élément essentiel de l’équipe depuis maintenant près de quatre ans voire plus. C’est un joueur extraordinaire qui se prépare comme un grand professionnel et qui aujourd’hui vit cette blessure avec sa propre sensibilité. Et on la respecte, a encore enchaîné le manager du XV de France avant de défier les Fidji pendant le week-end. Depuis l’annonce lundi, il a préféré se ressourcer avec sa famille, ses amis et ses proches. C’est tout à fait compréhensible. Dès le mardi, l’appel du groupe a fait qu’on l’a retrouvé au bord du terrain, souriant et plutôt détendu. Il était très clair aussi sur ses objectifs futurs et nous, on est aussi là pour l’accompagner."

Et l'ancien talonneur de préciser: "Mais c’est lui aussi qui va accompagner le groupe, il est le bienvenu quand il le souhaitera. Pour l’anecdote, tous les matins on a un monitoring pour évaluer l’état de forme de chaque joueur et son état d’esprit. En général, chaque joueur a la liberté d’apporter un commentaire. De manière un peu inattendue mais cela lui ressemble à lui et à la personne qu’il est ou à son influence, Romain s’est fendu d’un petit commentaire en disant qu’il était prêt à soutenir tout le groupe dès mardi. Cela illustre aussi la volonté de Romain d’appartenir au groupe à l’heure actuelle."

Galthié reconnait avoir vécu "un lundi noir"

Prétendant au titre avant la blessure de Romain Ntamack, le XV de France a vu la confiance des bookmakers chuter suite au forfait du numéro 10 français. Touché par la perte de son ouvreur, Fabien Galthié a souhaité partager son émotion avec le plus grand nombre.

"J’ai sûrement une pensée pour son père aussi parce que c’était dur pour lui aussi. Une pensée pour son club car je pense que cela a aussi eu impact sur le Stade Toulousain. Une pensée pour nos supporters car on a bien senti que cela les impactait énormément, a confié le sélectionneur de l'équipe de France. Dans ce lundi noir, on a eu la chance entre guillemets d’avoir un bon timing. On a pu l’annoncer entre nous et prendre ensemble la mauvaise nouvelle de plein fouet. Cela fait malheureusement partie de la Coupe du monde. Cela fait partie de la vie en commun, cela fait partie malheureusement de ce à quoi on s’était préparé. On a réussi à le vivre ensemble. C’était le bon moment pour partager cette gifle monumentale du lundi matin. Et puis comme toujours, on encaisse et on digère. Après on se relève."

"C’est leur destin", Galthié prévient Jalibert et Hastoy

Qui pour épauler Antoine Dupont en charnière? Les solutions ne manquent pas pour suppléer Romain Ntamack. Si Thomas Ramos et même Baptiste Serin pourraient dépanner à l'ouverture, Fabien Galthié a reconnu que le duo Jalibert-Hastoy avait un énorme coup à jouer.

"Je vais parler de Matthieu Jalibert et Antoine Hastoy. C’est leur destin, c’est écrit. Ils doivent croire en eux. Et c’est le moment d’y aller, a lancé le sélectionneur français. Je vais parler d’Antoine Hastoy parce que cela fait depuis la tournée en Australie qu’il est avec nous."

Et de rappeler, malgré son faible nombre de matchs joués en sélection, le vécu de l'ouvreur rochelais: "Il est rentré en équipe de France il y a un peu plus de deux ans. Il a peu de sélections mais il a beaucoup de participations aux préparations donc à la méthode à 42. Il a beaucoup vécu avec nous même s’il n’a pas eu autant de sélections que Romain Ntamack et Matthieu Jalibert. Mais Antoine a vécu en équipe de France pendant plus de deux ans et aussi avec les Barbarians britanniques. Il a accumulé beaucoup d’expérience et d’entraînements avec l’équipe. Il a vécu des moments que l’on ne peut pas remplacer avec le groupe. Et puis il y a Matthieu Jalibert qui a aussi vécu la blessure pendant ces quatre années et qui est là. Donc c’est leur destin, c’est leur moment à eux. Et à nous aussi."

Article original publié sur RMC Sport