Marchés français ouverture 6 h 33 min
  • Dow Jones

    31 402,01
    -559,85 (-1,75 %)
     
  • Nasdaq

    13 119,43
    -478,54 (-3,52 %)
     
  • Nikkei 225

    29 516,58
    -651,69 (-2,16 %)
     
  • EUR/USD

    1,2157
    -0,0030 (-0,24 %)
     
  • HANG SENG

    30 074,17
    0,00 (0,00 %)
     
  • BTC-EUR

    39 052,13
    -2 477,16 (-5,96 %)
     
  • CMC Crypto 200

    946,10
    -48,56 (-4,88 %)
     
  • S&P 500

    3 829,34
    -96,09 (-2,45 %)
     

Xinjiang. Le gouvernement Trump accuse la Chine de génocide contre les Ouïgours

The New York Times (New York)
·1 min de lecture

Le secrétaire d’État Mike Pompeo a dénoncé la répression à grande échelle menée par Pékin dans le Xinjiang. Pour le New York Times, cette prise de position pourrait conduire le gouvernement Biden à imposer à la Chine davantage de sanctions.

Le département d’État américain a accusé mardi 19 janvier le gouvernement chinois de “commettre un génocide et des crimes contre l’humanité” au Xinjiang, rapporte le New York Times.

Le gouvernement américain fait référence à la répression à grande échelle des Ouïgours et d’autres minorités ethniques majoritairement musulmanes dans le nord-ouest de la Chine, et cible l’utilisation par Pékin de camps d’internement et de stérilisation forcée.

À lire aussi: Chine. Les Ouïgours, victimes de travail forcé dans les champs de coton du Xinjiang

Alors que les autorités chinoises rejettent régulièrement les accusations de génocide et de violations des droits de l’homme au Xinjiang, le journal new-yorkais souligne que la décision du département d’État américain “devrait être la dernière action de l’administration Trump à l’égard de la Chine”. Et qu’elle est le point culminant d’un long débat sur la manière de punir ce que beaucoup considèrent comme “les pires violations des droits de l’homme” commises par Pékin depuis des décennies.

“Assimilation forcée”

Selon le New York Times, le chef de la diplomatie américaine, le secrétaire d’État Mike Pompeo, a déclaré lui-même que les

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :