Marchés français ouverture 3 h 39 min
  • Dow Jones

    34 060,66
    -267,13 (-0,78 %)
     
  • Nasdaq

    13 303,64
    -75,41 (-0,56 %)
     
  • Nikkei 225

    28 008,09
    -398,75 (-1,40 %)
     
  • EUR/USD

    1,2229
    +0,0003 (+0,02 %)
     
  • HANG SENG

    28 593,81
    +399,72 (+1,42 %)
     
  • BTC-EUR

    33 293,21
    -3 614,15 (-9,79 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 123,90
    -129,24 (-10,31 %)
     
  • S&P 500

    4 127,83
    -35,46 (-0,85 %)
     

Xavier Dupont de Ligonnès : dix ans plus tard, ces amateurs enquêtent encore sur Internet

Maïlis Rey-Bethbeder
·2 min de lecture

Le jeudi 21 avril 2011, cinq corps ainsi que deux cadavres de chiens sont retrouvés sous la terrasse d’une maison cossue de Nantes. Cette découverte marque le début de l’affaire Xavier Dupont de Ligonnès, le père de famille et principal suspect de ce quintuple meurtre, jamais retrouvé à ce jour. Dix ans après, des apprentis détectives cherchent encore des réponses.  

Elle voit le jour dès le 24 avril. En 2011, seulement quelques jours après la découverte des cadavres de la famille Dupont de Ligonnès, près de Nantes, une page consacrée à l’enquête, ouverte à tous, naît sur Facebook. Aux manettes, celui qui se fait appeler « Chris la Vérité ». La page, nommée « Xavier Dupont de Ligonnès : Enquête et Débat » est rapidement fermée, le 26 avril : « à ce moment-là, je ne l’avais pas créée sous ma véritable identité et il y a dû avoir des signalements, à l'époque ça ne plaisait pas trop aux internautes, explique le créateur de la page. J'essayais de parler de ça sur d’autres pages plutôt consacrées à rendre hommage à la famille. Dès qu’on était un peu dans un autre registre, sur le registre du questionnement, de l’enquête, de la discussion, on était immédiatement censuré. La simple idée d’enquêter, c’était hors de question ».  

Lire aussi >> Xavier Ronsin, un procureur dans l’affaire Dupont de Ligonnès

La génèse 

Au début de l’affaire, Chris la Vérité (qui tient aujourd’hui encore à garder l’anonymat) étudie à l’Université catholique de l’ouest, à Angers, au même endroit que Thomas, une des victimes. Plusieurs lieux récurrents dans l’enquête lui sont familiers : « je suis de la région [près de Nantes], raconte-t-il. Le restaurant gastronomique où [Xavier Dupont de Ligonnès] a dîné avec Thomas, l’ancien moulin, c’est un endroit que je connais, je...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi