Marchés français ouverture 8 h 43 min
  • Dow Jones

    35 677,02
    +73,92 (+0,21 %)
     
  • Nasdaq

    15 090,20
    -125,50 (-0,82 %)
     
  • Nikkei 225

    28 804,85
    +96,25 (+0,34 %)
     
  • EUR/USD

    1,1646
    +0,0015 (+0,13 %)
     
  • HANG SENG

    26 126,93
    +109,43 (+0,42 %)
     
  • BTC-EUR

    52 398,45
    -660,56 (-1,24 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 453,34
    -49,70 (-3,31 %)
     
  • S&P 500

    4 544,90
    -4,88 (-0,11 %)
     

Xavier Bertrand peut-il mettre Emmanuel Macron en danger?

·2 min de lecture

EDITO - Xavier Bertrand enregistre des victoires sur le plan tactique et stratégique. Reste à les transformer en gains politiques et électoraux. Et ça, ce n’est pas encore gagné.

Depuis quelques mois, la campagne présidentielle de patinait. Absence de dynamique et, plus préoccupant encore, d’un concept politique permettant de susciter un début d’adhésion -l’alarme sécuritaire (évidemment légitime) ne pouvait y suffire. Voilà pourquoi les sondages de premier tour présidentiel ne variaient pas d’un iota quel que soit l’institut: le président de la région Hauts-de-France restait scotché dans une fourchette 14-15%- à bonne distance encore de . Plus préoccupant encore, il dévissait dans ces mêmes études, mais au second tour cette fois: après avoir été annoncé vainqueur d’Emmanuel Macron, il passait derrière le sortant dans l'hypothèse de ce duel. Alarme, donc.

Pourtant, les perspectives tactiques et stratégiques semblent désormais meilleures. Reste à les transformer en gains politiques et électoraux. Ce n’est pas encore gagné.

Lire aussi

Au plan tactique, Xavier Bertrand a obtenu satisfaction puisque . Il n’en voulait pas, dont acte. Ayant noué une alliance de circonstance avec Christian Jacob, le président de LR (Les Républicains), Bertrand accepte en revanche d’en passer par le vote de 80.000 militants lors d’un congrès LR en… décembre prochain. La droite rabougrie puisque les (petits) partis centristes sont eux virés du processus. Il lui reste donc quelques semaines encore pour convaincre ses deux principaux "adversaires", Valérie Pécresse et Michel Barnier, de se retirer, de se ranger derrière lui, d’éviter une nouvelle bataille politique et personnelle, et d’obtenir ainsi un sacre devant un congrès devenu chambre d’enregistrement.

Ce scénario idyllique ne fonctionne qu’à une triple condition et, pour l’instant, Xavier Bertrand n’a pas réussi à la remplir: faire -vraiment- le trou dans les sondages avec ses concurrents de droite, talonner Marine Le Pen, commencer à se rapprocher d’Emmanuel Macron.

Rude tâche.

A quand une entrée enfin tonitruante dans la campagne?

Une majorité de Français, et une forte majorité parmi les électeurs de la droit[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles