La bourse est fermée
  • Dow Jones

    33 886,28
    -543,60 (-1,58 %)
     
  • Nasdaq

    11 219,58
    -241,91 (-2,11 %)
     
  • Nikkei 225

    27 820,40
    +42,50 (+0,15 %)
     
  • EUR/USD

    1,0490
    -0,0041 (-0,39 %)
     
  • HANG SENG

    19 518,29
    +842,94 (+4,51 %)
     
  • BTC-EUR

    16 158,37
    -243,00 (-1,48 %)
     
  • CMC Crypto 200

    400,06
    -11,15 (-2,71 %)
     
  • S&P 500

    3 990,67
    -81,03 (-1,99 %)
     

Wednesday sur Netflix : la Mercredi Addams de Tim Burton n’est pas assez gothique

La famille la plus funeste de tous les temps est de retour sur le petit écran avec Mercredi (ou Wednesday), réalisée en partie par le papa d’Edward aux mains d’argent. Mais ce qui s’annonçait comme l’une des meilleures séries de l’année est finalement loin de combler nos attentes.

Enfilez votre plus belle tenue gothique, révisez vos claquements de doigts et apprenez à tisser les meilleures tresses du monde : Mercredi Addams débarque sur Netflix. Sur le papier, on pouvait difficilement imaginer plus séduisant que ce concept : Tim Burton rencontre la Famille Addams. Le réalisateur de Beetlejuice, Charlie et la Chocolaterie et Edward aux mains d’argent semblait être le candidat idéal pour redonner vie à cette fratrie macabre. Il aurait même dû réaliser le premier film, sorti en 1991, avant de devoir abandonner pour se consacrer à Batman : Le Défi.

Avec Mercredi (ou Wednesday), ces deux monstres de la pop culture se mélangent enfin dans une série disponible sur Netflix. Problème : cette première saison de huit épisodes possédait davantage d’intérêt morbide dans notre esprit que sur nos écrans. Sans être un désastre total, Mercredi ressemble trop à un concentré maladroit de références pour réellement nous captiver jusqu’au bout.

Jenna Ortega à la rescousse

Mercredi Addams est une ado comme les autres : elle adore torturer son frère sur des chaises électriques,

[Lire la suite]