La bourse est fermée
  • Dow Jones

    33 847,47
    -130,61 (-0,38 %)
     
  • Nasdaq

    11 437,59
    -184,12 (-1,58 %)
     
  • Nikkei 225

    27 433,40
    +50,84 (+0,19 %)
     
  • EUR/USD

    1,0857
    -0,0018 (-0,16 %)
     
  • HANG SENG

    22 069,73
    -619,17 (-2,73 %)
     
  • BTC-EUR

    21 320,26
    -672,76 (-3,06 %)
     
  • CMC Crypto 200

    523,44
    -14,43 (-2,68 %)
     
  • S&P 500

    4 031,62
    -38,94 (-0,96 %)
     

Wauquiez: “En 2027, ce sera moi ou Marine Le Pen”

AFP/Archives - Thomas COEX

Absent de l’élection à la tête de LR, le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes se prépare activement pour la présidentielle. Enquête sur sa méthode pour forger cette candidature.

Illusion d’optique. Laurent Wauquiez paraissait depuis l’été s’éloigner chaque jour davantage de la scène politique nationale, se repliant sur la région Auvergne-Rhône-Alpes qu’il préside. Il se montrait un brin pusillanime, aussi : prêt à laisser Eric Ciotti, favori pour la présidence des Républicains, monter seul sur le ring pour prendre les coups à sa place. Lui a décliné dès juillet toute velléité de relancer le parti.

Lire aussiLR: Le débat creuse l'écart entre Ciotti, Retailleau, Pradié - Challenges

Nicolas Sarkozy, qui vante en public le “réel talent” de son ancien ministre, explique aussi en privé: “On ne peut pas faire des refus d’obstacle tout le temps. S’il veut le pouvoir, il faut qu’il le dise et il faut qu’il s’en donne les moyens”. La critique, également portée par d’autres hiérarques LR, a fait mouche. Et Wauquiez fait aujourd’hui un pas de plus vers la ligne de départ de la prochaine présidentielle: “Ma conviction, c’est qu’en 2027, ce sera soit moi, soit Marine Le Pen”, déclare-t-il à Challenges.

Ses concurrents potentiels, surgeons du macronisme, de Bruno Le Maire à Edouard Philippe? Il les hache menu: “Le macronisme ne survivra pas à Macron”. Quant à la gauche, il ne la voit pas capable d’organiser une alternative crédible, empêtrée qu’elle serait dans le gauchisme de LFI et l’écologisme radical. Donc, Wauquiez répète sa prophétie, comme pour s’en convaincre: en 2027, quand il fêtera ses 52 ans, “ce sera moi ou Marine Le Pen”.

“Cinq ans ne seront pas de trop”

Alors que Valérie Pécresse a crashé la droite républicaine à 4,8% lors de la dernière présidentielle, le pari est pourtant loin d’être gagné. En arrivant au sommet du mont Mézenc, dont il gravit chaque année les 1753 mètres (trois fois plus que la roche de Solutré qu’affectionnait Mitterrand, notent ses fans), Wauquiez déclamait d’ailleurs, dès le 28 août: “Mes amis, nous avons du travail et cinq ans ne seront pas de trop. Nous devrons jeter sur le sol de France de nouvelles masses de grani[...]

Lire la suite sur challenges.fr