La bourse est fermée
  • Dow Jones

    29 969,52
    +85,73 (+0,29 %)
     
  • Nasdaq

    12 377,18
    +27,82 (+0,23 %)
     
  • Nikkei 225

    26 809,37
    +8,39 (+0,03 %)
     
  • dólar/euro

    1,2152
    +0,0037 (+0,30 %)
     
  • HANG SENG

    26 728,50
    +195,92 (+0,74 %)
     
  • BTC-EUR

    15 961,38
    +319,52 (+2,04 %)
     
  • CMC Crypto 200

    381,03
    +6,62 (+1,77 %)
     
  • S&P 500

    3 666,72
    -2,29 (-0,06 %)
     

Watch Dogs Legion : un aperçu brouillon mais prometteur de l'avenir des jeux vidéo

·1 min de lecture

Plus que quelques jours à attendre avant la sortie des nouvelles consoles de jeux vidéo. La Xbox Series X débarque le 10 novembre et la PS5 une semaine plus tard. Un moment très attendu par les joueurs et par les éditeurs qui misent beaucoup sur ce nouveau pas en avant technologique. Mais, à deux semaines près, Ubisoft a fait le pari de sortir un dernier jeu sur la génération actuelle : Watch Dogs Legion, troisième épisode de sa licence qui place les joueurs dans la peau d'un hacker. Direction Londres pour un opus au ton prophétique et qui promet surtout de pouvoir incarner chaque personnage croisé dans le jeu. Promesse tenue ? Europe 1 l'a testé.

>> Retrouvez Culture Médias en replay et en podcast ici

Hacker de bien faire

Watch Dogs Legion nous plonge dans un Londres en plein chaos. Dans un futur indéterminé mais très proche, après une vague d'attentats, la ville est écartelée entre plusieurs groupes : Zero Day, une faction terroriste ; Albion, une entreprise de sécurité privée qui a pris le pas sur le vénérable Scotland Yard ; le clan Kelley, un gang violent et omniprésent ; et enfin DedSec, un groupe de "gentils" hackers. Accusés à tort d'être responsable des attentats, ses membres sont activement recherchés par la police. En tant que joueur, nous intégrons ce collectif hacktiviste pour tenter de démêler les jeux de pouvoirs qui étranglent Londres et prouver l'innocence de nos camarades.

Le premier opus de la licence (2014) relatait le cavalier solitaire d'un homme c...


Lire la suite sur Europe1