Wall Street : vif rebond, Dell sorti de la cote pour 24 milliards !

COURS LIÉS

SymboleCoursVariation
BELI.PA28,96-1,13
FB58,940,78
EW81,290,86
GILD70,000,72

Au lendemain d'une forte baisse des indices boursiers dominée par la chute des valeurs financières et de celles des agences de notation, Wall Street tente un rebond ce mardi, aidé par l'ISM des services et la confirmation d'un LBO de 24,4 Mds$ sur le dossier Dell (NasdaqGS: DELL - actualité) . Le DJIA reprend actuellement 0,84% à 13.997 pts, tandis que le Nasdaq gagne 0,89% à 3.159 pts.

L'indice ISM américain des services, dit "non-manufacturier", est ressorti à 55,2 pour le mois de janvier 2013, contre 55,1 de consensus et 56,1 estimé un mois auparavant. L'indicateur traduit donc toujours une expansion assez robuste de l'activité dans les services, aux États-Unis. La composante emploi de l'ISM s'est améliorée en janvier, tandis que celle des commandes nouvelles a reculé.

Dell (+1%), le géant informatique texan, a enfin confirmé ce mardi un accord en vue de son acquisition par le fondateur Michael Dell et la firme de private equity Silver Lake. Les actionnaires de Dell recevront 13,65$ par action en cash, ce qui ressort très proche des derniers cours cotés et matérialise une prime voisine de 20% sur les cours antérieurs aux premières rumeurs. Depuis un mois, les marchés spéculent en effet sur cette tant attendue opération de LBO...

La transaction est valorisée environ 24,4 milliards de dollars, impliquant aussi une prime de 37% sur le cours moyen de clôture durant la période antérieure de 90 jours calendaires close le 11 janvier.

Les acquéreurs rachèteront en cash tous les titres Dell non encore détenus par Michael Dell et certains autres membres du management. Le (Paris: FR0000072399 - actualité) conseil d'administration de Dell, sur la recommandation du comité spécial d'administrateurs indépendants, a unanimement approuvé l'accord avec le fondateur du groupe et la firme Silver Lake.

La fusion est assortie d'une période dite de "go shop" durant laquelle le comité spécial, assisté par Evercore Partners (NYSE: EVR - actualité) , pourra activement solliciter, recevoir et évaluer des propositions alternatives. La période initiale est de 45 jours.

Michael Dell estime que cette transaction, qui serait donc suivie d'une sortie de la cote, outre "un excitant nouveau chapitre pour Dell, nos clients et les membres de l'équipe"... "Nous pouvons délivrer une valeur immédiate aux actionnaires, alors que nous poursuivrons l'exécution de notre stratégie de long terme et notre concentration sur la livraison de solutions haut de gamme à nos clients en tant qu'entreprise privée".

Egon Durban, partenaire de Silver Lake, souligne que Michael Dell est "un vrai visionnaire et l'un des leaders majeurs de l'industrie globale des technologies", se réjouissant donc de ce partenariat avec l'équipe de management de Dell.

Après la finalisation de l'opération, Michael Dell, qui détient actuellement 14% du capital, continuera de diriger son groupe en tant que chairman et chief executive officer. Le fondateur s'engage à maintenir un niveau d'investissement significatif au sein du groupe et à y ajouter un montant additionnel significatif de cash. Dell siègera toujours à Round Rock, au Texas.

La transaction reste soumise aux conditions usuelles, dont l'accord des régulateurs et celui des actionnaires de Dell. La finalisation est anticipée avant la fin du second trimestre fiscal 2014 du groupe.

Comme attendu, Microsoft (NasdaqGS: MSFT - actualité) investira également dans le deal avec un prêt de 2 milliards de dollars.

Cette opération marquerait donc une sortie de la cote à Wall Street, après 25 ans d'une histoire boursière qui avait débuté par une simple levée de fonds de 30 millions... Fondé avec seulement 1.000$ par Michael, le groupe Dell n'était valorisé encore que 80 millions de dollars environ en 1988. Au sommet de la bulle Internet, le groupe affichait une valeur de plus de 100 Mds$.

La transaction constitue également le plus important "leveraged buyout" depuis Alltel en novembre 2007 (alors vendu pour 25 Mds$ à TPG Capital et Goldman Sachs (NYSE: GS-PB - actualité) ).

LES VALEURS

Boeing (NYSE: BA - actualité) (+2%) a demandé à la Federal Aviation Administration de pouvoir effectuer des vols d'essai avec son 787 Dreamliner alors que les enquêteurs tentent toujours de trouver la source des problèmes récents qui ont affecté la batterie de plusieurs appareils. "Boeing a soumis une demande pour effectuer des vols d'essai et elle est actuellement en cours d'évaluation par la FAA", a indiqué un porte-parole du géant de l'aéronautique. Les autorités américaines et japonaises de régulation de l'aviation civile ont ouvert des enquêtes sur les incendies des batteries lithium-ion survenus dans deux 787 début janvier, entraînant une interdiction de voler pour tous les exemplaires de ce modèle déjà en exploitation. Si l'enquête avance rapidement selon les autorités américaines, les causes exactes des incidents ne sont toujours pas connues.

MasterCard (+1%) a annoncé un doublement de son dividende trimestriel, à 60 cents par titre, le conseil d'administration de la firme ayant par ailleurs approuvé un programme de rachats d'actions allant jusqu'à 2 milliards de dollars. Le groupe de Purchase payera son premier dividende rehaussé le 9 mai, aux actionnaires enregistrés le 9 avril 2013. L'autorisation nouvelle de rachats de titres sera effective après finalisation de l'actuel programme de 1,5 milliard.

Kellogg (+2%) a publié pour l'exercice 2012 un bénéfice par action en haut de fourchette de sa guidance, confirmant par ailleurs ses estimations 2013 de croissance. Le bénéfice "comparable" par action de l'exercice clos est ainsi ressorti à 3,28$, avec 9 cents par titre de coûts d'intégration de l'acquisition de Pringles. Le bpa net annuel est ressorti à 2,67$. Les ventes 2013 sont attendues en croissance de 7%, pour un bpa annuel anticipé en augmentation de 5 à 7%. Le cash flow de l'exercice est attendu entre 1,1 milliard et 1,2 milliard de dollars.

ADP - Automatic Data Processing (NasdaqGS: ADP - actualité) (+1%), la firme du New Jersey active dans les solutions de business outsourcing, a confirmé ce jour ses estimations 2013 de revenus et de bénéfices. Les revenus du second trimestre fiscal ont augmenté de 7% à 2,7 Mds$, avec 6% de croissance organique. Le bénéfice des opérations continues a reculé de 5% à 72 cents, contre 76 cents un an avant. Hors éléments, le bpa aurait cependant augmenté de 7% en glissement annuel.

Cardinal Health (NYSE: CAH - actualité) (+2%), le distributeur pharmaceutique américain, a publié pour son second trimestre fiscal 2013 un bénéfice opérationnel en augmentation de 13%, à 506 M$. Le profit opérationnel ajusté a grimpé de 11% à 525 M$. Le bpa des opérations continues s'est apprécié de 16% à 88 cents, pour un bpa ajusté en croissance de 15% à 93 cents. Le consensus était de 86 cents de bénéfice par action et 24,61 Mds$ de chiffre d'affaires. Les revenus trimestriels sont ressortis à 25,2 Mds$ contre 27,1 Mds$ un an plus tôt, soit un recul de 7%. Le groupe resserre enfin sa guidance 2013 de bpa ajusté entre 3,42 et 3,50$, en haut de fourchette des prévisions antérieures.

Archer Daniels Midland (+5%), conglomérat agricole américain basé dans l'Illinois, a annoncé pour son second trimestre fiscal un bénéfice net de 510 M$ et 77 cents par titre, ainsi qu'un bpa ajusté de 60 cents en augmentation de 18% en comparaison de l'an dernier. Le profit opérationnel des segments a représenté 808 M$. Les revenus trimestriels ont totalisé 24,9 Mds$, contre 23,3 Mds$ un an plus tôt. Le consensus pour le trimestre clos était de 58 cents de bpa ajusté et 23,7 Mds$ de recettes.

Emerson Electric (NYSE: EMR - actualité) (-2%), le groupe industriel diversifié américain, a dégagé au quatrième trimestre fiscal 2012 un bénéfice net attribuable aux actionnaires ordinaires de 454 M$ et 62 cents par titre, en forte progression de 22% en glissement annuel, contre 371 M$ soit 50 cents par action un an auparavant.

Eaton (+3%), le groupe industriel diversifié américain, a annoncé pour son quatrième trimestre fiscal 2012 un bénéfice net par action de 46 cents, reflétant l'impact de la finalisation de l'acquisition de Cooper Industries plc le 30 novembre. Hors éléments, le bpa opérationnel aurait été de 82 cents, contre 1,08$ par action un an avant. Les revenus trimestriels se sont élevés à 4,3 milliards de dollars, en augmentation de 7% en glissement annuel. Le bénéfice net a représenté 179 M$, contre 362 M$ en 2011, à la même période. Le bénéfice opérationnel hors éléments a été de 316 M$, contre 366 M$.

Baidu (NasdaqGS: BIDU - actualité) (-11%), le moteur de recherche chinois, a dévoilé ses résultats du quatrième trimestre. Ses bénéfices sont de 448,7 M$, en hausse de 36%, soit 1,28$ par action. Le bpa ajusté ressort à 1,31$, contre 1,29$ de consensus. Ses revenus grimpent de 42% à 1,017 Md$, contre 973 M$ de consensus. Sur le T1, le Groupe vise des revenus entre 945,4 et 975,9 M$.

Virgin Media (NasdaqGS: VMED - actualité) (+17%). Suite aux récents articles de presse, Virgin Media confirme être en pourparlers avec Liberty Global (NasdaqGS: LBTYA - actualité) en vue d'une éventuelle fusion. Une telle opération serait soumise à des conditions réglementaires et autres. Une nouvelle annonce sera faite en temps voulu, précise le groupe américain.

Hartford Financial Services (stable), l'assureur américain, a affiché une perte de 46 M$ soit 13 cents par titre pour le trimestre clos, avec l'ouragan Sandy, contre un bénéfice de 118 M$ et 23 cents par action un an auparavant. Le bpa opérationnel a reculé de 12% à 54 cents par titre.

Sirius XM Radio (NasdaqGS: SIRI - actualité) (-1%) a dévoilé pour son quatrième trimestre fiscal 2012 clos fin décembre un bénéfice net de 156 millions de dollars soit 2 cents par action, contre 71 M$ et 1 cent par titre un an auparavant. Les revenus se sont appréciés de 14% à 892 M$. Le consensus était logé à 2 cents de bpa et 900 M$ de recettes. Le groupe affichait 23,9 millions d'abonnés en fin d'année, en hausse de 9%. Les revenus 2013 sont attendus supérieurs à 3,7 Mds$, ce qui dépasserait très franchement le consensus.

Estee Lauder (+6%) a dévoilé ses résultats du second trimestre fiscal 2013. Ses bénéfices sont de 447,5 M$ (1,13$ par action), contre 396,7 M$ (1$ par action) un an avant. Le bpa ajusté ressort à 1,16$, contre 1,01$ un an plus tôt. Les ventes sont en hausse de 7% à 2,93 Mds$. Le Groupe vise par ailleurs un bpa annuel entre 2,51 et 2,59$. Sur le T3, Estee Lauder anticipe un bpa entre 0,28 et 0,32$, pour une croissance des ventes entre 3 et 4%.

CSC (SES: E1:C06.SI - actualité) (+10%), le fournisseur de services technologiques, a dévoilé ses résultats du troisième trimestre fiscal 2013. Ses bénéfices sont de 510 M$ (3,27$ par action), contre une perte de 1,39 Md$ (8,96$ par action) un an avant. Le bpa des opérations poursuivies ressort à 0,77$. Les revenus montent de 2,5% à 3,78 Mds$, contre 3,7 Mds$ de consensus.

Anadarko (+2%), le groupe pétrolier américain, a publié pour son quatrième trimestre fiscal un bénéfice net de 203 millions de dollars soit 40 cents par titre, contre 423 M$ un an avant, soit 85 cents par action. Le groupe évoque des éléments non récurrents ayant réduit son bpa de 51 cents.

Edwards Lifesciences (NYSE: EW - actualité) (-5%), l'équipementier médical américain, a affiché au dernier trimestre fiscal 2012 un bénéfice net de 91 millions de dollars, 77 cents par titre, contre 63 M$ et 53 cents un an plus tôt. Hors éléments, le groupe californien d'Irvine aurait dégagé un bpa de 90 cents, contre 62 cents un an auparavant. Les revenus trimestriels ont grimpé de 19% en glissement annuel, atteignant 511 millions.

Gilead Sciences (NasdaqGS: GILD - actualité) (+3%), le géant biopharmaceutique américain, a annoncé pour son quatrième trimestre fiscal des revenus en croissance de 18% à 2,59 Mds$, pour un bénéfice net en hausse de 15% à 763 M$. Les ventes des traitements HIV de Gilead ont dépassé le consensus. Atripla a ainsi dégagé 918 M$ de recettes, en hausse de 6%. Truvada a grimpé de 12% à 833 M$. Le consensus était à 2,43 Mds$ de revenus trimestriels totaux.

Le groupe californien de Foster City anticipe, pour 2013, des revenus produits totaux allant de 10 milliards à 10,2 milliards de dollars.

Yum! Brands (-4%), la chaîne américaine de restauration rapide, a annoncé pour l'exercice 2012 une croissance du bénéfice par action de 13%, à 3,25$ par titre hors exceptionnels. Les ventes mondiales ont grimpé de 5% avant effets de changes. Le bénéfice par action trimestriel a représenté 72 cents, en repli de 3%, tandis que le bpa ajusté T4 a grimpé de 10% à 83 cents. Malgré les difficultés de KFC en Chine, le bpa a donc dépassé le consensus, qui était logé à 82 cents sur une base ajustée sur le trimestre clos.

A magasins comparables, l'activité chinoise a chuté de 6% au quatrième trimestre. Le groupe avait déjà prévenu de cette mauvaise performance en janvier, du fait des craintes de sécurité concernant certains de ses fournisseurs locaux de poulets.

Facebook (NasdaqGS: FB - actualité) (+1%). D'après les informations de Bloomberg, le groupe californien pourrait proposer, dès le mois de mars prochain, une application mobile, indépendante de l'application du réseau social, qui permettrait de "géolocaliser" ses amis. Cette nouvelle application serait comparable à Google Latitude ou encore Find My Friends (Apple (NasdaqGS: AAPL - actualité) ). Bloomberg explique que le développement de ce nouveau service serait déjà très avancé et pourrait arriver dans un peu plus d'un mois.

Becton, Dickinson and Company (+3%), le fournisseur américain de technologies médicales, a annoncé pour son 1er trimestre fiscal 2013 des revenus de 1,90 milliard de dollars, en augmentation de 4% en glissement annuel, ou 5% à devises constantes. Le bénéfice dilué par action des opérations poursuivies a représenté 1,35$, contre 1,14$ un an avant, ce qui traduit une croissance de 18% en glissement annuel. Le consensus était de 1,24$ de bpa et 1,86 Md$ de chiffre d'affaires trimestriel.