Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 934,17
    +6,74 (+0,09 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 894,86
    +17,09 (+0,35 %)
     
  • Dow Jones

    39 087,38
    +90,99 (+0,23 %)
     
  • EUR/USD

    1,0839
    +0,0032 (+0,29 %)
     
  • Gold future

    2 091,60
    +36,90 (+1,80 %)
     
  • Bitcoin EUR

    56 990,29
    -60,83 (-0,11 %)
     
  • CMC Crypto 200

    885,54
    0,00 (0,00 %)
     
  • Pétrole WTI

    79,81
    +1,55 (+1,98 %)
     
  • DAX

    17 735,07
    +56,88 (+0,32 %)
     
  • FTSE 100

    7 682,50
    +52,48 (+0,69 %)
     
  • Nasdaq

    16 274,94
    +183,02 (+1,14 %)
     
  • S&P 500

    5 137,08
    +40,81 (+0,80 %)
     
  • Nikkei 225

    39 910,82
    +744,63 (+1,90 %)
     
  • HANG SENG

    16 589,44
    +78,00 (+0,47 %)
     
  • GBP/USD

    1,2655
    +0,0029 (+0,23 %)
     

Wall Street termine en ordre dispersé, record pour le Dow Jones

Un opérateur du New York Stock Exchange (ANGELA WEISS)
Un opérateur du New York Stock Exchange (ANGELA WEISS)

La Bourse de New York a terminé en ordre dispersé, lundi, le Dow Jones enregistrant un nouveau record en clôture sur un marché en consolidation, privé d'évènement marquant et qui attend déjà la publication d'un indicateur d'inflation mardi.

Le Dow Jones a gagné 0,33%, l'indice Nasdaq a cédé 0,30% et l'indice élargi S&P 500 a reculé de 0,09%.

Wall Street a signé une progression lors de 14 des 15 dernières semaines, une première depuis 1972, conclue par un record du S&P 500 au-delà du seuil symbolique des 5.000 points, vendredi.

"Le marché a besoin de reprendre son souffle de temps en temps", a commenté Steve Sosnick, d'Interactive Brokers. "C'est sain. On a beaucoup monté en très peu de temps. Cela me semble raisonnable d'évoluer en dents de scie pour un jour ou deux, voire même un peu plus."

En grande partie responsable du parcours flamboyant de Wall Street depuis un an, les vedettes du secteur technologiques ont ainsi repris quelques forces, à l'instar de Microsoft (-1,26%), Apple (-0,90%) et Amazon (-1,21%).

Insolent de vigueur, le fabricant de semi-conducteurs Nvidia (+0,16%), au centre de la fièvre de l'intelligence artificielle (IA), est parvenu à rester dans le vert.

En hausse de 46% depuis le début de l'année, le groupe de Santa Clara a vu sa valeur quasiment multiplié par cinq (4,7) depuis le lancement de ChatGPT, fin novembre 2022.

Nvidia a même brièvement dépassé le géant Amazon, lundi, pour entrer dans le cercle des cinq plus grosses capitalisations mondiales.

Egalement bien positionné dans la course à l'IA, le concepteur de puces Arm a encore bondi de 29,30% sur la séance. En une semaine sa capitalisation a plus que doublé.

Le faible flottant de la valeur, 90% des titres étant contrôlés par la société d'investissement SoftBank, accentue la volatilité du titre et sa propension à connaître des variations de cours brutales. La société britannique a vu sa capitalisation doubler en une semaine.

En cette séance de respiration, le Dow Jones a tiré son épingle du jeu, au point d'inscrire un nouveau record. Il le doit principalement aux valeurs défensives, c'est-à-dire théoriquement moins sensibles à la conjoncture, notamment Nike (+2,56%), la chaîne de bricolage Home Depot (+0,63%) et les conglomérats industriels 3M (+1,86%) et Dow (+1,48%).

Le marché obligataire est resté calme, en l'absence de publications majeures ou de nouvelles d'importance. Le rendement des emprunts d'Etat américains à 10 ans ressortait à 4,17%, comme vendredi en clôture.

Les investisseurs attendent l'indice de prix CPI pour janvier, qui donnera mardi des nouvelles de l'inflation. Les économistes tablent sur un indice sous les 3%, à 2,9%, pour la première fois depuis près de trois ans.

"Il y a de la nervosité", prévient Steve Sosnick au sujet du CPI, "parce que l'on considère le risque de décevoir comme plus élevé que la probabilité d'impressionner".

A la cote, Diamondback Energy a rué (+9,38%) après l'annonce du rachat de son concurrent Endeavor Energy, pour environ 26 milliards de dollars. La combinaison des deux groupes va former un géant du pétrole de schiste dans le bassin permien, région située à cheval sur l'ouest du Texas et le sud-est du Nouveau-Mexique.

L'opération a porté d'autres acteurs du secteur, tels ExxonMobil (+1,38%) et Chevron (+0,69%).

Les valeurs associées aux cryptomonnaies ont pris l'aspiration du bitcoin, qui a franchi 50.000 dollars lundi pour la première fois depuis fin 2021.

La plateforme d'échanges de devises numériques Coinbase a paradé (+3,75%), de même que sa concurrente Robinhood (+3,98%).

La holding de prêt-à-porter VF Corp, qui contrôle notamment Vans et Timberland, s'est envolée (+12,94%) après qu'un membre de la famille fondatrice a apporté son soutien au fonds activiste Engaged Capital, qui réclame une refonte du conseil d'administration et de la stratégie.

Nasdaq

tu/rhl