La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 233,94
    +67,67 (+0,94 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 257,98
    +16,86 (+0,40 %)
     
  • Dow Jones

    33 926,01
    -127,93 (-0,38 %)
     
  • EUR/USD

    1,0798
    -0,0113 (-1,04 %)
     
  • Gold future

    1 865,90
    -50,40 (-2,63 %)
     
  • BTC-EUR

    21 598,25
    -231,03 (-1,06 %)
     
  • CMC Crypto 200

    535,42
    -1,43 (-0,27 %)
     
  • Pétrole WTI

    73,23
    -2,65 (-3,49 %)
     
  • DAX

    15 476,43
    -32,76 (-0,21 %)
     
  • FTSE 100

    7 901,80
    +81,64 (+1,04 %)
     
  • Nasdaq

    12 006,96
    -193,86 (-1,59 %)
     
  • S&P 500

    4 136,48
    -43,28 (-1,04 %)
     
  • Nikkei 225

    27 509,46
    +107,41 (+0,39 %)
     
  • HANG SENG

    21 660,47
    -297,89 (-1,36 %)
     
  • GBP/USD

    1,2056
    -0,0173 (-1,41 %)
     

Wall Street termine en forte hausse, bien disposée par des indicateurs américains

La Bourse de New York a terminé en forte hausse vendredi, enjouée par une série d'indicateurs qui témoigne d'une décélération de l'économie et de l'inflation, mais aussi de la résistance du marché du travail.

Le Dow Jones a fini en progression de 2,13%, l'indice Nasdaq, de 2,56%, et l'indice élargi S&P 500, de 2,28%.

La séance a été orientée avant même l'ouverture par la publication du rapport mensuel du ministère du Travail, selon lequel l'économie américaine a créé 223.000 emplois en décembre, soit moins que les 256.000 de novembre mais bien plus que les 200.000 créations attendues par les économistes.

Ce chiffre supérieur aux attentes aurait pu échauder les opérateurs et alimenter les craintes d'une poursuite du resserrement monétaire à marche forcée de la banque centrale américaine (Fed).

Mais Wall Street a surtout retenu le ralentissement de la hausse du salaire horaire moyen, à 0,3% sur un mois contre 0,4% en novembre. C'est l'un des deux éléments les plus suivis par la Fed, avec l'évolution des prix, pour évaluer l'efficacité de sa lutte contre l'inflation.

"C'est du gagnant-gagnant pour la Fed, avec une hausse des salaires qui se calme tandis que le marché de l'emploi reste stable", a commenté Peter Essele, de Commonwealth Financial Network.

La dynamique initiée par le rapport sur l'emploi a été nourrie, un peu plus tard, par un autre indicateur, l'indice ISM, qui a montré que l'activité dans les services aux Etats-Unis s'était contractée en décembre, pour la première fois depuis mai 2020.

"On est toujours dans un contexte ou les mauvaises nouvelles (économiques) sont bien accueillies", a expliqué Nick Reece, de Merk Investments, les signes de fléchissement de l'économie américaine pouvant inciter la Fed à lever le pied.

Pour l'analyste, la place new-yorkaise a été plus sensible à l'ISM qu'au rapport sur l'emploi, "car il était bien en-deçà de ce qui était attendu et inférieur à 50" (49,6%), ce qui témoigne d'une contraction de l'activité.

"C'est cela qui a fait chuter les taux (obligataires) et tiré le marché" actions, selon lui.

Le rendement des emprunts d'Etat américains à 10 ans s'est ainsi brutalement détendu à 3,56%, contre 3,71%.

Quant au taux à 2 ans, plus sensible aux anticipations de politique monétaire, il a lâché 20 points de base (0,2 point de pourcentage), un décrochage rare sur le marché obligataire, à 4,25%.

Après un démarrage poussif, toute la "tech" s'est mise en mouvement, entraînée par une chasse aux bonnes affaires et la perspective d'un environnement de taux plus favorable aux financements importants dont a besoin le secteur pour se développer.

Apple (+3,68%), Amazon (+3,56%) et le fabricant de cartes graphiques Nvidia (+4,16%) ont tous été à la fête.

Même Tesla, après être tombé initialement à son plus bas niveau depuis près de deux ans et demi, est parvenu à prendre l'aspiration (+2,47% à 113,06 dollars).

"Après le rapport sur l'emploi, le scénario d'un atterrissage en douceur (de l'économie) paraît un peu plus crédible qu'il y a un mois", a estimé Nick Reece, même si certaines données du rapport, de même que l'indice ISM, incitent à la prudence, selon lui.

Ailleurs à la cote, la compagnie aérienne Southwest Airlines (+4,62% à 35,82 dollars) a elle aussi décollé malgré l'annonce que les perturbations majeures qui ont entraîné l'annulation de plus de 16.700 de ses vols vont lui coûter entre 725 millions et 825 millions de dollars.

Cet impact financier, qui tient à un manque à gagner mais aussi à des dépenses supplémentaires pour résoudre les problèmes logistiques qu'avait causé la tempête hivernale Elliott va pousser Southwest dans le rouge au quatrième trimestre, a prévenu la compagnie.

L'enseigne de magasins de demi-gros Costco a paradé (+7,26% à 482,87 dollars) après avoir fait état de ventes en hausse de 5,5% en décembre par rapport à la même période de l'an dernier.

WWE, la ligue professionnelle américaine de catch, cotée au New York Stock Exchange (NYSE) a bondi (+16,98% à 84,27 dollars) alors que son ancien patron, Vince McMahon, a repris d'autorité les manettes de l'entreprise.

Contraint au départ l'an dernier après des accusations de harcèlement sexuel, celui qui est toujours actionnaire de référence du groupe dit vouloir participer aux négociations sur le nouveau contrat de diffusion télévisée mais aussi mener la recherche d'un repreneur potentiel.

Nasdaq

tu/nth