La bourse ferme dans 1 h 36 min
  • CAC 40

    6 990,66
    +152,70 (+2,23 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 166,36
    +88,10 (+2,16 %)
     
  • Dow Jones

    34 766,74
    +469,01 (+1,37 %)
     
  • EUR/USD

    1,1292
    -0,0014 (-0,12 %)
     
  • Gold future

    1 831,30
    -21,20 (-1,14 %)
     
  • BTC-EUR

    33 853,74
    +1 209,99 (+3,71 %)
     
  • CMC Crypto 200

    879,57
    +23,76 (+2,78 %)
     
  • Pétrole WTI

    86,54
    +0,94 (+1,10 %)
     
  • DAX

    15 457,58
    +333,71 (+2,21 %)
     
  • FTSE 100

    7 502,82
    +131,36 (+1,78 %)
     
  • Nasdaq

    13 847,76
    +308,46 (+2,28 %)
     
  • S&P 500

    4 435,15
    +78,70 (+1,81 %)
     
  • Nikkei 225

    27 011,33
    -120,01 (-0,44 %)
     
  • HANG SENG

    24 289,90
    +46,29 (+0,19 %)
     
  • GBP/USD

    1,3506
    -0,0000 (-0,00 %)
     

Wall Street rebondit, rassurée par l'attitude de la Fed

·4 min de lecture
La façade du New York Stock Exchange (AFP/SPENCER PLATT) (SPENCER PLATT)

La Bourse de New York s'est ressaisie mardi après cinq séances de pertes, semblant rassurée par l'attitude résolue sur l'inflation mais optimiste sur l'économie américaine du président de la Fed, Jerome Powell, devant le Sénat.

L'indice Dow Jones, qui avait commencé dans le rouge, a terminé en hausse de 0,51% à 36.251,02 points, selon des résultats définitifs à la clôture.

Le Nasdaq, qui avait perdu 3,5% sur un mois, est remonté de 1,41% à 15.153,45 points.

Le S&P 500 a avancé de 0,92% à 4.713,07 points.

"Le marché a tourné à la hausse dans la foulée le témoignage du président de la Fed lors de son audition de confirmation" pour un deuxième mandat à la tête de la Banque centrale américaine, ont relevé les analystes de Schwab alors que la séance avait mal commencé.

"M. Powell a suggéré un atterrissage en douceur" sur le plan monétaire, ont-ils affirmé.

Au cours de cette audition, le président de la Banque centrale, qui devrait être confirmé à son poste, a promis "de mettre tout en oeuvre" pour lutter contre l'inflation aux Etats-Unis.

"Nous utiliserons nos outils pour soutenir l'économie et un marché du travail solide et pour empêcher l'inflation de s'enraciner", a-t-il indiqué.

Sans nouveau détail toutefois, il a résolument tracé la voie du resserrement monétaire à l'horizon avec "un relèvement des taux plusieurs fois cette année et peut-être (...) un début de la réduction du bilan" de la Fed.

"C'est le signal le plus clair qu'il nous ait donné pour indiquer que les taux augmenteront probablement en mars", a commenté Shaun Osborne de Scotiabank.

M. Powell a reconnu que l'inflation pourrait être forte "largement jusqu'au milieu de l'année".

Pressé par les sénateurs préoccupés par cette hausse des prix, il a assuré: "si nous voyons l'inflation persister à des niveaux élevés plus longtemps que prévu, si nous devons augmenter davantage les taux d'intérêt au fil du temps, nous le ferons".

Dans le même temps, le patron de la Fed espère cette année "un retour à la normale des conditions de la chaîne d'approvisionnement", une des principales causes de l'inflation.

En outre, il affirme que relever les taux ne devrait pas avoir d'impact négatif sur le marché de l'emploi alors que l'économie "se remet incroyablement rapidement" de la crise provoquée par la pandémie.

Les rendements obligataires, qui étaient montés la veille jusqu'à 1,80%, un plus haut en deux ans, se stabilisaient à 1,74%.

Les valeurs technologiques dites de croissance et sensibles à la hausse des taux ont réagi très positivement, avec un rebond notable du Nasdaq.

Les grands noms de la tech ont vigoureusement monté: + 1,68% pour Apple, + 1,43% pour Faceboook (Meta), +2,40% pour Amazon.

Alors qu'avant l'intervention de Jerome Powell, dix des onze secteurs du S&P s'inscrivaient dans le rouge, ils n'étaient plus que trois légèrement en territoire négatif à la clôture.

Mercredi les investisseurs vont guetter le chiffre de l'inflation américaine pour décembre. Nombre d'analystes s'attendent à 7% sur un an, après 6,8% en novembre.

Poids lourd du Dow Jones, Boeing s'est envolé (+3,19% à 215,99 dollars) après un bilan positif de ses commandes en 2021 à 535 appareils, ce qui lui a permis de battre sur le fil l'avionneur européen Airbus.

Le projet de rachat de Zynga par le groupe américain de jeux video Take-Two Interactive, annoncé lundi, a continué de porter le titre de l'icône des jeux mobiles (+ 4,86% à 8,85 dollars). Celui de Take-Two, qui avait été malmené la veille en réaction à l'annonce de ce rachat évalué à 12,7 milliards de dollars, a rebondi (+3,80% à 148,42 dollars).

L'arrivée de la saison des résultats, qui commence vendredi avec des banques, a suscité de nouvelles estimations des comptes trimestriels qui ont favorisé certains secteurs.

Le groupe de services médicaux spécialisé dans la génétique Illumina a bondi de 16,98% à 423,80 dollars après avoir annoncé des résultats annuels préliminaires en forte hausse.

La chaîne de drugstores et de pharmacies CVS a pris 0,90% après avoir nettement relevé ses prévisions de résultats pour le quatrième trimestre et 2021.

L'action d'Abercrombie and Fitch est montée de 7,88% à 34,90 dollars après avoir indiqué que son chiffre d'affaires 2021 serait près de 20% supérieur à celui de 2020. Mais la chaîne de vêtements a aussi prévenu qu'elle connaissait des problèmes de stocks et retards de livraison.

Nasdaq

vmt/tu/nth

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles