La bourse ferme dans 8 h 1 min

Wall Street quasi-stable à l'ouverture après avoir battu des records

La Bourse de New York évoluait proche de l'équilibre peu après l'ouverture jeudi, marquant une pause après avoir atteint de nouveaux records et face aux incertitudes persistantes sur le front commercial

New York (AFP) - La Bourse de New York évoluait proche de l'équilibre peu après l'ouverture jeudi, marquant une pause après avoir atteint de nouveaux records et face aux incertitudes persistantes sur le front commercial.

Son indice vedette, le Dow Jones Industrial Average, cédait 0,09% vers 14H50 GMT, à 27.757,53 points.

Le Nasdaq, à forte coloration technologique, perdait 0,17%, à 8.467,28 points, et l'indice élargi S&P 500 lâchait 0,05% à 3.092,61 points.

Wall Street avait terminé en ordre dispersé mercredi, le Dow Jones ("0,33%) et le S&P 500 ("0,07%) profitant du bond de Disney pour terminer à un niveau inédit, tandis que le Nasdaq (-0,05%) restait fragilisé par les interrogations sur les négociations commerciales.

Au moment où la Chine et les Etats-Unis s'efforcent de finaliser un accord partiel sur leur différend commercial, Pékin a indiqué jeudi que la levée des surtaxes douanières était une condition préalable à tout compromis et que des "pourparlers en profondeur" avaient lieu à ce sujet.

La semaine dernière, le ministère chinois du Commerce avait assuré que les deux parties s'étaient mises d'accord pour une levée "par étapes" de leurs droits de douane punitifs mutuels. Mais le président américain Donald Trump a par la suite démenti ces affirmations.

Selon des informations du Wall Street Journal, les discussions butent aussi sur la question des achats de produits agricoles américains par la Chine.

Le président américain a par ailleurs affirmé mercredi qu'il dévoilerait prochainement s'il décide ou non d'imposer des taxes supplémentaires sur les importations du secteur automobile, une menace particulièrement redoutée par Berlin.

- Walmart en forme -

Les acteurs du marché gardaient par ailleurs un oeil attentif sur une audition du président de la banque centrale américaine (Fed), Jerome Powell, devant une commission parlementaire. Mercredi, M. Powell a enjoint les élus à s'attaquer au budget fédéral, en soulignant que la dette colossale du pays entravait la capacité à soutenir l'économie en cas de crise.

"Nous sommes à des niveaux record ou presque sur les marchés, poussés au cours des cinq dernières semaines par des bénéfices d'entreprises moins mauvais que prévu, des données sur l'activité non manufacturière meilleures que prévu, trois baisses de taux de la Fed (en quelques mois), et une amélioration du ton dans les négociations sino-américaines", remarque Art Hogan de National Holdings.

"La saison des résultats du troisième trimestre est maintenant quasiment terminée, la Fed est en position attentiste et les discussions pour mettre un terme à la guerre commerciale semblent rencontrer quelques difficultés", ajoute-t-il.

"Il ne serait pas étonnant de voir certains prendre un peu de recul avant de reprendre leur course en avant d'ici la fin de l'année", avance le spécialiste.

Sur le marché obligataire, le taux à 10 ans sur la dette américaine se repliait à 1,826% contre 1,886% mercredi à la clôture.

Sur le front des valeurs, l'enseigne Walmart a annoncé jeudi une forte amélioration de sa rentabilité au troisième trimestre, due principalement à l'explosion de ses ventes en ligne et à l'intégration du groupe indien Flipkart. Son titre montait de 2,2%.

Le fabricant d'équipements de télécommunication Cisco chutait de 6,9% après avoir fait part de prévisions décevantes, dont une baisse de 3% à 5% de son chiffre d'affaires pour le trimestre en cours.

American Outdoor Brands, maison mère de la marque Smith & Wesson, grimpait de 6,9% après avoir annoncé son intention de se scinder en deux entreprises distinctes, avec d'un côté les activités de plein air et de l'autre les armes à feu.

Le groupe américain de médias Viacom prenait 2,4% après avoir publié des résultats trimestriels meilleurs que prévu, grâce notamment à la hausse de ses revenus publicitaires aux Etats-Unis.