La bourse ferme dans 5 h 34 min
  • CAC 40

    6 729,94
    -3,75 (-0,06 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 192,44
    +3,63 (+0,09 %)
     
  • Dow Jones

    35 677,02
    +73,92 (+0,21 %)
     
  • EUR/USD

    1,1628
    -0,0018 (-0,15 %)
     
  • Gold future

    1 800,60
    +4,30 (+0,24 %)
     
  • BTC-EUR

    54 009,80
    +1 372,62 (+2,61 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 453,34
    -49,70 (-3,31 %)
     
  • Pétrole WTI

    84,35
    +0,59 (+0,70 %)
     
  • DAX

    15 579,50
    +36,52 (+0,23 %)
     
  • FTSE 100

    7 238,79
    +34,24 (+0,48 %)
     
  • Nasdaq

    15 090,20
    -125,50 (-0,82 %)
     
  • S&P 500

    4 544,90
    -4,88 (-0,11 %)
     
  • Nikkei 225

    28 600,41
    -204,44 (-0,71 %)
     
  • HANG SENG

    26 132,03
    +5,10 (+0,02 %)
     
  • GBP/USD

    1,3752
    -0,0008 (-0,06 %)
     

Wall Street ouvre dans le vert, la déception sur l'emploi américain éloigne la hausse des taux

·3 min de lecture
Des opérateurs au New York Stock Exchange (AFP/SPENCER PLATT)

La Bourse de New York a ouvert en hausse vendredi, digérant un rapport sur l'emploi qui a déçu mais qui a également repoussé la perspective d'une hausse des taux d'intérêt.

Dans les premiers échanges, le Dow Jones gagnait 0,16% à 34.808,85 points, l'indice Nasdaq, très influencé par les valeurs technologiques, 0,03% à 14.659,01 points et l'indice élargi S&P 500, 0,17% à 4.407,07 points.

L'économie américaine a créé 194.000 emplois en septembre, a annoncé le département du Travail, quand les analystes en attendaient 450.000.

"C'est clairement une grosse déception", a commenté Jack Ablin, responsable de l'investissement au sein de la société de gestion Cresset Capital.

L'impression a été d'autant plus marquée que le rapport du cabinet ADP, publié mercredi, avait lui fait état de 568.000 créations dans le secteur privé, un chiffre nettement supérieur aux attentes.

"C'est un revers pour l'économie américaine", selon Jack Ablin, mais dans le même temps, "c'est probablement pris avec un peu de soulagement par les investisseurs actions et obligataires."

Si elle n'est pas suffisante, selon le gérant, pour remettre en cause le ralentissement des achats d'actifs par la Banque centrale américaine (Fed), qui semble imminent, cette déception repousse la perspective d'une hausse des taux d'intérêt dans l'esprit des opérateurs.

Signe que les marchés hésitent sur les enseignements à tirer de cette publication, les grands indices de Wall Street ont effectué des allers-retours entre vert et rouge en début de séance. De la même façon, sur le marché obligataire, après s'être subitement détendu à 1,55%, le taux des emprunts d'Etat américains à 10 ans a franchi 1,60% peu après, contre 1,57% jeudi.

C'est la première fois depuis le 4 juin qu'il dépasse ce seuil.

Le rapport sur l'emploi digéré, avec l'image d'une économie américaine encore convalescente, le marché va porter son attention sur les résultats d'entreprises, qui vont vraiment démarrer la semaine prochaine.

Du côté des valeurs, Tesla reculait (-1,04% à 785,36 dollars) après l'annonce jeudi, en marge de son assemblée générale, du déménagement de son siège de Californie au Texas.

Le directeur général Elon Musk, qui a régulièrement critiqué les autorités californiennes pour leur gestion de la pandémie de coronavirus, avait lui-même quitté Los Angeles en 2020.

ExxonMobil profitait (+2,04% à 61,90 dollars) d'une nouvelle accélération des cours de l'or noir, mais aussi du relèvement, jeudi, de son estimation de réserves récupérables pour son gisement situé au large du Guyana.

Son concurrent ConocoPhillips bénéficiait aussi (+2,82% à 73,53 dollars) de ce vent portant, de même que Chevron (+1,59% à 107,36 dollars).

La chaîne de magasins de bricolage Home Depot pâtissait (-1,32% à 333,02 dollars) d'un abaissement de la recommandation des analystes de la banque d'investissement Loop, qui s'inquiètent de problèmes d'approvisionnement persistants.

Son concurrent Lowe's glissait dans son sillage (-1,22% à 205,36 dollars).

Le laboratoire Moderna poursuivait son dérapage (-1,72% à 304,03 dollars), malmené par les avancées de Pfizer, qui a déposé une demande d'autorisation de son vaccin anti-Covid pour les enfants de 5 à 11 ans, mais aussi de Merck, avec sa pilule anti-Covid. Depuis le 23 septembre, le groupe a perdu un tiers de sa capitalisation boursière.

Nasdaq

tu/vmt/cco

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles