La bourse est fermée

Wall Street finit en hausse

La Bourse de New York à Wall Street

Wall Street a encore fini en hausse mercredi, bénéficiant d'un optimisme généralisé sur les marchés financiers mondiaux: le Dow Jones a gagné 0,82% et le Nasdaq 0,70%.

Selon des résultats définitifs, l'indice vedette Dow Jones Industrial Average a progressé de 145,46 points à 17.851,51 points et le Nasdaq, dominé par la technologie, de 33,84 points à 4.894,89 points. L'indice élargi SandP 500 a gagné 14,48 points, soit 0,70%, à 2.090,54 points.

Cette deuxième journée d'affilée dans le vert, au lendemain d'une hausse déjà forte, illustrait la bonne humeur des investisseurs, rompant avec l'indécision qui voyait Wall Street alterner entre hausses timides et retraits prudents depuis plus d'une semaine.

"Cela pourrait être le début de quelque chose d'important, d'un retour des investissements", a déclaré Mace Blicksilver, de Marblehead Asset Management, "mais je ne veux pas en faire trop grand cas", a-t-il ajouté.

"Il pourrait juste s'agir d'un gros mouvement de rééquilibrage" après trop de paris pris à la baisse, qui pourrait rapidement tourner court, selon lui.

"La remontée des marchés mondiaux intervient dans un climat d'apaisement des inquiétudes suscitées par une éventuelle hausse (des taux d'intérêt américains) cet été, encouragé par l'accord intervenu sur la dette publique de la Grèce et l'amélioration du moral des entrepreneurs allemands, tandis que le yen s'affaiblit", énuméraient de leur côté les analystes de Charles Schwab, évoquant également l'atténuation des craintes d'un Brexit parmi les facteurs positifs.

Depuis une semaine, après la publication des minutes de la dernière réunion de la Réserve fédérale et une série de déclarations de responsables de la banque centrale, "le marché adhère à l'idée que si la Fed agit en juin ou juillet (pour redresser les taux d'intérêt), le marché peut rester en hausse", a assuré Alan Skrainka, chez Cornerstone Wealth Management.

Mais même si les investisseurs américains semblaient s'habituer à la perspective d'un resserrement monétaire, "il reste encore à voir comment le marché réagira si la Fed remonte effectivement ses taux en juin", a souligné M. Blicksilver, restant prudent.

- Tiffany manque d'éclat -

Les investisseurs étaient enthousiastes devant la décision de Hewlett Packard Enterprise, née l'an dernier de la scission du poids lourd informatique HP, de se séparer des deux tiers de ses activités, liées aux services professionnels, qui seront fusionnées avec une autre société américaine, CSC. Hewlett Packard Entreprise a bondi de 6,77% à 17,35 dollars et CSC s'est envolé de 42,08% à 50,65 dollars.

Le géant chinois de la distribution en ligne Alibaba a chuté de 6,82% à 75,59 dollars sur sa cotation new-yorkaise après avoir annoncé une enquête des autorités boursières américaines sur ses pratiques comptables.

Le joailler Tiffany a fini en petite hausse (+0,06% à 63,89 dollars), les investisseurs finissant par lui pardonner des prévisions décevantes. Son premier trimestre a été marqué par une forte baisse de son bénéfice et de ses ventes, mise sur le compte de consommateurs et de touristes trop prudents pour s'offrir des bijoux.

Microsoft a gagné 1,03% à 52,12 dollars après l'annonce d'un nouveau désengagement de son activité de fabrication de téléphones, qui va le conduire à supprimer 1.850 emplois.

Les distributeurs de vidéos en ligne Netflix et Amazon, sommés par la Commission européenne de réserver au moins 20% de leur catalogue à la création européenne, ont gagné respectivement 2,36% à 100,20 dollars et 0,59% à 708,35 dollars.

Le marché obligataire, hésitant tout au long de la séance, s'affichait en baisse en fin de journée. Vers 20H20 GMT le rendement des bons du Trésor à dix ans s'affichait à 1,869%, contre 1,862% mardi soir, et celui des bons à 30 ans à 2,668%, contre 2,646% précédemment.