La bourse ferme dans 2 h 3 min
  • CAC 40

    6 774,63
    +21,11 (+0,31 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 216,18
    -4,70 (-0,11 %)
     
  • Dow Jones

    35 490,69
    -266,19 (-0,74 %)
     
  • EUR/USD

    1,1644
    +0,0038 (+0,33 %)
     
  • Gold future

    1 805,10
    +6,30 (+0,35 %)
     
  • BTC-EUR

    52 683,28
    +1 575,24 (+3,08 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 477,88
    +3,55 (+0,24 %)
     
  • Pétrole WTI

    82,18
    -0,48 (-0,58 %)
     
  • DAX

    15 633,79
    -72,02 (-0,46 %)
     
  • FTSE 100

    7 233,06
    -20,21 (-0,28 %)
     
  • Nasdaq

    15 235,84
    +0,12 (+0,00 %)
     
  • S&P 500

    4 551,68
    -23,11 (-0,51 %)
     
  • Nikkei 225

    28 820,09
    -278,15 (-0,96 %)
     
  • HANG SENG

    25 555,73
    -73,01 (-0,28 %)
     
  • GBP/USD

    1,3760
    +0,0018 (+0,13 %)
     

Wall Street ouvre en baisse, préoccupée par l'inflation

·4 min de lecture
La façade du New York Stock Exchange, le 8 juillet (AFP/SPENCER PLATT)

La Bourse de New York a ouvert dans le rouge lundi, préoccupée par l'inflation, tirée notamment par les prix de l'énergie, après une semaine au ralenti malgré un rebond vendredi.

Vers 14H15 GMT, le Dow Jones perdait 0,07%, le Nasdaq, qui abrite de nombreuses valeurs technologiques sensibles aux taux d'intérêt et à l'inflation, lâchait 1,42%. Le S&P 500 était en repli de 0,36%.

À la dernière clôture, le Dow Jones avait progressé de 1,43% à 34.326,46 points, le Nasdaq avait gagné 0,82% à 14.556,70 points, et l'indice élargi S&P 500 avait pris 1,15% à 4.357,04 points.

Sur la semaine, les trois indices avaient respectivement perdu 1,36%, 3,20% et 2,21%.

"Il y a des craintes d'inflation dans l'air", a indiqué Peter Cardillo de Spartan Capital Securities. "Les taux sur les obligations à 10 ans remontent un peu, pas de beaucoup, mais les investisseurs sont prudents", a affirmé l'analyste.

Les rendements sur les bons du Trésor américain à 10 ans se tendaient, à 1,49% contre 1,46% avant le week-end.

Vendredi, le département du Commerce a publié un chiffre d'inflation très élevé (4,3% sur un an en août, selon l'indice PCE) et une accélération sur le mois.

"Les défis de la chaîne d'approvisionnement dans le monde continuent d'entraver l'activité économique et de gonfler l'inflation, alors que dans le même temps on s'attend à ce que les politiques monétaires mondiales s'engagent sur la voie du redressement", résumaient les analystes de Schwab.

– L'Opep, un test pour le marché –

Les opérateurs surveillaient également la réunion de l'Opep+ lundi alors que les cours du pétrole, dont la hausse récente avec d'autres prix énergétiques, font craindre une inflation persistante.

"La réunion de l'Opep et la réaction des cours de l'or noir sera un test pour le marché", a assuré l'analyste de Spartan Capital Securities.

Les pays membres et leurs alliés ont choisi de reconduire leur stratégie d'augmentation modeste de la production pour novembre, ignorant les appels à ouvrir davantage les vannes et propulsant les prix vers le haut.

Le cours de référence du pétrole américain atteignait lundi un plus haut depuis novembre 2014.

La semaine sera en outre fournie en indicateurs avec l'indice ISM d'activité dans les services pour septembre mardi, l'emploi dans le secteur privé jeudi et surtout les chiffres officiels du marché du travail pour septembre vendredi.

"Encore une raison pour les investisseurs de rester méfiants", a ajouté M. Cardillo.

Les analystes s'attendent à quelque 450.000 créations d'emplois en septembre avec un taux de chômage en léger repli à 5,1% au lieu de 5,2%.

Les déboires du groupe immobilier chinois Evergrande, qui a suspendu lundi sa cotation à la Bourse de Hong Kong, n'affolaient pas outre mesure la place new-yorkaise, les investisseurs estimant que le promoteur cherchait à se refinancer.

"J'avoue que le marché ne réagit pas aussi négativement à la situation chinoise que je ne l'aurais pensé", a estimé M. Cardillo. Le groupe lève des fonds alors peut-être le marché pense-t-il que la crise sera très limitée", a ajouté l'analyste.

Au rang des actions, le constructeur de voitures électriques Tesla bondissait de 3,41% à 801 dollars après avoir annoncé vendredi avoir livré davantage de véhicules que prévu au troisième trimestre. Tesla a livré 241.300 voitures (+20%) contre 220.000 attendues.

Facebook perdait 3,37% à 331,51 dollars après qu'une lanceuse d'alerte a accusé le groupe de choisir "le profit plutôt que la sûreté" alors que des recherches internes montraient que son réseau social Instagram avait des effets négatifs sur le moral des adolescentes.

Le fabricant de vaccins anti-Covid Moderna lâchait 5,70% à 321 dollars souffrant de l'annonce par Merck d'une future pilule censée réduire grandement les risques d'hospitalisation. Un autre laboratoire sur les rangs pour commercialiser un vaccin contre le coronavirus, Novavax, perdait 3,62% à 175 dollars.

Six des onze secteurs du S&P 500 restaient dans le vert, tirés par le secteur de l'énergie (+1,99%). Celui des technologies de l'information était en hausse (-1,86%).

Nasdaq

vmt/dho/bt

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles