La bourse ferme dans 7 h 57 min
  • CAC 40

    6 774,12
    +52,96 (+0,79 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 100,92
    +37,86 (+0,93 %)
     
  • Dow Jones

    34 483,72
    -652,22 (-1,86 %)
     
  • EUR/USD

    1,1321
    -0,0018 (-0,16 %)
     
  • Gold future

    1 782,00
    +5,50 (+0,31 %)
     
  • BTC-EUR

    51 054,76
    +720,90 (+1,43 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 484,92
    +42,15 (+2,92 %)
     
  • Pétrole WTI

    68,59
    +2,41 (+3,64 %)
     
  • DAX

    15 229,31
    +129,18 (+0,86 %)
     
  • FTSE 100

    7 136,92
    +77,47 (+1,10 %)
     
  • Nasdaq

    15 537,69
    -245,14 (-1,55 %)
     
  • S&P 500

    4 567,00
    -88,27 (-1,90 %)
     
  • Nikkei 225

    27 935,62
    +113,86 (+0,41 %)
     
  • HANG SENG

    23 658,92
    +183,66 (+0,78 %)
     
  • GBP/USD

    1,3294
    -0,0007 (-0,06 %)
     

Wall Street ouvre en baisse, mal orientée par l'inflation

·3 min de lecture
Un opérateur au New York Stock Exchange (AFP/SPENCER PLATT)

La Bourse de New York a ouvert en baisse mercredi, un chiffre d'inflation américain plus élevé que prévu accélérant une phase de consolidation déjà entamée mardi, après une longue séquence de hausses.

Vers 14H50 GMT, le Dow Jones perdait 0,16% à 36.261,16 points, l'indice Nasdaq à la tonalité fortement technologique cédait 0,52% à 15.803,59 points et l'indice élargi S&P 500 reculait de 0,24% à 4.673,78 points.

Déjà en voie de tassement, le marché s'est crispé après la publication d'un chiffre d'inflation très attendu et qui s'est révélé plus élevé que prévu.

Les prix à la consommation ont augmenté de 0,9% en octobre sur un mois, contre 0,6% attendu. Sur un an, le rythme atteint désormais 6,2%, le plus rapide depuis 30 ans.

Hors prix de l'alimentation et de l'énergie, les plus volatils, l'inflation connaît tout de même une accélération et fait son plus grand bond mensuel depuis juin (+0,6%).

"Le consensus était vraiment trop bas, mais il n'en reste pas moins que ces chiffres sont décevants", a commenté, dans une note, Ian Shepherdson, économiste en chef de Pantheon Macroeconomics.

Pour lui, le "risque s'accroît" que la Banque centrale américaine (Fed) "ne puisse pas rester sur sa ligne" d'une inflation transitoire, le scénario auquel elle s'accroche depuis plusieurs mois.

Sous pression, la Fed "pourrait devoir accélérer" la normalisation de sa politique monétaire, engagée ce mois-ci, a abondé Chris Zaccarelli, responsable de l'investissement pour l'Independent Advisor Alliance.

Le marché obligataire a nettement réagi à ce chiffre d'inflation. Le taux des emprunts d'Etat américains à deux ans s'est violemment tendu, repassant brièvement au-dessus de 0,50%, contre 0,42% avant l'annonce.

"Le marché savait déjà ce qui se passait", a estimé, pour sa part, Art Hogan, de National Securities, relativisant la réaction des indices boursiers à l'annonce.

"Ce qui est plus important pour les opérateurs, c'est que nous venons d'achever une saison de résultats qui n'a pas vu de dégradation notable des marges", qui aurait pu être occasionnée par la hausse des prix et des coûts.

Pour lui, "le marché avait bien besoin d'une pause" après la série de huit records consécutifs du S&P 500, plus vue depuis 1997. "Il y en a eu une hier et cela continue aujourd'hui."

Wall Street attendait la première cotation du constructeur de véhicules électriques Rivian, dont la capitalisation boursière pourrait dépasser 70 milliards de dollars mercredi en cas d'émission du maximum de titres possible.

Une valeur colossale, proche de celle de Ford et de General Motors alors que l'entreprise vient à peine de mettre sur le marché son premier véhicule.

L'introduction en Bourse de Rivian profitait à Ford (+0,94%), qui possède environ 13% de son capital, mais pénalisait son concurrent Lucid (-3,89%).

Ailleurs dans les échanges, le vent soufflait dans le dos de DoorDash (+13,93%) après l'annonce, mardi après Bourse, de l'acquisition, pour 7 milliards d'euros, du Finlandais Wolt Enterprises OY, qui donne à la plateforme de livraison de repas une implantation en Europe.

Au troisième trimestre, le groupe a enregistré un chiffre d'affaires en hausse marquée sur un an (+45%) mais qui s'essouffle par rapport au trimestre précédent (+3%).

Après avoir vu s'envoler près de 200 milliards de dollars de capitalisation boursière, Tesla rebondissait (+2,46%), quatre jours après l'annonce, par son fondateur Elon Musk, de la vente possible de 10% de ses actions.

Les investisseurs avaient du mal à digérer les résultats de la chaîne de restauration rapide Wendy's (-8,85%), dont les marges sont sous pression du fait de l'augmentation du coût de la main d'oeuvre et des matières premières, mais aussi d'une moindre fréquentation de ses établissements.

Mastercard profitait (+3,89%) de l'extension de son programme d'achats à crédit en ligne, le "BNPL" (Buy Now Pay Later) très en vogue en ce moment, à plusieurs grands groupes, notamment American Airlines.

Nasdaq

tu/vmt/els

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles