La bourse est fermée

Wall Street optimiste pour la première séance de l'année

La Bourse de New York a terminé en hausse mercredi, les investisseurs se montrant rassurés par des propos de Donald Trump qui a joué la carte de l'apaisement face à Téhéran après des frappes iraniennes sur des bases abritant des soldats américains en Irak

New York (AFP) - La Bourse de New York montait jeudi à l'ouverture de la première séance de 2020, l'optimisme des investisseurs sur la croissance mondiale étant ravivée par la banque centrale chinoise.

Vers 15H10 GMT, l'indice vedette de Wall Street, le Dow Jones Industrial Average, avançait de 0,61%, à 28.712,81 points.

Le Nasdaq, à forte coloration technologique, prenait 0,79%, à 9.043,25 points, et l'indice élargi S&P 500 gagnait 0,47%, à 3.245,87 points.

Wall Street avait déjà terminé sur une note positive mardi, ultime séance d'une année robuste, galvanisée par des banques centrales accommodantes, l'espoir d'un apaisement des tensions commerciales et des indicateurs solides: sur l'ensemble de l'année, le Dow Jones s'est apprécié de 22%, le S&P 500 de 29% et le Nasdaq de 35%.

Jeudi, "le marché des actions continue de célébrer la nouvelle année en sachant que son invité préféré - le soutien des banques centrales - est encore de la partie", observe Patrick O'Hare de Briefing.

La Banque centrale chinoise a en effet annoncé mercredi une nouvelle baisse du taux de réserves obligatoires imposé aux banques, une mesure destinée à libérer environ 114 milliards de dollars pour stimuler les prêts et relancer l'économie.

"Cette nouvelle n'est pas une grande surprise dans la mesure où le Premier ministre Chinois Li Keqiang avait récemment évoqué la possibilité d'utiliser le canal des taux d'intérêt pour apporter un soutien à l'économie", remarque M. O'Hare. "Cette décision (...) à l'approche des célébrations du Nouvel An chinois a malgré tout été accueillie comme un développement positif par l'ensemble des marchés mondiaux".

Une amélioration de la deuxième économie mondiale devrait en effet profiter à l'ensemble des pays, y compris à l'économie américaine.

- Apple en forme -

De façon plus générale, "les perspectives pour 2020 aux Etats-Unis dépendront des industries européenne et chinoise, ainsi que de l'élection présidentielle américaine et des actions des banques centrales à travers le monde", prédit Christophe Low de FTN Financial.

"Pour l'instant, le fait d'avoir évité une récession en 2019 et la probabilité réduite d'une récession en 2020 est probablement l'évolution la plus importante par rapport à ce que la plupart des économistes anticipaient à cette même époque il y a un an", ajoute-t-il.

Sur le marché obligataire, le taux à 10 ans sur la dette américaine reculait à 1,865% contre 1,918% mardi à la clôture.

Alphabet, la maison mère de Google, prenait 1,26%. Selon une étude publiée dans le journal scientifique Nature mercredi, la division dédiée à la recherche médicale de l'entreprise a développé un système d'intelligence artificielle capable de mieux détecter les cancers du sein sur des mammographies que les radiologues.

Les autres géants de la tech étaient également en forme à l'approche du grand salon de l'électronique pour le grand public CES à Las Vegas, du 7 au 10 janvier.

Apple, qui a déjà gagné 86% en 2019, montait de 1,37% quand Microsoft s'appréciait de 1,04%.

Le fabricant de cigarettes Altria, qui possède 35% du spécialiste du vapotage Juul, reculait de 0,14%. Selon des informations du Wall Street Journal, l'administration américaine se prépare à interdire les recharges aromatisées aux fruits des cigarettes électroniques, accusées d'alimenter la popularité de ces produits chez les jeunes.