La bourse est fermée

Wall Street en hausse malgré les tensions entre Washington et Téhéran

Wall Street évolue en hausse, rassurée par l'évolution de la situation entre Washington et Téhéran après une allocution de Donald Trump

New York (AFP) - Wall Street a fini en hausse lundi, se redressant après avoir terminé la semaine dernière dans le rouge, en pleine recrudescence des tensions géopolitiques entre les Etats-Unis et l'Iran.

L'indice vedette de la Bourse new-yorkaise, le Dow Jones Industrial Average, a pris 0,24%, à 28.703,38 points.

Le Nasdaq, à forte coloration technologique, a gagné 0,56%, à 9.071,46 points, et l'indice élargi S&P 500 0,35%, à 3.246,28 points.

Après l'assassinat lors d'un raid aérien américain d'un puissant général iranien, les principaux indices de la place new-yorkaise avaient reculé vendredi, les investisseurs semblant craindre une escalade entre les deux pays.

Le regain des tensions avait également fait bondir les prix du pétrole avec des inquiétudes sur la production d'or noir et sur de possibles représailles iraniennes dans le détroit d'Ormuz, par où transite une grande quantité de produits pétroliers.

Lundi en début de séance, Wall Street s'était encore un peu plus repliée, mais elle a rapidement effacé ses pertes et a fini en hausse.

"Ce qu'il faut retenir, c'est que les marchés estiment que cet événement ne va bouleverser ni l'économie mondiale ni les bénéfices des entreprises", indique Karl Haeling, de LBBW.

"De manière générale, les événements géopolitiques n'ont une influence que limitée sur les marchés", poursuit l'expert.

La Bourse new-yorkaise a également profité lundi de la bonne santé de plusieurs valeurs technologiques, dont Alphabet, la maison mère de Google ("2,7%), le spécialiste des logiciels pour entreprises Salesforce ("4,4%), Netflix ("3,1%) ou encore Amazon ("1,5%).

- Grand sourire pour SmileDirectClub -

Le spécialiste du redressement et du blanchiment des dents SmileDirectClub a, lui, bondi de 21,6% après avoir annoncé un accord pour vendre une série de produits exclusivement à la chaîne de magasins Walmart.

Sur le marché obligataire, le taux à 10 ans sur la dette américaine était en hausse, s'établissant à 1,802% aux alentours de 21H30 GMT, contre 1,788% à la dernière clôture.

Parmi les autres valeurs du jour, la chaîne de magasins Bed Bath & Beyond est montée de 2,99% après avoir annoncé la vente d'une grande partie de ses locaux, qu'elle continuera à occuper en location, à la société Oak Street Real Estate Capital. Cette opération doit lui rapporter 250 millions de dollars.

JetBlue a cédé 0,48%. L'entreprise a annoncé lundi son intention de devenir à partir de juillet la première grande compagnie aérienne américaine à compenser les émissions polluantes de tous ses vols intérieurs, l'objectif étant de devenir neutre en carbone.

Boeing a pris 0,29%. Diverses informations de presse ont toutefois suggéré que le retour dans le ciel du 737 MAX, cloué au sol depuis mars après deux accidents mortels, serait peut-être un peu plus difficile que prévu. Selon le New York Times, un audit interne a mis en avant un éventuel problème de câblage électrique.

Après la clôture, la compagnie American Airlines a dit avoir conclu un accord financier avec Boeing pour compenser la perte de revenus liée à l'interdiction de vol du 737 MAX.

Les majors pétrolières ExxonMobil("0,77%) et ConocoPhillips ("1,19%) ont profité de la montée des cours des barils de brut à Londres comme à New York.

Les groupes proposant des équipements de défense comme Northrop Grumman ("0,22%) et General Dynamics ("1,06%) ont aussi fini dans le vert.