Marchés français ouverture 5 h 4 min
  • Dow Jones

    34 347,03
    +152,93 (+0,45 %)
     
  • Nasdaq

    11 226,36
    -58,94 (-0,52 %)
     
  • Nikkei 225

    28 107,79
    -175,24 (-0,62 %)
     
  • EUR/USD

    1,0365
    -0,0040 (-0,38 %)
     
  • HANG SENG

    17 177,11
    -396,47 (-2,26 %)
     
  • BTC-EUR

    15 575,00
    -480,30 (-2,99 %)
     
  • CMC Crypto 200

    378,00
    -4,65 (-1,22 %)
     
  • S&P 500

    4 026,12
    -1,14 (-0,03 %)
     

Wall Street en hausse, célébrant le rapport sur l'emploi

La Bourse de New York évoluait en nette hausse vendredi célébrant les chiffres de l'emploi américain qui montrent une petite augmentation du taux de chômage, peut-être synonyme d'un début de ralentissement du marché de l'emploi, souhaité pour lutter contre l'inflation.

Vers 14H30 GMT, l'indice Dow Jones avançait de 1,74%, le Nasdaq, à dominante technologique, prenait 1,75% et l'indice élargi S&P 500 1,87%, dans le sillage également de plusieurs résultats d'entreprises favorables.

"Sur le front des données de l'emploi, le taux de chômage s'est inscrit au-dessus des prévisions à 3,7% tandis que 261.000 créations d'emplois ont été crée, contre 315.000 le mois d'avant, un chiffre révisé en hausse", soulignaient les analystes de Wells Fargo.

Surtout, la progression de la rémunération horaire moyenne a ralenti sur un an à 4,7% au lieu de 5% en septembre, ce qui est de nature à rassurer les marchés quant au risque que les salaires nourrissent une spirale inflationniste.

"En terme de ce qu'apprécie le marché, le taux de chômage a augmenté et la hausse des salaires a décéléré", a résumé Patrick O'Hare de Briefing.com. "Bien sûr objectivement ce n'est pas une bonne chose mais c'est en revanche bien quand qu'on pense que ces éléments clés vont dans le sens de ce que veux la Fed" pour faire baisser l'inflation, a expliqué l'analyste.

Dans le même temps, le marché de l'emploi ne semble pas montrer trop de signes de faiblesse. Les embauches restent plus fortes que prévu ce qui pourrait conforter, comme le souligne Patrick O'Hare, "un scénario d'atterrissage en douceur" qu'ambitionne encore la Fed: faire ralentir l'inflation sans trop abîmer l'économie et le marché du travail.

Les taux obligataires demeuraient en hausse mais à un rythme moindre que la veille lorsque le marché boursier avait mal digéré l'attitude très ferme de la Fed sur les taux. Le rendement sur les bons du Trésor à dix ans progressait à 4,15% vers 14H00 GMT.

- Le dollar en repli -

Le dollar se rétractait par rapport à l'euro, la devise européenne gagnant 1,38% à 0,9885 dollar pour un euro.

Tous les secteurs du S&P 500 étaient dans le vert à commencer par les matériaux en hausse de près de 3%, suivi par les produits de consommation non essentiels et l'énergie. Les titres des groupes pétroliers grimpaient, suivant le mouvement des cours de l'or noir: Halliburton montait de 4,44%, Occidental Petroleum de 3,69%, Schlumberger qui a changé de nom pour SLB, avançait de 3,67%.

La chaîne de cafés Starbucks grimpait de 10,32% à 93 dollars après avoir annoncé un chiffre d'affaires en nette hausse sur un an, dopé par la progression des ventes en Amérique du Nord qui ont compensé une baisse en Chine.

Le livreur de repas DoorDash s'envolait de plus de 10% également à la suite de l'annonce de résultats trimestriels en hausse au  niveau des ventes comme du volume de commandes.

PayPal en revanche glissait de 3,59%. La veille après la clôture du marché, le service de paiement en ligne a abaissé ses prévisions de chiffre d'affaires pour l'ensemble de l'année, alors qu'on aborde la saison des achats pour les fêtes. Le groupe a néanmoins affiché un résultat trimestriel supérieur aux attentes.

Nasdaq

vmt/clc