Publicité
La bourse est fermée
  • Dow Jones

    38 523,19
    -40,61 (-0,11 %)
     
  • Nasdaq

    15 531,59
    -99,19 (-0,63 %)
     
  • Nikkei 225

    38 262,16
    -101,45 (-0,26 %)
     
  • EUR/USD

    1,0812
    0,0000 (-0,00 %)
     
  • HANG SENG

    16 503,10
    +255,59 (+1,57 %)
     
  • Bitcoin EUR

    47 260,27
    -163,94 (-0,35 %)
     
  • CMC Crypto 200

    885,54
    0,00 (0,00 %)
     
  • S&P 500

    4 965,80
    -9,71 (-0,20 %)
     

Wall Street finit sur des records grâce à la tech

Le parquet du New York Stock Exchange (SPENCER PLATT)
Le parquet du New York Stock Exchange (SPENCER PLATT)

La Bourse de New York a fini sur des records vendredi pour le Dow Jones et S&P 500, entraînés par la hausse faramineuse de l'action Meta et les bons résultats de la technologie.

Le Nasdaq a grimpé de 1,74% à 15.628,95 points alors que les titres de Meta (Facebook, Instagram) se sont envolés de plus de 20%. Le Dow Jones et le S&P 500 ont atteint de nouveaux records, progressant respectivement de 0,35% à 38.654,42 points et de 1,07% à 4.958,61 points.

L'élan de Meta, qui a fini au sommet historique en clôture de 474,99 dollars (+20,32%), a représenté une des plus fortes variations quotidiennes de l'histoire boursière. La valeur du groupe de Mark Zuckerberg a en effet gonflé en une seule séance de plus de 200 milliards de dollars.

"C'est juste époustouflant", a commenté Tom Cahill de Ventura Wealth Management.

Les ventes du groupe ont dépassé les attentes à 40 milliards de dollars au quatrième trimestre (+25% sur un an) pour un bénéfice de 14 milliards de dollars.

Meta a aussi annoncé la distribution, pour la première fois, d'un dividende de 50 cents par action, ce qui a été particulièrement bien accueilli par les actionnaires, ainsi q'un programme de rachat d'actions de 50 milliards de dollars.

Amazon, une autre des "Sept magnifiques", avec Meta, Apple et Microsoft notamment, a aussi été à la fête.

Les titres du géant du commerce en ligne ont grimpé de 7,87% à 171,81 dollars. Ayant bénéficié d'une solide saison de fin d'année du côté des consommateurs, le groupe a vu ses revenus s'envoler de 14% sur un an, pour atteindre 170 milliards de dollars d'octobre à décembre. Son bénéfice net est ressorti à 10,6 milliards de dollars

Apple a stagné en revanche (-0,54%) bien qu'ayant renoué avec la croissance au quatrième trimestre.

Le chiffre d'affaires de la marque à la pomme a atteint 119,6 milliards de dollars, en hausse de 2% sur un an, plus que prévu et l'iPhone a repris à Samsung le trône de plus gros vendeur mondial de téléphones en 2023.

Mais les ventes d'iPhones en Chine ont déçu, le chiffre d'affaires y ayant chuté de 13%.

Le site de vente en ligne consacré à l'artisanat Etsy a aussi vu ses actions bondir (+4,24% à 75,70 dollars) après que le groupe d'investissement Elliott Investment Management est devenu "un investisseur substantiel" du site de commerce, a indiqué un communiqué d'Etsy.

Le marché a aussi digéré un rapport sur l'emploi américain plus fort que prévu en janvier qui a pendant une partie de la séance divisé les indices alors qu'un tel dynamisme du marché du travail fait craindre que la banque centrale (Fed) ne conserve des taux élevés plus longtemps.

"Mais les investisseurs se sont focalisés davantage sur les résultats de Meta et d'Amazon et sur l'enthousiasme autour de l'intelligence artificielle que sur le rapport sur l'emploi", a indiqué Tom Cahill.

Du côté du marché du travail, les embauches ont été bien plus nombreuses qu'attendu à 353.000 et le taux de chômage est resté stable à 3,7%.

En réaction, "les rendements obligataires sur les bons du Trésor à dix ans ont substantiellement grimpé ce qui démontre que le marché se fait avec l'idée qu'il n'y aura pas de baisse des taux en mars", a ajouté l'analyste de Ventura Wealth Management.

Les taux à dix ans s'affichaient à 4,02% contre 3,88%.

Le président de la Fed, Jerome Powell, avait clairement écarté mercredi la probabilité d'une baisse des taux dès mars.

Ailleurs à la cote, ExxonMobil (-0,45%) et Chevron (+2,92%) ont publié des résultats en repli au quatrième trimestre, dans le sillage de la normalisation des cours des hydrocarbures au fil de l'année par rapport à un pic en 2022.

Nasdaq

vmt/spi