La bourse ferme dans 4 h 50 min
  • CAC 40

    6 336,18
    +37,54 (+0,60 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 677,10
    +29,54 (+0,81 %)
     
  • Dow Jones

    32 120,28
    +191,66 (+0,60 %)
     
  • EUR/USD

    1,0717
    +0,0032 (+0,30 %)
     
  • Gold future

    1 843,90
    -2,40 (-0,13 %)
     
  • BTC-EUR

    27 240,13
    -696,92 (-2,49 %)
     
  • CMC Crypto 200

    639,19
    -31,81 (-4,74 %)
     
  • Pétrole WTI

    111,36
    +1,03 (+0,93 %)
     
  • DAX

    14 075,85
    +67,92 (+0,48 %)
     
  • FTSE 100

    7 532,55
    +9,80 (+0,13 %)
     
  • Nasdaq

    11 434,74
    +170,29 (+1,51 %)
     
  • S&P 500

    3 978,73
    +37,25 (+0,95 %)
     
  • Nikkei 225

    26 604,84
    -72,96 (-0,27 %)
     
  • HANG SENG

    20 116,20
    -55,07 (-0,27 %)
     
  • GBP/USD

    1,2611
    +0,0032 (+0,25 %)
     

Wall Street fête la décision d'une Fed moins sévère que redouté

Le panneau de Wall Street, à New York (AFP/ANGELA WEISS) (ANGELA WEISS)

La Bourse de New York a paradoxalement fêté, en concluant en forte hausse, l'augmentation des taux d'un demi-point de pourcentage annoncée par la Banque centrale américaine (Fed) mercredi, parce que celle-ci exclut pour l'instant un resserrement plus sévère.

Selon des résultats définitifs à la clôture, l'indice Dow Jones a grimpé de 2,81% à 34.061,06 points. Le Nasdaq, à dominante technologique a bondi de 3,19% à 12.964,86 points tandis que le S&P 500 a avancé de 2,99% à 4.300,17 points.

"C'est la fête à Wall Street, les rendements obligataires reculent. Finalement, la Fed n'a pas été aussi +faucon+ que cela", a commenté Joe Manimbo, de Western Union.

"Cela se révèle dans le fait que la Fed semble exclure un relèvement de 0,75 point de pourcentage" à l'avenir, a noté l'analyste.

Même s'il a entériné un relèvement des taux directeurs de 50 points de base comme s'y attendaient les marchés -ce qui représente une première depuis plus de vingt ans-, le Comité monétaire (FOMC) semble plus circonspect sur l'éventualité d'un resserrement plus sévère de 75 points de base, ce qui était craint par les investisseurs.

Une hausse des taux de 0,75 point de pourcentage "n'est pas fermement envisagée", a indiqué le président de la Fed, Jerome Powell lors d'une conférence de presse après la publication de la décision du Comité.

Les taux au jour le jour sont donc fixés à un niveau entre 0,75% et 1% mais d'autres hausses d'une ampleur de 0,50% "sont sur la table pour les deux prochaines réunions", en juin et juillet, a précisé M. Powell.

"Cela pose la question pour septembre, il faudra voir les données, si l'inflation se modère", a suggéré l'analyste de Western Union.

Le bilan de la Fed va aussi commencer à être réduit au rythme de 47,5 milliards de dollars par mois à partir du 1er juin et à hauteur de 90 milliards après trois mois, une autre façon de renchérir le coût du crédit pour tempérer la demande et les hausses de prix.

Les rendements obligataires se détendaient nettement, celui sur les bons à deux ans redescendant à 2,63% contre 2,78% la veille. Le rendement sur les bons du Trésor à dix ans se rétractait à 2,92% au lieu de 3% plus tôt en séance.

Les onze secteurs du S&P ont terminé haut dans le vert, à commencer par l'énergie (+4,11%), alors que les cours du brut ont bondi de plus de 5%, suivi par les services de communication (+3,68%) et les technologies de l'information (+3,51%).

La plateforme de location d'hébergement Airbnb a vu son titre bondir de 7,71% à 156,18 dollars. Elle a relevé ses prévisions de ventes pour le deuxième trimestre et est parvenue à réduire fortement sa perte au premier.

Starbucks a grimpé de 9,83% à 81,64 dollars. Le géant américain des cafés est parvenu à compenser le fort ralentissement de son activité en Chine au premier trimestre par un coup de rein aux Etats-Unis, où il veut accroître le développement de points de vente "drive-in", où les clients sont servis dans leur véhicule.

Le titre du fabricant du vaccin anti-Covid, Moderna, a avancé de 5,81% à 155,05 dollars. Le laboratoire a annoncé un bénéfice trimestriel plus important que prévu avec des ventes de 5,93 milliards de dollars pour son vaccin anti-Covid, son unique produit.

Uber, le loueur de voitures avec chauffeur et spécialiste des livraisons de repas, a perdu 4,65% à 28,10 dollars malgré un doublement de son chiffre d'affaires au premier trimestre, aidé par une hausse de ses tarifs. Uber reste toujours en perte mais mise sur une poursuite de la croissance au 2e trimestre.

Le titre a aussi été entraîné par la chute de l'action de son rival Lyft qui a plongé de 29,91% à 21,56 dollars. Le groupe a enregistré une perte plus importante que prévu au 1er trimestre et indiqué qu'il devait investir davantage pour dynamiser sa flotte de chauffeurs.

Nasdaq

vmt/juj/cm

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles