La bourse est fermée

A Wall Street, le Dow Jones connaît sa pire séance depuis 1987 et perd 10%

Wall Street poursuit sa dégringolade après la reprise des échanges, interrompus peu après l'ouverture, en pleine panique autour de la pandémie de coronavirus

New York (AFP) - La Bourse de New York a plongé jeudi, le Dow Jones enregistrant sa plus lourde chute depuis le krach boursier d'octobre 1987, sur fond de panique générale en raison de la pandémie de coronavirus.

Le Dow Jones Industrial Average a chuté de 9,99% à 21.200,62 points.

L'indice vedette de Wall Street n'avait plus connu pareille dégringolade depuis le "lundi noir" du 19 octobre 1987, où il avait dévissé de plus de 22%.

Il s'agit de la cinquième plus lourde chute de l'histoire pour le Dow Jones, selon des données compilées par Howard Silverblatt, spécialiste des indices chez S&P Dow Jones Indices.

Le Nasdaq, à forte coloration technologique, a chuté de 9,43% à 7.201,80 points.

Le S&P 500 a plongé de 9,51% à 2.480,64 points, connaissant lui aussi sa pire séance depuis 1987. L'indice, qui représente les 500 plus grandes entreprises de Wall Street, est officiellement entré en "bear market", un terme qui caractérise une chute de plus de 20% par rapport au dernier record.

La panique liée au coronavirus, désormais considéré comme une pandémie mondiale, a fait chuter la place new-yorkaise dès l'ouverture.

Les échanges ont même été interrompus pendant un quart d'heure en tout début de séance quand le S&P 500 a perdu plus de 7%, déclenchant un "coupe-circuit" censé permettre aux investisseurs de reprendre leurs esprits.

Wall Street a brièvement effacé une partie de ses pertes à la mi-séance après l'annonce par la Réserve fédérale d'une injection de 1.500 milliards de dollars supplémentaires sur le marché monétaire.

Mais la Bourse de New York a vite repiqué du nez, s'enfonçant toujours plus dans le rouge jusqu'à la clôture.

"Il y a beaucoup d'incertitudes au sujet de la durée et de l'ampleur" de la pandémie de coronavirus, indique Quincy Krosby de Prudential. Et d'inquétude notamment quant à ses "conséquences" sur "les dépenses des consommateurs", ajoute-t-elle.

"Et ce qui est vraiment crucial pour le marché, ce sont les répercussions sur les revenus des entreprises", ajoute Mme Krosby, qui précise que l'idée d'une récession mondiale est désormais sur toutes les lèvres.

La décision de Donald Trump, mercredi soir, d'interdire durant 30 jours aux voyageurs en provenance de la plupart des pays européens d'entrer sur le sol américain n'a en tout cas rien fait pour rassurer les investisseurs.

Les propositions pour soutenir l'économie des Etats-Unis évoquées par M. Trump n'ont pas non plus suscité le moindre enthousiasme.

"Les courtiers et les investisseurs voulaient des mesures plus détaillées", relève Mme Krosby.

"Le marché n'a absolument pas été satisfait et on a vu les résultats aujourd'hui", poursuit-elle.

- Les croisiéristes prennent l'eau -

Outre-Atlantique, la Banque centrale européenne (BCE) a, elle, dégainé un arsenal de mesures pour tenter d'endiguer la panique financière liée à la pandémie.

La BCE n'a pas touché à ses taux directeurs mais elle va favoriser les prêts ciblés aux PME et renforcer ses rachats de dette publique et surtout privée.

Jeuedi, Wall Street a aussi été déboussolée par une avalanche d'annonces liées au coronavirus sur l'ensemble du territoire américain, de la suspension des saisons de basket, de baseball et de hockey à la fermeture des principaux lieux culturels à New York, où l'état d'urgence a été déclaré.

Parmi les acteurs les plus affectés par la débâcle, les croisiéristes ont tout particulièrement souffert.

Le groupe américain Princess Cruises (groupe Carnival Corporation) a d'ailleurs annoncé suspendre ses croisières à travers le monde pendant 60 jours en réaction à la pandémie. L'action de Carnival a plongé de 31,2%.

Celles de ses concurrents Norwegian Cruise Line et Royal Caribbean ont perdu 35,8% et 31,8%.

Le secteur aérien était également au tapis, les compagnies American (-17,3%), Delta (-21%) et United (-24,9%) accusant de très lourdes pertes. L'avionneur Boeing dégringolait, lui, de près de 15%.

Sur le marché obligataire, le taux à 10 ans sur la dette américaine limitait en revanche les dégâts, s'établissant à 0,8090% vers 20H45 GMT, contre 0,8695% la veille à la clôture.