La bourse ferme dans 12 min
  • CAC 40

    6 736,89
    -17,08 (-0,25 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 974,80
    -9,70 (-0,24 %)
     
  • Dow Jones

    34 202,00
    -193,01 (-0,56 %)
     
  • EUR/USD

    1,0487
    -0,0042 (-0,40 %)
     
  • Gold future

    1 799,90
    -15,30 (-0,84 %)
     
  • BTC-EUR

    16 153,70
    -146,39 (-0,90 %)
     
  • CMC Crypto 200

    401,87
    +0,45 (+0,11 %)
     
  • Pétrole WTI

    81,37
    +0,15 (+0,18 %)
     
  • DAX

    14 509,98
    +19,68 (+0,14 %)
     
  • FTSE 100

    7 558,16
    -0,33 (-0,00 %)
     
  • Nasdaq

    11 355,19
    -127,26 (-1,11 %)
     
  • S&P 500

    4 042,39
    -34,18 (-0,84 %)
     
  • Nikkei 225

    27 777,90
    -448,18 (-1,59 %)
     
  • HANG SENG

    18 675,35
    -61,09 (-0,33 %)
     
  • GBP/USD

    1,2240
    -0,0016 (-0,13 %)
     

Wall Street, sans conviction, évolue en ordre dispersé

La Bourse de New York ouvrait en ordre dispersé mercredi après des ventes au détail en progrès, mais des résultats en demi-teinte du côté de grands distributeurs.

Vers 15H20 GMT, l'indice Dow Jones grappillait 0,03%, le Nasdaq, à dominante technologique, perdait 1,46% et le S&P 500 0,58%.

La veille, après un indice des prix à la production ralenti, le Dow Jones avait gagné 0,17% à 33.592,92 points, l'indice Nasdaq avait pris 1,45% à 11.358,41 points et l'indice élargi S&P 500 avait avancé de 0,87% à 3.991,73 points.

"La séance commence sans grande conviction", constatait Patrick O'Hare de Briefing.com.

Parmi les nouvelles positives les ventes au détail ont augmenté à un rythme plus rapide que prévu en octobre à +1,3% contre +1,2% attendu.

Mais cette hausse est notamment à imputer au retour d'une augmentation des prix de l'essence à la pompe qui a fait grimper les ventes de stations-service de 4,1% sur le mois.

Patrick O'Hare soulignait en outre que ce rapport sur les achats de biens des Américains reflétait des tendances contradictoires. Si les ventes en lignes (+1,2%) et celles des bars et restaurants (+1,6%) ont connu une solide hausse, de nombreuses catégories d'achats discrétionnaires étaient en baisse, montrant que les ménages sont parcimonieux dans leur consommation. C'était le cas des ventes d'électronique et d'électroménager (-0,3%) et des articles de loisirs (-0,3% également).

Au niveau des distributeurs, la chaîne de grands magasins Target a enregistré des profits trimestriels plus faibles qu'attendu et l'enseigne a révisé à la baisse ses objectifs de ventes pour les fêtes de fin d'année. Target a aussi indiqué prévoir un plan de réduction des coûts sur les trois prochaines années.

L'action accusait le coup perdant presque 15%, tandis que d'autres titres de chaînes suivaient comme Best Buy, spécialiste de l'électronique (-7,69%) ou Home Depot, la chaîne d'équipements pour le bricolage (-0,85%).

Les magasins Lowe's, consacrés à l'amélioration de la maison, s'en sortaient mieux (+4,55%) après un bénéfice trimestriel et des ventes meilleures que prévu.

Parmi les nouvelles macroéconomiques qui déprimaient les indices, la production industrielle américaine s'est légèrement tassée en octobre (-0,1%) et celle de septembre a été nettement revue à la baisse.

"L'affaiblissement de la demande, la hausse des taux d'intérêt et les difficultés sur la chaîne d'approvisionnement continueront de pénaliser l'activité industrielle dans les mois à venir", a indiqué Nancy Vanden Houten, économiste pour Oxford Economics.

Pour Paul Ashworth, de Capital Economics, "la solidité des ventes au détail malgré des coûts d'emprunt plus hauts est encourageante, mais l'activité manufacturière ralentit lentement succombant au malaise général".

Au Royaume-Uni, l'inflation a été propulsée à 11,1% sur un an en octobre, un nouveau sommet depuis 41 ans, tirée par une nouvelle hausse des coûts de l'énergie.

En Chine, les prix des logements neufs ont reculé en octobre, le plus important repli depuis sept ans, selon des chiffres officiels publiés mercredi, sur fond de ralentissement économique et de crise de l'immobilier.

Sur le marché obligataire, les rendements sur les bons du Trésor à 10 ans cédaient 1,78% à 3,73%.

Le secteur des cryptomonnaies glissait dans le sillage de la plateforme en faillite FTX, Coinbase perdait presque 10%, l'application de courtage Robinhood lâchait 3,53% tandis que le bitcoin cédait 2,45%.

Nasdaq

vmt/LyS