La bourse est fermée
  • Dow Jones

    34 017,45
    -412,43 (-1,20 %)
     
  • Nasdaq

    11 265,98
    -195,52 (-1,71 %)
     
  • Nikkei 225

    27 820,40
    +42,50 (+0,15 %)
     
  • EUR/USD

    1,0500
    -0,0031 (-0,29 %)
     
  • HANG SENG

    19 518,29
    +842,94 (+4,51 %)
     
  • BTC-EUR

    16 262,94
    -146,73 (-0,89 %)
     
  • CMC Crypto 200

    403,29
    -7,92 (-1,93 %)
     
  • S&P 500

    4 007,51
    -64,19 (-1,58 %)
     

Wall Street conclut en nette baisse, après les élections et avant l'inflation

La Bourse de New York a terminé en nette baisse mercredi après les élections au Congrès américain, qui ont manqué de voir la vague républicaine attendue, tandis que les investisseurs attendaient les chiffres de l'inflation jeudi.

L'indice Dow Jones a perdu 1,95% à 32.513,94 points, le Nasdaq, à forte domination technologique, a lâché 2,48% à 10.353,17 points et le S&P 500 à 3.748,57 points est en repli de 2,08%.

Des résultats d'entreprises décevants, une débâcle dans l'univers des cryptomonnaies, une nouvelle jauge de l'inflation américaine attendue jeudi et enfin les  élections au Congrès dont l'issue est encore incertaine ont refroidi les courtiers.

"Les actions se sont échangées à la baisse alors que les résultats finaux des élections de mi-mandat continuent d'être dépouillés et que le contrôle du Congrès demeure incertain", ont résumé les analystes de Schwab.

Le marché a baissé "parce qu'on n'a pas encore tous les résultats, alors ces élections ont été un prétexte pour des prises de profits" après plusieurs jours de hausse pour la Bourse newyorkaise, a expliqué pour sa part Peter Cardillo de Spartan Capital.

Tous les résultats des élections au Congrès n'étaient en effet pas encore connus. L'opposition républicaine devrait dominer la Chambre des représentants mais pas dans la mesure qui était attendue, la vague républicaine n'ayant pas eu lieu. Quant au Sénat, quatre sièges sont encore incertains.

"Quelle que soit l'issue, les marges vont être très étroites et on se dirige de toute façon vers une paralysie du gouvernement", ajoutait Peter Cardillo. Peu de changements politiques sont alors à attendre que ce soit au niveau des régulations des secteurs bancaires ou de l'énergie par exemple ou du code des impôts, ce qui n'est a priori pas pour déplaire aux marchés financiers.

- Volatilité des cryptomonnaies -

Au-delà des prises de bénéfices, la place boursière a été bousculée par l'extrême volatilité des cryptomonnaies.

La plateforme d'échanges Binance qui avait annoncé mardi soir l'acquisition précipitée de sa rivale FTX pour la soutenir dans des problèmes de liquidités, a brusquement renoncé à l'opération le lendemain.

Binance mentionne de possibles mauvaises gestions de fonds et la probabilité d'une enquête des autorités américaines.

Le bitcoin baissait de 10,21% à 16.789 dollars, un nouveau plus bas depuis novembre 2020.

Les acteurs de l'univers des cryptomonnaies ont souffert. Le titre de la plateforme d'échanges Coinbase a perdu 9,54% à 45,98 dollars.

La populaire application de courtage Robinhood a lâché 13,76% après déjà un plongeon de 19% la veille.

Les résultats décevants de Walt Disney, qui a vu son service de streaming Disney+ accuser un doublement de sa perte opérationnelle au troisième trimestre malgré une hausse de ses abonnés, ont fait plonger l'action du groupe de divertissement (-13,16% à 86,75 dollars).

Ses concurrents dans le streaming ont aussi fléchi comme Netflix (-3,34%) ou Roku (-5,92%).

L'action Tesla a décroché de 7,17% à 177,59 dollars après l'annonce par Elon Musk qu'il avait cédé pour quelque 4 millions de dollars de titres du constructeur automobile qui doit financer le rachat au prix fort du réseau social Twitter.

L'ensemble des onze secteurs du S&P ont conclu lourdement dans le rouge, avec en tête l'énergie (-4,88%) alors que les cours du brut se sont nettement repliés, suivi par le secteur des dépenses de consommation discrétionnaires (-3,12%), les technologies de l'information (-2,65%) et les services de communication (-1,90%).

Meta (Facebook) en revanche a été salué par les investisseurs, grimpant de 5,18% à 101,47 dollars alors que le groupe de Mark Zuckerberg a annoncé la suppression de 11.000 emplois, soit quelque 13% de ses effectifs.

Jeudi les investisseurs attendaient les chiffres de l'inflation américain pour octobre. Les analystes prévoient encore une hausse mensuelle de l'indice CPI de 0,5% après +0,6% en septembre.

Nasdaq

vmt/juj/nth