La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 712,48
    +5,16 (+0,08 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 962,41
    +0,42 (+0,01 %)
     
  • Dow Jones

    34 347,03
    +152,97 (+0,45 %)
     
  • EUR/USD

    1,0405
    -0,0008 (-0,07 %)
     
  • Gold future

    1 754,00
    +8,40 (+0,48 %)
     
  • BTC-EUR

    15 817,73
    -164,17 (-1,03 %)
     
  • CMC Crypto 200

    386,97
    +4,32 (+1,13 %)
     
  • Pétrole WTI

    76,28
    -1,66 (-2,13 %)
     
  • DAX

    14 541,38
    +1,82 (+0,01 %)
     
  • FTSE 100

    7 486,67
    +20,07 (+0,27 %)
     
  • Nasdaq

    11 226,36
    -58,96 (-0,52 %)
     
  • S&P 500

    4 026,12
    -1,14 (-0,03 %)
     
  • Nikkei 225

    28 283,03
    -100,06 (-0,35 %)
     
  • HANG SENG

    17 573,58
    -87,32 (-0,49 %)
     
  • GBP/USD

    1,2091
    -0,0023 (-0,19 %)
     

Wall Street, en baisse, calme le jeu après l'euphorie de la veille

La Bourse de New York calmait le jeu vendredi évoluant légèrement dans le rouge après l'ouverture à la suite de l'euphorie de la veille suscitée par un reflux de l'inflation aux Etats-Unis tandis que la Chine a allégé plusieurs mesures anti-Covid.

Le Dow Jones cédait 0,34%, le Nasdaq 0,20% et le S&P 500 0,12% après la meilleure séance depuis deux ans et demi pour les indices new-yorkais.

Jeudi, Wall Street avait célébré de façon exubérante un recul de l'inflation qui fait espérer que la hausse des prix américaine a enfin atteint un pic.

Le Nasdaq, à dominante technologique, avait bondi de 7,35% à 11.114,15 points et l'indice élargi S&P 500 de 5,53% à 3.956,37 points, des hausses sur une journée jamais atteintes depuis deux ans et demi. Le Dow Jones avait gagné 3,70% à 33.715,37 points.

"Quelle reprise ce fut hier, c'est le moins qu'on puisse dire !", s'exclamait Patrick O'Hare de Briefing.com. "Les énormes gains étaient une manifestation de l'espoir longtemps refoulé que l'inflation a atteint un sommet et que l'approche agressive de la Fed a également touché un pic", ajoutait l'analyste.

Le S&P 500 a en effet affiché sa 15e meilleure séance boursière depuis 1953. Avec le Nasdaq, les deux indices ont inscrit leurs plus fortes hausses quotidiennes depuis le début de la pandémie au printemps 2020.

L'inflation américaine a ralenti en octobre, plus que prévu, à 7,7% sur un an, selon l'indice CPI, contre 8,2% en septembre, tombant à son plus bas niveau depuis janvier 2022, avait annoncé jeudi le gouvernement américain.

Ce ralentissement a été vu comme le signe que les mesures prises par la banque centrale américaine, la Fed, pour ramener l'inflation dans les clous en relevant drastiquement le coût de l'argent, commencent enfin à porter leurs fruits, et que la Fed pourrait ralentir ses hausses de taux au début de l'année prochaine.

Ainsi, les marchés à terme sur les fonds fédéraux prévoient désormais à 85% une hausse des taux de seulement 50 points de base lors de la prochaine réunion monétaire les 14 et 15 décembre. Cette probabilité n'était que de 50% avant la publication de l'indice CPI.

D'ici là, les responsables de la Fed auront eu connaissance de la hausse des prix pour novembre.

Autre catalyseur qui devrait s'avérer positif pour les marchés, Pékin a annoncé un assouplissement de plusieurs mesures anti-Covid pour les voyageurs, dont une réduction de la quarantaine à l'arrivée. Les cours du pétrole bondissaient misant sur une plus grande demande d'énergie.

Mais l'embellie des titres de la technologie sur le Nasdaq se calmait nettement vendredi avec l'annonce du dépôt de bilan de la plateforme de cryptomonnaies en difficulté FTX et de la démission de son fondateur Sam Bankman-Fried.

"FTX Trading (...) et approximativement 130 compagnies affiliées à FTX Group ont débuté la procédure volontaire du +chapter+ 11+ (de la loi sur les faillites)", a annoncé FTX dans un communiqué publié sur son compte Twitter.

Les titres de la plateforme d'échanges Coinbase reculaient de 5,73%.

Les grands noms de la tech revenaient de leur montée en flèche la veille: Apple lâchait 1,56% vers 14H30 GMT après avoir bondi de presque 9% jeudi. Tesla cédait 3,51% et Meta, maison mère de Facebook, lâchait 1,39%.

Les rendements obligataires restaient en repli à 3,81% contre 3,82% la veille où ils avaient fortement décliné.

Nasdaq

vmt/clc