Wall Street : Apple souffre, Facebook hésite à l'annonce de son produit de recherche

COURS LIÉS

SymboleCoursVariation
JPAAZ0,00
BELI.PA28,96-1,13
FB58,940,78
LEN38,220,55
FRX89,580,71

Wall Street fléchit légèrement ce mardi, après la présentation de Facebook (NasdaqGS: FB - actualité) , qui vient de dévoiler son nouveau service de recherche. Les statistiques du jour sont contrastées, avec des ventes de détail plutôt solides, mais une grosse déception concernant l'indice d'activité manufacturière de la Fed de New York. Par ailleurs, les opérateurs continuent de spéculer à propos d'une possible opération de LBO sur le dossier Dell (NasdaqGS: DELL - actualité) ... Côté trimestriels, Lennar (NYSE: LEN - actualité) et Forest Laboratories (NYSE: FRX - actualité) ont publié aujourd'hui leurs derniers résultats financiers... Le DJIA abandonne 0,02% à 13.505 pts, alors que le Nasdaq trébuche actuellement de 0,37% à 3.106 pts.

Rappelons que le titre Apple (NasdaqGS: AAPL - actualité) avait lourdement pesé hier sur le Nasdaq, le Wall Street Journal et le quotidien Nikkei ayant fait état de commandes réduites en composants de l'iPhone 5 pour le trimestre allant de janvier à mars, ce qui supposerait une demande très décevante pour cet appareil en début d'année 2013.

D'après le gouvernement américain ce mardi, les ventes de détail pour le mois de décembre 2012 ont grimpé de 0,5% en comparaison de novembre, contre +0,2% de consensus et après +0,4% le mois précédent (+0,3% précédemment évalué pour le mois de novembre). Hors automobile cette fois, les ventes de détail de décembre ont augmenté de 0,3%, en ligne avec le consensus, après -0,1% en novembre. Enfin, hors automobile et essence, les ventes ont progressé de 0,6%, comme au mois de novembre.

L'indice "Empire State" d'activité manufacturière de la Fed de New York a déçu au mois de janvier 2013, puisqu'il ressort négatif de -7,8 points, contre un consensus proche de zéro. L'indice traduit donc un fléchissement de l'activité manufacturière régionale.

L'indice américain des prix à la production pour le mois de décembre 2012 a reculé de 0,2% en comparaison du mois antérieur, contre un consensus de -0,1%. Hors alimentaire et énergie, le "PPI" a augmenté par contre de 0,1% en comparaison de novembre, contre +0,2% de consensus chez les économistes.

Les stocks des entreprises américaines pour le mois de novembre 2012 se sont appréciés de 0,3% en comparaison d'octobre, en ligne avec le consensus, après une hausse similaire le mois précédent.

VALEURS DU JOUR

JP Morgan Chase (Other OTC: JFTTL - actualité) (stable), le géant bancaire américain, devra prendre des mesures afin de renforcer ses contrôles et sa gestion des risques, suite à la perte de trading inattendue de plus de 6 milliards de dollars essuyée l'an passé. La Fed, l'US Comptroller of the Currency et le Département au Trésor américain n'imposeront toutefois pas d'amende à l'établissement financier. JP Morgan (Other OTC: JPAAZ - actualité) promet, après ces accords, de durcir ses politiques et procédures de contrôle, y compris contre le blanchiment d'argent. Les régulateurs fédéraux ont en effet décelé des "manques" de ce point de vue.

Apple (-3%) reste donc sous surveillance ce jour, après les informations de presse de la veille évoquant une chute de l'ordre de 50% des commandes d'écrans de l'iPhone 5. Nomura a abaissé son objectif de cours de 660$ à 530$ ce jour. Sterne Agee, de son côté, ne croit pas aux rumeurs et juge que la demande reste robuste pour l'iPhone 5. Sterne préfère évoquer de potentiels nouveaux fournisseurs pour expliquer les ajustements de commandes de composants.

Parallèlement, l'ex-directeur général d'Apple de 1983 à 1993, John Sculley, a estimé aujourd'hui dans un entretien avec Bloomberg TV que le groupe de Cupertino avait besoin de réorganiser sa chaîne d'approvisionnement pour répondre à la demande des pays émergents pour des produits moins chers... Apple, leader du marché des "smartphones" aux Etats-Unis et en Europe, a perdu sa place de leader mondial depuis plusieurs trimestres face au sud-coréen Samsung, qui, avec d'autres fabricants d'appareils sous Android (le système d'exploitation mobile de Google (NasdaqGS: GOOG - actualité) ), s'est imposé sur les marchés émergents.

En Chine notamment, le plus grand marché mondial des télécoms, Apple a du mal à s'imposer pour l'instant : son patron, Tim Cook, s'est d'ailleurs rendu il y a quelques jours dans ce pays pour la 2ème fois en moins d'un an... Il y a notamment rencontré Xi Guohua, le président de China Mobile, le premier opérateur chinois (plus de 700 millions de clients), qui n'a toujours pas signé d'accord pour vendre des "smartphones" Apple. Ce dernier doit se contenter pour le moment d'accords de distribution avec les no2 et no3, China Unicom et China Telecom, et possède aussi de 11 Apple Stores. Tim Cook a indiqué qu'il comptait ouvrir 25 nouveaux Apple Stores en Chine et à Hong Kong, et compte faire de la Chine le premier marché de la firme à la pomme...

Facebook (-2%) a annoncé ce soir une nouvelle fonctionnalité de recherche dénommée "Graph Search" pour son site. Mark Zuckerberg, le fondateur du groupe californien, explique que Facebook travaille sur ce service depuis des années. Il juge que personne d'autre ne dispose d'un tel produit. Il ne s'agit pas de recherche sur Internet, ce qui devrait réjouir les "fans" de Google. Graph Search est une sorte de carte résultant d'une recherche sur le réseau social. La réponse à la requête permettrait de savoir ce qui se passe concernant des utilisateurs sélectionnés. Lars Rasmussen, un fondateur de Google Maps, a travaillé sur le fameux "Graph".

La version initiale du service couvrira les contenus relatifs aux personnes recherchées, les photos, les lieux et les centres d'intérêt. Zuckerberg estime que ces premiers éléments sont "réellement utiles"... "Nous avons passé beaucoup de temps à travailler dessus, et nous en sommes arrivés à une interface que nous pensons unique"... "La recherche que nous voulions construire est privée", souligne le jeune dirigeant. Zuckerberg fournit quelques possibilités de recherche sur le réseau social. Par exemple, pour proposer une fête "Game of Thrones", un utilisateur qui ne sait pas lesquels de ses amis sont fans de la série TV pourra faire une recherche simple. Tom Stocky et Lars Rasmussen, qui participent à la présentation, effectuent dans le même esprit des recherches pour connaître ceux de leurs amis qui aiment à la fois "Star Wars" et "Harry Potter". Autre exemple donné par Rasmussen : "photos de mes amis prises dans les parcs nationaux"... Ou encore, dans le registre nostalgique : "photos de mes amis prises avant 1990"... De multiples recherches pourraient ainsi être réalisées, révélant les résultats "partagés" les plus pertinents.

Dell gagne encore 6% ce jour à 13$ sur le Nasdaq, après un bond de 13% en clôture hier dans un volume colossal. Le (Paris: FR0000072399 - actualité) titre s'est donc envolé sur des rumeurs d'opération financière. Il s'agit d'un vieux serpent de mer sur le marché, alors que le fondateur du groupe texan, Michael Dell, a repris la direction opérationnelle en 2007 sans parvenir réellement à redresser les ventes. La capitalisation actuelle est de 21 milliards de dollars. En 2010, le dirigeant avait avoué avoir considéré une sortie de la cote.

L'agence Bloomberg évoque de son côté des discussions en vue d'une sortie de la cote, deux firmes de private equity au moins étant impliquées. Il s'agirait plus précisément des firmes TPG Capital et Silver Lake. Hier, l'agence soulignait que ces discussions privées supposées étaient préliminaires et pourraient encore échouer, puisque "les firmes pourraient ne pas être capables d'aligner les financements requis". Aujourd'hui, Bloomberg se montre plus optimiste sur l'issue des débats, puisqu'elle croit savoir qu'un LBO pourrait être annoncé dès cette semaine.

Michael Dell détient 16% de la compagnie. Goldman Sachs (NYSE: GS-PB - actualité) avait revu son conseil à l'achat en décembre, évoquant justement le niveau de cash du groupe, qui présentait une opportunité en vue d'un LBO (leveraged buyout). Bloomberg précise donc ce jour que Dell serait en phase de discussion avec TPG et Silver Lake en vue de ce LBO. L'agence cite une personne ayant connaissance du sujet. Un analyste de Needham pense qu'une fois sorti de la cote, Dell pourrait générer "un montant énorme de cash pendant plusieurs années", ou bien investir lourdement dans une stratégie mobile, à l'abri du regard des investisseurs.

Forest Laboratories (stable), le laboratoire américain, a annoncé une perte GAAP par action de 58 cents pour le 3ème trimestre fiscal 2013, contre un bpa positif de 1,04$ un an avant. En base non-GAAP cette fois, la perte par action a représenté encore 21 cents, contre 1,08$ de bpa positif un an plus tôt. Le consensus était de 14 cents de perte par action, pour 762 M$ de ventes. Les revenus trimestriels ont en fait dévissé de 42% à 678 M$, contre 1,2 milliard un an avant.

ConocoPhillips (NYSE: COP - actualité) (+1%) a annoncé ce mardi la cession de certains de ses actifs dans le Dakota du Nord et le Montana à une filiale de Denbury Resources (NYSE: DNR - actualité) , pour un montant de 1,05 milliard de dollars. Conoco a ainsi levé un total de 12 Mds$ par des ventes d'actifs depuis un an. Le groupe pétrolier de Houston utilisera les produits de la vente pour des motifs d'ordre général.

Lennar (-2%), le promoteur immobilier américain, a annoncé pour son trimestre clos des bénéfices supérieurs aux attentes. Le bénéfice net est ressorti à 124 millions de dollars soit 56 cents par titre, contre 30 M$ et 16 cents par action un an plus tôt. Les revenus se sont envolés de 42% à 1,3 Md$. Le consensus de place n'était que de 44 cents de bpa, pour 1,3 Md$ de ventes. Les commandes ont grimpé encore de 32% à 3.983 unités. Le backlog affiche un montant de 1,2 milliard de dollars en fin de trimestre.

Wal-Mart (stable), le leader mondial de la grande distribution, a promis d'engager 100.000 vétérans américains durant les cinq prochaines années. Les postes concernent essentiellement le réseau de magasins et les centres de distribution, selon le président de Walmart US, Bill Simon. Les premiers emplois seront proposés en mai. "Les vétérans ont une expérience de performance sous la pression", note le dirigeant de la branche domestique de Wal-Mart.