Marchés français ouverture 8 h 7 min
  • Dow Jones

    31 490,07
    -1 164,52 (-3,57 %)
     
  • Nasdaq

    11 418,15
    -566,37 (-4,73 %)
     
  • Nikkei 225

    26 911,20
    +251,45 (+0,94 %)
     
  • EUR/USD

    1,0473
    -0,0082 (-0,78 %)
     
  • HANG SENG

    20 644,28
    +41,76 (+0,20 %)
     
  • BTC-EUR

    27 701,57
    -1 442,22 (-4,95 %)
     
  • CMC Crypto 200

    650,57
    -20,11 (-3,00 %)
     
  • S&P 500

    3 923,68
    -165,17 (-4,04 %)
     

VW T-Roc 2022: Moins confortable qu'un Peugeot 2008, l'Allemand est mieux fini

·2 min de lecture

ESSAI AUTO DU WEEK-END. Restylé mais surtout sérieusement revu à l'intérieur avec une finition nettement meilleure - elle était médiocre auparavant -, le T-Roc devient une valeur sûre. Il gagne en homogénéité, Dommage: ce petit SUV râblé perd ses décors intérieures en couleur qui faisaient son charme.

Le T-Roc est né fin 2017. Quatre ans et demi, c’est désormais beaucoup. Pourtant, ce petit SUV est toujours aussi attrayant esthétiquement. Malgré un nom bizarroïde - qui se lit Troc de loin -, la voiture apparaît réussie. Dans l’air du temps, râblées, correctement proportionnées, les lignes sont un mélange de classicisme typique de avec quelques courbes, et surtout un toit bi-ton (en option). Au programme : les pseudo-protections en plastique noir, qui suggèrent l’inévitable côté aventurier et une garde au sol relevée. La voiture joue bien visuellement son rôle de (faux) petit 4x4. Avec même, ce qui devient rarissime, une possibilité de le transformer en vrai 4x4 (TDI 4Motion à quatre roues motrices).

Finition bien plus soignée

Au lancement, le T-Roc avait déçu les fans de la marque en finition. En mal d’économies, Volkswagen avait fait un immense pas en arrière pour la qualité perçue. Et ce, alors que c’était l’un des points forts traditionnels du constructeur de Basse-Saxe. Le tir a été bien rectifié sur cette version restylée. Avec des matériaux moussés à profusion sur le haut de la planche de bord, les contre-portes. Même si les plastiques du bas de la planche de bord demeurent médiocres d’aspect. Mais pas oplus que chez les concurrentes. L’ensemble donne bien meilleure impression. Si les portières avant sont lourdes et respirent la robustesse habituelle, celles de derrière paraissent, elles, plus légères.

L’écran a été réhaussé selon la mode. Il est de fait plus visible. Le T-Roc garde quelques boutons. Mais le SUV compact a évidemment succombé -partiellement - à la mode du tout digital. Les commandes de climatisation sont ainsi tactiles, c’est-à-dire imprécises. L’écran, dans le genre, demeure relativement logique et facile à appréhender. On n’apprécie pas toutefois que certains choix du conducteur s’annulent au redémarrage. Il faut ainsi redésamorcer l’alerte de changement de ligne, qui génère des vibrations incongrues et dangereuses si la voiture ne se ma[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles