Publicité
La bourse ferme dans 4 h 29 min
  • CAC 40

    7 644,96
    -61,93 (-0,80 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 923,20
    -27,78 (-0,56 %)
     
  • Dow Jones

    39 411,21
    +260,91 (+0,67 %)
     
  • EUR/USD

    1,0727
    -0,0009 (-0,09 %)
     
  • Gold future

    2 347,70
    +3,30 (+0,14 %)
     
  • Bitcoin EUR

    57 185,03
    +121,35 (+0,21 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 271,52
    +22,40 (+1,79 %)
     
  • Pétrole WTI

    81,10
    -0,53 (-0,65 %)
     
  • DAX

    18 126,12
    -199,46 (-1,09 %)
     
  • FTSE 100

    8 264,67
    -16,88 (-0,20 %)
     
  • Nasdaq

    17 496,82
    -192,54 (-1,09 %)
     
  • S&P 500

    5 447,87
    -16,75 (-0,31 %)
     
  • Nikkei 225

    39 173,15
    +368,50 (+0,95 %)
     
  • HANG SENG

    18 072,90
    +45,19 (+0,25 %)
     
  • GBP/USD

    1,2687
    -0,0001 (-0,01 %)
     

On a vu « Indiana Jones 5 » à Cannes, le dernier coup de fouet d’Harrison Ford

CANNES - Les fans attendaient ce film depuis plus de 15 ans. Harrison Ford est de retour, fedora sur la tête et fouet à la main, dans ce qui sera, jure-t-il, son dernier Indiana Jones. Steven Spielberg a cette fois passé la caméra à James Mangold (Logan, Le Mans 66) pour ce 5e volet, Indiana Jones et le cadran de la destinée. Le HuffPost a pu voir en avant-première le film, présenté hors compétition au Festival de Cannes ce jeudi 18 mai, et voici ce qu’on en a pensé.

Ne tournons pas autour du chapeau : cet ultime film est une réussite. Il est fun, divertissant, bourré d’aventures en tout genre et bourré de références aux précédentes épopées d’Indiana Jones pour ravir les nostalgiques. Pourtant, on avait eu un peu peur en voyant la scène d’ouverture : on découvre un Indy jeune et fringant de même pas 40 ans, le visage lissé aux effets spéciaux, en pleine course-poursuite avec des nazis sur un train. James Mangold allait-il nous servir un flash-back de 2h34 ?

Papy Indy

Loin de là. Quelques minutes plus tard, l’ambiance change. Nous sommes en 1969. Indiana Jones n’a plus rien d’un héros, il est avachi en caleçon dans son fauteuil en cuir, un verre à la main au petit matin, le visage ridé, les cheveux ébouriffés. Oui, Harrison Ford a vieilli – il affichait 79 ans au compteur au moment du tournage – alors son héros, qui n’en est plus vraiment un, aussi. Il s’apprête à prendre sa retraite de professeur, il a perdu son fils, sa femme l’a quitté. Bref, il est brisé.

PUBLICITÉ

Sa filleule, Helena Shaw – jouée par une Phoebe Waller-Bridge en apparence vénale et mal intentionnée – parvient à le remettre en selle un peu contre son gré. Et ils partent à la recherche du mythique cadran de la destinée, un engin de calcul créé, selon la légende, par Archimède qui permettrait de localiser des failles temporelles. Évidemment, ils ne sont pas les seuls à vouloir mettre la main dessus : c’est là qu’intervient Mads Mikkelsen en méchant (comme toujours) parfait.

Helena, jouée par Phoebe Waller-Bridge, est la filleule d’Indy dans ce 5e volet
Helena, jouée par Phoebe Waller-Bridge, est la filleule d’Indy dans ce 5e volet

Les courses-poursuites se font à moto à Syracuse, en tuk-tuk à Tanger ou à cheval dans le métro de New York. Et même si Indiana Jones retrouve le rythme, ses épaules de septuagénaire le lâchent lorsqu’il doit escalader la paroi d’une grotte, son fouet ne peut plus grand-chose face aux pistolets de ses nombreux ennemis et il ne s’est toujours pas défait de sa peur des serpents.

En vieux routard de l’aventure, il évoque ses vieilles expéditions et croise aussi d’anciens camarades à l’image de Sallah (John Rhys-Davies), l’excavateur loyal et bon enfant des Aventuriers de l’arche perdue et d’Indiana Jones et la dernière croisade, devenu chauffeur de taxi new yorkais.

Prendre la suite de Steven Spielberg était un défi risqué – même si le 4e volet avait largement fait baisser le niveau d’attente – mais James Mangold le relève avec brio. Et d’offrir un point final riche, rythmé et drôle à cette saga culte née en 1981.

À voir également sur Le HuffPost :

Festival de Cannes : « Le procès Goldman » raconte le procès du frère Goldman auquel on pense moins

Cannes : Catherine Corsini dénonce la misogynie des accusations qui pèsent contre elle et son film