La bourse ferme dans 5 h 17 min
  • CAC 40

    6 214,22
    -82,47 (-1,31 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 976,98
    -42,93 (-1,07 %)
     
  • Dow Jones

    34 077,63
    -123,04 (-0,36 %)
     
  • EUR/USD

    1,2061
    +0,0020 (+0,17 %)
     
  • Gold future

    1 768,70
    -1,90 (-0,11 %)
     
  • BTC-EUR

    45 763,44
    -1 574,45 (-3,33 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 245,45
    -53,51 (-4,12 %)
     
  • Pétrole WTI

    63,95
    +0,57 (+0,90 %)
     
  • DAX

    15 242,09
    -126,30 (-0,82 %)
     
  • FTSE 100

    6 941,23
    -58,85 (-0,84 %)
     
  • Nasdaq

    13 914,77
    -137,58 (-0,98 %)
     
  • S&P 500

    4 163,26
    -22,21 (-0,53 %)
     
  • Nikkei 225

    29 100,38
    -584,99 (-1,97 %)
     
  • HANG SENG

    29 135,73
    +29,58 (+0,10 %)
     
  • GBP/USD

    1,3977
    -0,0007 (-0,05 %)
     

Vu d’Allemagne. La condamnation de Sarkozy, une révolution dans une France “monarchique” et élitiste

Süddeutsche Zeitung (Munich)
·1 min de lecture

Quel symbole, dans ce pays centralisé et pyramidal qu’est la France, s’exclame cet éditorialiste allemand, de voir la justice envoyer un ancien président derrière les barreaux – ou presque. Pour lui, le pouvoir et l’élite française ressortent profondément ébranlés de la condamnation de Nicolas Sarkozy.

Nicolas Sarkozy condamné à trois ans de prison, c’est une information qui a fortement interpellé outre-Rhin. Un éditorialiste de la Süddeutsche Zeitung lui trouve même quelque chose de “révolutionnaire” quand on connaît le système politique hexagonal.

Pour s’expliquer, le quotidien de centre gauche dépeint sa vision de la France : un pays au système présidentiel “qui conserve des caractéristiques fondamentalement monarchiques définissant le tempérament politique national : dirigiste, centralisé et, à certains égards, absolutiste”.

Ici, affirme la SZ, la politique “repose sur la personnalité du président de la République, qui doit être à la fois une figure lumineuse et un père attentionné pour ses concitoyens. L’idée que cette conception invite à toutes sortes d’abus, qu’elle repose sur la force de caractère individuelle qui peut donc être corruptible, appartient au contrat implicite que les électeurs passent tous les cinq ans avec leur président-monarque.”

Amour des magouilles

Tous les présidents font l’objet de soupçons, explique le journaliste. Mais dans le cas de Nicolas Sarkozy, “qui aimait à peu près autant les magouilles qu’il redoutait la lumière [sur ces mêmes magouilles]”, ce pacte a franchement raté.

À lire aussi: Vu de l’étranger. La condamnation de Nicolas

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :