La bourse ferme dans 5 h 17 min
  • CAC 40

    6 290,54
    -68,20 (-1,07 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 673,09
    -35,30 (-0,95 %)
     
  • Dow Jones

    31 880,24
    +618,34 (+1,98 %)
     
  • EUR/USD

    1,0720
    +0,0024 (+0,23 %)
     
  • Gold future

    1 855,50
    +7,70 (+0,42 %)
     
  • BTC-EUR

    27 335,74
    -1 299,03 (-4,54 %)
     
  • CMC Crypto 200

    654,38
    -20,50 (-3,04 %)
     
  • Pétrole WTI

    109,92
    -0,37 (-0,34 %)
     
  • DAX

    14 065,68
    -109,72 (-0,77 %)
     
  • FTSE 100

    7 490,22
    -23,22 (-0,31 %)
     
  • Nasdaq

    11 535,27
    +180,66 (+1,59 %)
     
  • S&P 500

    3 973,75
    +72,39 (+1,86 %)
     
  • Nikkei 225

    26 748,14
    -253,38 (-0,94 %)
     
  • HANG SENG

    20 112,10
    -357,96 (-1,75 %)
     
  • GBP/USD

    1,2507
    -0,0081 (-0,64 %)
     

Les VTC ouvrent une porte syndicale

·2 min de lecture

Etat et organisations tentent de trouver un statut aux chauffeurs et livreurs ubérisés, avec un premier scrutin professionnel en mai. Objectif assumé: éviter la généralisation du salariat votée à Bruxelles.

C'est une initiative inédite qui suscite la curiosité de par le monde. La France organise en mai prochain les premières élections professionnelles des livreurs de repas et des chauffeurs VTC. Histoire de réguler un secteur très critiqué pour ses conditions de travail. "Le but est d'améliorer les droits de ces travailleurs par la constitution d'un dialogue social de qualité avec les plateformes", explique Bruno Mettling, à la tête de l'Autorité des relations sociales des plateformes d'emploi (Arpe), l'organisme rattaché au ministère du Travail qui supervise l'organisation de ces élections. Prix minimum des courses, protection sociale, conditions de déconnexion… Tous les sujets brûlants vont être au menu d'une grande négociation qui débutera à l'automne prochain.

Seize organisations

L'objectif assumé du gouvernement est de couper l'herbe sous le pied à la directive européenne de décembre dernier, qui prévoit que les travailleurs des plateformes se voient accorder une présomption de salariat s'ils se trouvent dans une situation de subordination à celles-ci. Ce qui a fait bondir les mastodontes du secteur comme Uber, qui voient leur modèle menacé. Alors forcément l'initiative tricolore est plutôt bien accueillie: "Les élections sont une étape majeure de la construction du dialogue social sectoriel, un mécanisme souple et efficace qui a fait ses preuves en France", avance un porte-parole d'Uber. Et d'ajouter:

"Il s'agira ensuite pour les représentants des travailleurs et des plateformes de mener des discussions afin d'aboutir à la mise en place d'un socle universel de droits et protections. Nous y prendrons toute notre part."

Concrètement, deux scrutins électroniques vont être organisés du 9 au 16 mai, le premier pour élire les représentants des chauffeurs de VTC, le second, ceux des livreurs de repas. Au préalable, l'Arpe a retenu les candidatures de seize organisations qui devront obtenir au moins 5% des voix des 180.000 livreurs votants afin d'être représentatives. Pa[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles