La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 782,65
    -48,00 (-0,82 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 669,54
    -35,31 (-0,95 %)
     
  • Dow Jones

    31 496,30
    +572,16 (+1,85 %)
     
  • EUR/USD

    1,1925
    -0,0054 (-0,45 %)
     
  • Gold future

    1 698,20
    -2,50 (-0,15 %)
     
  • BTC-EUR

    40 745,46
    +1 067,55 (+2,69 %)
     
  • CMC Crypto 200

    982,93
    +39,75 (+4,21 %)
     
  • Pétrole WTI

    66,28
    +2,45 (+3,84 %)
     
  • DAX

    13 920,69
    -135,65 (-0,97 %)
     
  • FTSE 100

    6 630,52
    -20,36 (-0,31 %)
     
  • Nasdaq

    12 920,15
    +196,68 (+1,55 %)
     
  • S&P 500

    3 841,94
    +73,47 (+1,95 %)
     
  • Nikkei 225

    28 864,32
    -65,78 (-0,23 %)
     
  • HANG SENG

    29 098,29
    -138,50 (-0,47 %)
     
  • GBP/USD

    1,3827
    -0,0067 (-0,48 %)
     

Le vrai coût du couvre-feu

·2 min de lecture

Sur RTL ce matin, le ministre de l'Economie a présenté le couvre-feu comme une mesure beaucoup moins coûteuse pour les finances publiques que le confinement. En réalité, la différence de coût est plus faible que celle qu'il annonce...

La fermeture des centres commerciaux? Un moindre mal, selon le ministre de l'Economie Bruno Le Maire, que la fermeture des grandes surfaces ne représente qu’un surcoût de 500 millions d'euros par mois pour les finances publiques. Vendredi, le gouvernement a en effet annoncé que "les centres commerciaux non alimentaires d'une surface de plus de 20.000 mètres carrés" pour éviter une recrudescence de l'épidémie de Covid-19. Du coup, 27.000 commerces de plus seront éligibles au fonds de solidarité, qui consiste en une aide de 10.000 euros par mois ou une indemnisation de 20% du chiffre d'affaires de 2019, dans la limite de 200.000 euros par mois.

Une addition salée, que Bruno Le Maire a tenu à mettre en perspective. "Le couvre-feu, a-t-il indiqué, nous coûte à peu près --fonds de solidarité et autres mesures-- 6 milliards d'euros par mois". A comparer à un confinement pur et dur qui lui, coûterait, 15 milliards par mois, soit "9 milliards d'euros de plus (...) Ce n'est pas du tout les mêmes ordres de grandeur, vous en faites des choses avec 9 milliards. Vous pouvez en rénover des hôpitaux, des crèches, des écoles, des universités" a-t-il précisé. Donc, en renonçant à instaurer un nouveau confinement, "on limite les dégâts sur les finances publiques".

Couvre-feu: une perte de recettes fiscales importante

Au plan économique, le coût d'un confinement serait très élevé, en effet. Selon plusieurs économistes interrogés par l'AFP, un confinement d'un mois, avec des restrictions du même ordre que celles prises en novembre, réduirait le produit intérieur brut (PIB) d'environ un point, soit un peu plus de 20 milliards d'euros, sur l'année. "Le premier trimestre sera certainement un trimestre de récession", confirme Ludovic Subran, chef économiste de l'assureur Allianz. Au ministère de l’Economie, on affirme qu’un confinement entraînerait un recul d’activité de 10 à 18% (pour rappel, en novembre, l'activité avait baissé de 12% et, pour le premier confinement, en 2020, de plus [...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi