Publicité
La bourse est fermée
  • Dow Jones

    39 880,24
    -477,85 (-1,18 %)
     
  • Nasdaq

    17 402,98
    -594,37 (-3,30 %)
     
  • Nikkei 225

    39 154,85
    -439,54 (-1,11 %)
     
  • EUR/USD

    1,0844
    -0,0014 (-0,13 %)
     
  • HANG SENG

    17 311,05
    -158,31 (-0,91 %)
     
  • Bitcoin EUR

    60 782,32
    +185,68 (+0,31 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 357,43
    -8,46 (-0,62 %)
     
  • S&P 500

    5 436,81
    -118,93 (-2,14 %)
     

Vous souhaitez une carafe d’eau ? Chez ce restaurateur corse, ce sera 10 centimes

"L’idée est d’arrêter de jeter de l’eau sur le trottoir", a-t-il expliqué.
"L’idée est d’arrêter de jeter de l’eau sur le trottoir", a-t-il expliqué. (Getty Images/Mint Images RF)

L’initiative a de quoi surprendre mais vise à faire face à une urgence climatique. Pour lutter contre le gaspillage d’eau, un restaurateur corse propose à ses clients de leur faire payer 10 centimes la carafe d’eau.

Certains y verront un moyen de se faire encore plus d’argent, d’autres comprendront la démarche. Alors que plusieurs départements français sont concernés par des épisodes de sécheresse, un restaurateur corse a souhaité lutter contre le gaspillage d’eau en proposant à ses clients de leur faire payer 10 centimes la carafe d’eau. "L’idée est d’arrêter de jeter de l’eau sur le trottoir", a expliqué à Cnews Michael Gillot dont l’établissement est situé à Bastia.

Un dispositif incitatif mais pas obligatoire. Pour rappel, depuis le 1er janvier 2022, les établissements recevant du public sont dans l’obligation de proposer gratuitement des carafes et verres d’eau à leurs clients. Mais comme le rapporte le restaurateur, les clients semblent d’ores et déjà conquis par cette démarche. Il a notamment expliqué son intention de reverser en intégralité les dons reversés à des associations engagées dans la biodiversité.

La sécheresse sévit en France

À l'approche de l'été, la sécheresse sévit déjà sur une large partie de la France. Selon le site gouvernemental Propluvia, 20 départements étaient confrontés, en date du 9 mai, à des restrictions d'usage de l'eau et près d'une trentaine étaient en état de vigilance.

PUBLICITÉ

Ce sont les Pyrénées-Orientales qui sont les plus sévèrement touchés par ce phénomène. Désormais en "situation de crise", ils accusent un "déficit de pluviométrie très exceptionnel (entre -60 et -65 % sur les 12 derniers mois)", selon les services de l’État. Pour faire face à cette sécheresse exceptionnelle, des restrictions ont été ordonnées jusqu’au 13 juin. Il est notamment interdit d’arroser les potagers et espaces verts en utilisant l’eau du réseau ou encore de remplir les piscines privées avec.

VIDÉO - Sécheresse : comment vivre en état d'urgence ?