La bourse ferme dans 1 h 48 min
  • CAC 40

    7 043,67
    -150,49 (-2,09 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 210,74
    -88,87 (-2,07 %)
     
  • Dow Jones

    34 655,43
    -59,96 (-0,17 %)
     
  • EUR/USD

    1,1348
    +0,0031 (+0,27 %)
     
  • Gold future

    1 841,10
    -1,50 (-0,08 %)
     
  • BTC-EUR

    34 127,80
    -3 788,40 (-9,99 %)
     
  • CMC Crypto 200

    911,95
    +669,27 (+275,78 %)
     
  • Pétrole WTI

    84,73
    -0,82 (-0,96 %)
     
  • DAX

    15 542,40
    -369,93 (-2,32 %)
     
  • FTSE 100

    7 477,87
    -107,14 (-1,41 %)
     
  • Nasdaq

    14 034,09
    -119,93 (-0,85 %)
     
  • S&P 500

    4 457,65
    -25,08 (-0,56 %)
     
  • Nikkei 225

    27 522,26
    -250,67 (-0,90 %)
     
  • HANG SENG

    24 965,55
    +13,20 (+0,05 %)
     
  • GBP/USD

    1,3556
    -0,0044 (-0,33 %)
     

«Je voulais que les choses s'arrêtent» : la détresse d'une infirmière en burn-out

·1 min de lecture

"J'ai cru que j'allais mourir au travail." Des mots durs et forts, lancés par Anne lors de la manifestation samedi à Paris. À l’appel de plusieurs collectifs et syndicats de professionnels hospitaliers et libéraux, des milliers de soignants et de personnes de la société civile ont défilé samedi pour réclamer plus de moyens pour l'hôpital. Parmi eux, Anne, en arrêt maladie pour burn-out depuis deux ans. "J'ai eu un pic d'hypertension très, très grave. Je n'ai pas pu parler pendant 15 jours. Je ne pouvais plus me lever, je ne comprenais pas ce qui se passait", détaille-t-elle pour Europe 1. Elle a quitté son poste d’infirmière à Paris épuisée, et se dit incapable de remettre les pieds à l’hôpital.

>> Retrouvez Europe matin week-end - 6-7 en podcast et en replay ici

Une "surcharge de travail inhumaine"

"Je ne voulais pas me donner la mort, mais je voulais que les choses s'arrêtent", assure-t-elle. "Tout ça, c'est consécutif à des managements qui sont complètement ridicules, qui ne s'occupent plus de l'humain." Et d'avancer que les conditions de travail n'étaient plus décentes : "Il y avait une surcharge de travail inhumaine, et je suis une bosseuse !"

Elle raconte les journées passées à faire du travail administratif, alors que son "travail, c'est d'accueillir les gens". "Il n'y avait plus de sens", dit-elle avec émotion, "malgré le temps qui s'est écoulé" depuis son arrêt. "L'hôpital se délite depuis des années, c'est terrible. C'est un joyau national."

...
Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles