Marchés français ouverture 4 h 54 min
  • Dow Jones

    34 742,82
    -34,94 (-0,10 %)
     
  • Nasdaq

    13 401,86
    -350,38 (-2,55 %)
     
  • Nikkei 225

    28 736,66
    -781,68 (-2,65 %)
     
  • EUR/USD

    1,2139
    +0,0004 (+0,04 %)
     
  • HANG SENG

    27 976,61
    -619,05 (-2,16 %)
     
  • BTC-EUR

    45 573,32
    -3 292,32 (-6,74 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 454,90
    -106,40 (-6,81 %)
     
  • S&P 500

    4 188,43
    -44,17 (-1,04 %)
     

Vosges : ce que l'on sait de la disparition de Mia, 8 ans, enlevée chez sa grand-mère maternelle

franceinfo
·1 min de lecture

L'enfant n'a toujours pas été retrouvée, malgré la mise en œuvre pendant quelques heures du dispositif Alerte enlèvement. Mia, une petite fille de 8 ans confiée à sa grand-mère maternelle, a été enlevée par trois hommes dans les Vosges, mardi 13 avril, en fin de matinée. Voici ce que l'on sait de cet enlèvement sur lequel le procureur de la République d'Epinal, Nicolas Heitz, a apporté des précisions, mercredi 14 avril, lors d'une conférence de presse.

La grand-mère maternelle dupée par les ravisseurs

Lors de son enlèvement, "le 13 avril 2021, vers 11h30, par trois hommes de type européen", l'enfant se trouvait chez sa grand-mère maternelle, installée dans la commune des Poulières (Vosges). Celle-ci en avait la garde et avait été "désignée tiers de confiance par le juge des enfants", a expliqué le procureur de la République d'Epinal.

"Deux hommes ont sonné au domicile de la grand-mère" en fin de matinée. Ils "se sont présentés comme des professionnels de la protection judiciaire de la jeunesse, plus exactement du service territorial éducatif de milieu ouvert". Ils étaient "munis de papiers à en-tête du ministère de la Justice". Ils ont demandé "à réaliser une visite inopinée du logement et à conduire l'enfant à un rendez-vous" au sein de ce service territorial éducatif pour y "rencontrer sa mère", a encore déclaré le procureur.

Ils ont donc "mis en confiance" la grand-mère qui a laissé partir l'enfant. Mais, "prise d'une mauvaise intuition", elle a ensuite appelé le (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi