La bourse ferme dans 5 h 45 min
  • CAC 40

    7 045,69
    -36,32 (-0,51 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 136,76
    -21,87 (-0,53 %)
     
  • Dow Jones

    33 717,09
    -260,99 (-0,77 %)
     
  • EUR/USD

    1,0828
    -0,0028 (-0,26 %)
     
  • Gold future

    1 919,80
    -19,40 (-1,00 %)
     
  • BTC-EUR

    21 144,67
    -515,21 (-2,38 %)
     
  • CMC Crypto 200

    518,94
    -18,93 (-3,52 %)
     
  • Pétrole WTI

    76,76
    -1,14 (-1,46 %)
     
  • DAX

    15 036,73
    -89,35 (-0,59 %)
     
  • FTSE 100

    7 730,75
    -54,12 (-0,70 %)
     
  • Nasdaq

    11 393,81
    -227,90 (-1,96 %)
     
  • S&P 500

    4 017,77
    -52,79 (-1,30 %)
     
  • Nikkei 225

    27 327,11
    -106,29 (-0,39 %)
     
  • HANG SENG

    21 842,33
    -227,40 (-1,03 %)
     
  • GBP/USD

    1,2319
    -0,0035 (-0,28 %)
     

Volkswagen, Stellantis, BMW… rattrapés par le scandale des Ouïghours

AFP/Archives - GREG BAKER

Acier, aluminium, batteries, électronique, la Chine les fournirait sans problèmes, au prix du travail forcé des Ouïghours. Volkswagen, Mercedes-Benz, BMW, Tesla, Ford et GM, Toyota et Honda, Stellantis sur ses marques Fiat, Chrysler, Dodge et Jeep, utilisent de tels composants ou matériaux, selon l'université britannique de Sheffield Hallam.

"Si vous avez acheté une voiture au cours des cinq dernières années, certaines de ses pièces ont probablement été fabriquées par des Ouïghours et d'autres, forcés de travailler" en Chine, assure une étude de l'université britannique de Sheffield Hallam. Acier, aluminium, batteries, électronique. La Chine les fournit sans problèmes. Au prix du travail forcé des Ouïgours. Celui-ci intervient "de manière significative" dans la chaîne d'approvisionnement des constructeurs automobiles mondiaux tels que Volkswagen, Mercedes-Benz, BMW, Tesla, Ford et GM, Toyota et Honda, Stellantis sur ses marques Fiat, Chrysler, Dodge et Jeep, soulignent les quatre auteurs de cette étude publiée mardi, après six mois d'enquête.

L’enquête fait partie d'une série d’études menées par l'université et faisant état d'un recours aux travaux forcés au Xinjiang dans de multiples secteurs, des matériaux de construction en PVC, aux panneaux solaires. L'étude relève notamment que "les plus grands producteurs mondiaux d'acier et d'aluminium se sont déplacés vers la région ouïghoure grâce aux subventions et aux incitations du gouvernement chinois". Les universitaires disent s’être appuyés sur des sources telles que rapports annuels d'entreprises ou sites web, mais aussi les directives gouvernementales et médias d'État chinois ainsi que les registres douaniers.

Risque juridique, éthique et de réputation d'après l'étude

Le syndicat américain de l'automobile UAW a aussitôt réagi en "demandant de toute urgence à l'industrie automobile de déplacer toute sa chaîne d'approvisionnement hors de la région" du Xinjiang, où vivent de nombreux Ouïghours. General Motors a souligné dans un message à l'AFP: "nous surveillons activement notre chaîne d'approvisionnement mondiale et effectuons des vérifications étendues, en particulier lorsque nous identifions ou sommes informés d'infractions potentielles à la loi, à nos accords ou à nos politiques".

Selon les chercheurs, les constructeurs automobiles ont indiqué qu'"u[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi