La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 712,48
    +5,16 (+0,08 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 962,41
    +0,42 (+0,01 %)
     
  • Dow Jones

    34 347,03
    +152,97 (+0,45 %)
     
  • EUR/USD

    1,0405
    -0,0008 (-0,07 %)
     
  • Gold future

    1 754,00
    +8,40 (+0,48 %)
     
  • BTC-EUR

    15 781,07
    -202,27 (-1,27 %)
     
  • CMC Crypto 200

    386,97
    +4,32 (+1,13 %)
     
  • Pétrole WTI

    76,28
    -1,66 (-2,13 %)
     
  • DAX

    14 541,38
    +1,82 (+0,01 %)
     
  • FTSE 100

    7 486,67
    +20,07 (+0,27 %)
     
  • Nasdaq

    11 226,36
    -58,96 (-0,52 %)
     
  • S&P 500

    4 026,12
    -1,14 (-0,03 %)
     
  • Nikkei 225

    28 283,03
    -100,06 (-0,35 %)
     
  • HANG SENG

    17 573,58
    -87,32 (-0,49 %)
     
  • GBP/USD

    1,2091
    -0,0023 (-0,19 %)
     

Volkswagen Polo 95 DSG: une formidable "petite" face aux Clio et 208

VW

ESSAI AUTO DE WEEK-END - La Polo restylée permet le mariage du petit moteur de 95 chevaux avec la célèbre boîte à double embrayage DSG. Résultat: une mécanique pétulante et très agréable. Avec une tenue de route et un confort fort acceptable. Une vraie petite routière à la ligne d'un classicisme intemporel.

Qui s’en souvient? La première Polo de 1975 était une… Audi 50 simplifiée. Elle avait même remporté un tel succès que sa soeur d’Ingolstadt avait vite disparu du catalogue. C’était au temps où Volkswagen, au bord du gouffre avec la désaffection soudaine du public pour les vieilles Coccinelle à moteur arrière datant de la guerre, avait un besoin urgent de nouveautés. Déjà, en 1973, la firme de Wolfsburg avait pillé Audi, transformant la 80 de sa filiale aux anneaux en Passat. La Polo s’imposait pour séduire une clientèle plus contrainte financièrement que celle de la Golf, lancée en 1974. Surtout, voulait concurrencer les nouvelles citadines à la mode comme la R5, la Fiat 127, l’Autobianchi A 112, la Peugeot 104. Aujourd’hui, 47 ans après, on en est à la Polo VI et demie, après le dernier restylage de la sixième mouture qui a joliment affiné l’avant et la poupe.

Cette Polo est, avec la Golf, la plus célèbre des Volkswagen contemporaines. Ayant grossi au fil des générations, elle se présente sous la forme d’une petite familiale très proche esthétiquement de sa grande sœur. Résultat: une voiture équilibrée, sans fioritures, typique des productions de la marque. La carrosserie est d’un classicisme indémodable. Cette élégance qui traverse les âges ne contribue pas peu à son succès.

Classique et intemporel

A l’intérieur, c’est tout aussi rigoureux et presque intemporel, sauf l’écran évidemment. La finition est bonne avec des matériaux de belle facture et soigneusement montés. L’ensemble présente bien. Et cette Polo arbore une meilleure ergonomie que la Golf, égarée dans les affres d’un modernisme absurde. On retrouve notamment un levier de vitesses classique, fonctionnel et digne de ce nom, en lieu et place du micro-levier impossible à appréhender de son aînée. Les réglages restent assez simples. On pestera juste contre l’obligation idiote de cliquer à deux endroits différents pour désamorcer l’alerte de changement de ligne à chaque redémarrage. On incriminera aussi ce[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi